Budget fédéral

Stephen Harper se lave les mains de ses responsabilités à l’égard du droit au logement

Le FRAPRU cri­tique très sévè­re­ment le budget pré­senté aujourd’hui par le ministre des Finances, Jim Flaherty. En n’annonçant aucun nouvel inves­tis­se­ment en loge­ment social ou même abor­dable dans le budget, le gou­ver­ne­ment de Stephen Harper se lave les mains de ses res­pon­sa­bi­li­tés à l’égard au loge­ment. Il aban­donne les mal-logés et les sans-abri à leur sort et nous replonge dans la période sombre vécue entre 1994 et 2001, après qu’un autre gou­ver­ne­ment conser­va­teur, celui de Brian Mulroney, ait bru­ta­le­ment mis fin au finan­ce­ment de nou­veaux loge­ments sociaux au Canada.

Selon le FRAPRU, le budget consacre tout d’abord la fin des inves­tis­se­ments en loge­ment social annon­cés en jan­vier 2009 dans le Plan d’action éco­no­mique du Canada. Le Québec se voit ainsi privé de 56,7 mil­lions $ par année pour la construc­tion de loge­ments sociaux et de 77,8 mil­lions $ pour la réno­va­tion et l’amélioration des HLM exis­tants. Mais, pire encore, le budget Flaherty ajoute l’insulte à l’injure, en ne confir­mant même pas la pro­lon­ga­tion de l’Initiative fédé­rale de Logement abor­dable, en place depuis dix ans. Le Budget prin­ci­pal des dépenses 2011-2012 pré­senté, au début du mois, par le Conseil du Trésor, en annon­çait éga­le­ment l’arrivée à échéance en mars 2011.

Dans ce der­nier cas, le Québec se verra privé de 28,9 mil­lions $ qu’il consa­crait aussi à la construc­tion de loge­ments sociaux dans le cadre de son pro­gramme AccèsLogis. Tout en esti­mant que cette somme n’aurait repré­senté que des miettes com­pa­rée à l’ampleur des besoins en matière de loge­ment et d’itinérance, le FRAPRU affirme que le gou­ver­ne­ment Harper va à l’encontre d’une annonce offi­cielle faite en sep­tembre 2008 à l’effet que l’Initiative de loge­ment abor­dable se pour­sui­vrait jusqu’en mars 2014.

Le FRAPRU est par ailleurs déçu que le gou­ver­ne­ment ait fait la sourde oreille aux demandes d’accroissement de l’aide finan­cière accor­dée aux groupes inter­ve­nant auprès des sans-abri.

Un F-35= 6400 loge­ments sociaux

François Saillant est outré que le gou­ver­ne­ment Harper coupe toutes les sommes accor­dées au res­pect du droit au loge­ment, alors qu’il s’obstine à aller de l’avant avec l’achat de 65 avions de combat F-35 : « Si le coût d’achat et d’entretien des F-35 est bel et bien de 29,3 mil­liards $, comme cela semble main­te­nant être le cas, cela signi­fie que le prix d’un seul de ses avions repré­sente l’équivalent des sub­ven­tions pour plus de 6400 loge­ments sociaux, au coût actuel du pro­gramme qué­bé­cois AccèsLogis ! Voilà qui en dit long sur le sens des prio­ri­tés de Stephen Harper ! ».

À l’automne der­nier, le FRAPRU a orga­nisé plu­sieurs actions dénon­çant ce choix du gou­ver­ne­ment conser­va­teur, dont le blo­cage à Montréal de l’entrée d’une usine de la com­pa­gnie amé­ri­caine Lockheed Martin, four­nis­seur des F-35, et celui d’un bureau du Ministère de la Défense natio­nale à Ottawa.

Les commentaires sont fermés.