Démocratie : entre dérives et recomposition – No 17, hiver 2017

À propos de ce numéro

Sous la poussée des mouvements socialistes et de libération nationale, la démocratie devient un enjeu social. Aux droits politiques s’ajoute une panoplie de droits établis dans une perspective de justice sociale et de paix. Cependant, des interprétations fort différentes des principes se sont imposées, selon les rapports de force.

Ainsi, la démocratie américaine est restée raciale jusque dans les années 1960.. La moitié du monde (les femmes) a été exclue de la démocratie bourgeoisie pendant une bonne partie du vingtième siècle. Les démocraties « populaires » mises en place à l’ombre de l’URSS sont restées aux mains d’une petite élite politique jusqu’à la fin des années 1980. Dans le tiers-monde, plusieurs nouveaux États sont devenus, selon l’expression imagée du Marocain Abraham Serfaty (1926-2010), des « démocratures » avec de minces façades dissimulant mal le pouvoir occulte de petites minorités. Le dossier explore comment des mouvements tentent d’aller au-delà de la démocratie de façade.

 

Table des matières

DOSSIER – démocratie : entre dérives et recomposition

Introduction au dossier

Enjeux contemporains

  • Premières Nations. Histoires et attentes à l’endroit de la démocratie au Canada
  • Justin Trudeau dans la matrice « people »
  • Comment dépasser la crise de la forme « parti » et démocratiser la politique
  • La longue bataille de la lutte pour la réforme du mode de scrutin
  • La Russie de Poutine : le miroir grossissant d’une dérive
  • La démocratie en péril : le cas des États-Unis

Histoire et théorie

  • Au-delà de la Commune imaginaire
  • Peuple et représentation.

Autour de quelques enjeux actuels des démocraties contemporaines.

  • Entrevue avec Razmig Keucheyan
  • Démocratiser la sphère publique par l’exercice de la liberté politique
  • De l’institution au conflit : démocratie et pensée émancipatrice
  • Le municipalisme contre l’État
  • De la perversion de la démocratie
  • Le marketing politique et la dénaturation du politique
  • Penser ensemble la vie et la politique : exception, violence, démocratie

Résistances

  • Après le communisme : le commun et la commune
  • Mouvements sociaux et approfondissement de la démocratie : expériences québécoises
  • Comment le mouvement étudiant démocratise les structures du militantisme
  • Retrouver la force démocratisante du syndicalisme
  • Démocratie et éducation : à retenir du FSM de 2016
  • L’effet hacker sur la démocratie

PERSPECTIVES

Introduction à la section dédiée à l’Université populaire des NCS, dans le cadre de l’espace « émancipation » du Forum social mondial 2016

  • Les dessous de la crise en Syrie. Entretien avec Gilbert Achcar
  • Démocratiser la démocratie
  • Haïti actuelle. Les nouvelles formes d’un blocage historique
  • Construire une politique du peuple
  • Le laboratoire bolivien

Université populaire des NCS 2016

  • Rapports d’atelier

NOTES DE LECTURE


Lisez quelques extraits de ce numéro ci-dessous.

De l’institution au conflit : démocratie et pensée émancipatrice

Par Simon Tremblay-Pepin
Sous la poussée des mouvements socialistes et de libération nationale, la démocratie devient un enjeu social. Aux droits politiques s’ajoute une panoplie de droits établis dans une perspective de justice sociale et de paix. Presque tous les États et les peuples finissent par endosser ces principes, certains après de longues périodes de convulsion politique. Cependant, des interprétations fort différentes des principes se sont imposées, selon les rapports de force. Ainsi, la démocratie américaine est restée raciale jusque dans les années 1960, bien au-delà de l’abolition officielle de l’esclavage (1865). La moitié du monde (les femmes) a été exclue de la démocratie bourgeoisie pendant une bonne partie du vingtième siècle. Les démocraties « populaires » mises en place à l’ombre de l’URSS sont restées aux mains d’une petite élite politique jusqu’à la fin des années 1980. Dans le tiers-monde, plusieurs nouveaux États sont devenus, selon l’expression imagée du Marocain Abraham Serfaty (1926-2010), des « démocratures » avec de minces façades dissimulant mal le pouvoir occulte de petites minorités. Toutes ces situations et bien d’autres ont été la scène d’âpres combats. À travers la résistance sociale et politique, la démocratie a été conquise ici et là.
Lire la suite

Comment dépasser la crise de la forme « parti » et démocratiser la politique

Par Bernard Rioux
Le parti de l’émancipation ne peut se construire et se renforcer que dans la mesure où il sera un instrument de la construction d’un pouvoir populaire apte à confronter les pouvoirs de la classe dominante dans toutes les sphères de la société et dans toutes leurs dimensions. Cela ne sera possible que si ce parti politique sait s’inscrire au cœur des luttes économiques, environnementales et féministes en faisant des classes populaires les acteurs de cette lutte.
Lire la suite

Au delà de la Commune imaginaire

Par Pierre Beaudet
Les mouvements doivent eux-mêmes se démocratiser, car, ce faisant, ils préfigurent les contours d’une démocratie authentique, de ce qui pourrait être mais n’est pas encore. Il faut combattre les clivages et les disparités qui existent dans les organisations, comme dans la société. Ce qui implique une « action positive » en faveur des femmes, des jeunes, des gens provenant de minorités ethniques ou culturelles. Plus encore, il faut éviter la concentration du pouvoir dans des cercles restreints et rehausser la qualité des assemblées. De cette façon, le peuple se construit un nouveau savoir, par un travail collectif, organisé. Les intellectuel-le-s peuvent aider ce processus. Ces femmes et ces hommes peuvent-ils accepter de sortir de leurs tours d’ivoire ? Peuvent-ils contribuer à « décoloniser » la science et à créer une nouvelle épistémologie du savoir ? Peuvent-ils se lier au peuple, laisser tomber leurs privilèges et se dédier à la cause de l’émancipation ? Peuvent-ils œuvrer en pensant « que l’arme de la critique ne saurait remplacer la critique des armes et que la force matérielle ne peut être abattue que par la force matérielle », sans oublier que la théorie peut aussi se changer « en force matérielle, dès qu’elle pénètre les masses».
Lire la suite


Tous les articles disponibles de ce numéro

  • Après le communisme : le commun et la commune - Le commun, sujet de l’heure pour une certaine gauche, n’est ni une idée nouvelle, ni quelque chose de purement théorique. Au Québec, il suffit de penser à l’exemple des CLSC qui sont aujourd’hui en train de disparaître sous le coup des coupes budgétaires, mais aussi et surtout en raison des réorganisations du système de santé. […]
  • Au-delà de la Commune imaginaire - Pendant plusieurs années, une partie de la gauche contemporaine, au Québec comme ailleurs, a pensé que le moment était venu d’entreprendre la longue marche vers ce qu’on appelait la révolution, qui consistait à dépasser la démocratie bourgeoise et à établir un réel pouvoir populaire. Quelles leçons avons-nous apprises des expériences précédentes ? Dans quelle mesure […]
  • Comment dépasser la crise de la forme « parti » et démocratiser la politique - Un horizon politique en apparence bouché Les partis des élites connaissent actuellement un déclin profond parsemé de crises à répétitions, pourtant, ils tiennent le fort. C’est entre autres observable aux États-Unis. Les partis dominants, démocrate comme républicain, apparaissent comme des appareils au service de l’enrichissement de la classe dominante, minés par la corruption et responsables […]
  • Comment dépasser la crise de la forme « parti » et démocratiser la politique - Bernard Rioux[1] Un horizon politique en apparence bouché Les partis des élites connaissent actuellement un déclin profond parsemé de crises à répétitions, pourtant, ils tiennent le fort. C’est entre autres observable aux États-Unis. Les partis dominants, démocrate comme républicain, apparaissent comme des appareils au service de l’enrichissement de la classe dominante, minés par la corruption […]
  • De l’institution au conflit : démocratie et pensée émancipatrice - Au début du XXe siècle, la pensée qui s’intéresse à la transformation sociale dans le but de l’émancipation – selon divers noms et formes et que je regroupe ici sous le terme « pensée émancipatrice » – s’est beaucoup concentrée sur les questions entourant le processus révolutionnaire. Quel est le sujet de la révolution ? Comment cette […]
  • Démocratiser la démocratie[1] - La démocratie n’est pas seulement une méthode, elle constitue en réalité le lieu du véritable processus révolutionnaire. C’est en démocratie que les processus révolutionnaires latino-américains se déploient, tant par le développement des capacités d’organisations autonomes de la société que par le développement du pouvoir de participation et d’intervention dans la chose publique. La revendication de la […]
  • Démocratiser la sphère publique par l’exercice de la liberté politique - Hannah Arendt a développé une pensée politique complexe qui s’est affinée avec le temps. Rendue célèbre en 1951 avec la publication de son premier ouvrage sur Les origines du totalitarisme[2], elle n’a eu de cesse d’être tourmentée par les difficultés du politique dans le monde moderne, principalement dans son pays d’adoption, les États-Unis, alors aux […]
  • Introduction au dossier - Démocratie : demos et kratos La démocratie est une vieille idée qui s’est développée à travers les luttes et les résistances des peuples. L’étymologie du mot (demos : peuple et kratos : pouvoir) réfère à la cité grecque, à l’agora des citoyens (sans les femmes et sans les esclaves, qui sont la majorité des habitants), où les décisions sont […]
  • Justin Trudeau dans la matrice « people » - Il n’est pas nécessaire d’avoir toutes les qualités d’un prince (ou d’un homme d’État) pour gouverner, mais il est bien nécessaire de paraître les avoir. Nicolas Machiavel[2] Il existe bel et bien une guerre des classes, mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et nous la gagnons. Warren Buffet[3] « Il […]
  • Justin Trudeau dans la matrice « people » - Il n’est pas nécessaire d’avoir toutes les qualités d’un prince (ou d’un homme d’État) pour gouverner, mais il est bien nécessaire de paraître les avoir. — Nicolas Machiavel[2] Il existe bel et bien une guerre des classes, mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et nous la gagnons. — Warren Buffet[3]     « Il […]
  • La longue bataille pour la réforme du mode de scrutin - On le sait, les élections constituent la pierre angulaire de la démocratie représentative. Ainsi, le mécanisme appelé mode de scrutin, qui permet de traduire les suffrages populaires en sièges dans les assemblées élues, se trouve au cœur du système politique. Au Canada, aussi bien au niveau fédéral que provincial, le mode de scrutin uninominal majoritaire […]
  • Le municipalisme contre l’État - Dépasser un vieux dilemme La question de l’État taraude le mouvement socialiste depuis le XIXe siècle, lorsque les marxistes et les bakouninistes s’affrontaient au sein de l’Association internationale des travailleurs à propos du rôle de la conquête du pouvoir politique au sein de la stratégie révolutionnaire. Plus récemment, cette question a refait surface à la […]
  • Le Québec n’est pas raciste, mais… - Brieg Capitaine. Nouevaux Cahiers du socialisme, no. 18, automne 2017[1],   Le Québec n’est pas raciste, mais au port de Sept-Îles, alors que les caisses de crabe sortent des cales des navires, les avis sont tranchés sur l’accès des Innus à la pêche commerciale : « ce sont des fainéants. Les Européens qui arrivent ont une vision […]
  • Mouvements sociaux et approfondissement de la démocratie : expériences québécoises - Dans une fresque remarquable[2] retraçant plus de deux siècles d’action des mouvements sociaux, Charles Tilly et Lesley Wood se penchent sur la relation contradictoire liant ceux-ci au développement des institutions démocratiques modernes. L’enracinement de l’idéal de souveraineté populaire, l’épanouissement du parlementarisme et l’extension du suffrage universel doivent beaucoup à ces courageuses mobilisations populaires ayant ponctué […]
  • Peuple et représentation, Autour de quelques enjeux actuels des démocraties contemporaines - Entrevue avec Razmig Keucheyan Sociologue et maître de conférence à l’Université Paris-Sorbonne, Razmig Keucheyan travaille au sein du Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS). Membre des comités de rédaction des revues Contretemps et Actuel Marx, il a largement contribué depuis quelques années à la réactualisation de la pensée marxiste en éditant […]
  • Premières nations, histoires et attentes à l’endroit de la démocratie au Canada[1] - Chaque fois qu’un anniversaire d’importance de la Confédération approche, une attention considérable est accordée à l’histoire de la démocratie au Canada, la célébration prochaine des 150 ans de la Confédération canadienne en 2017 ne faisant pas exception. Or une préoccupation véritable pour notre avenir démocratique exige que nous examinions sérieusement cette histoire, en mettant en lumière […]