Élections 2011

Pour bloquer la droite : des alliances implicites, faute d’une coalition formelle

Par , Mis en ligne le 10 avril 2011

En 2008 lors de la der­nière élec­tion fédé­rale, près de 80% des Québécois et des Québécoises ont voté CONTRE Harper, ce qui n’est quand même pas rien. Ici au Québec, c’est clair, on n’en veut pas de ce projet. Le vote pour le Bloc est un assez bon reflet de ce rejet, de même que le vote pour le NPD. Le vote pour le PLC est plus ambigu puisque ce parti compte beau­coup sur les peurs des Québécois anglo­phones et allo­phones pour se tirer une part des scru­tins.

Aujourd’hui, le projet de Harper est tout aussi clair. Il pro­pose une « révo­lu­tion » de droite dans l’économie, la jus­tice, la culture, la poli­tique étran­gère axé sur un accrois­se­ment impor­tant du mili­taire. Selon les son­dages, Harper est proche d’un gou­ver­ne­ment majo­ri­taire en espé­rant gagner plu­sieurs sièges dans les Maritimes (avec les « cadeaux » qu’il vient de donner à Terre-Neuve), en Ontario (où il cour­tise le vote des classes moyennes allo­phones) et même en Colombie Britannique où il est déjà majo­ri­taire.

Entre-temps, le Québec pour Stephen Harper est ni plus ni moins une sorte de cause perdue. Néanmoins, il y dis­pose quand même de onze sièges. Il espère les garder, tout en rêvant de faire élire dans l’ouest de Montréal l’ex-entraîneur des Alouettes Larry Smith qui se pré­sente comme le croisé de la cause anglo­phone.

Certes, la bataille la plus dure pour Harper sera dans la région de Québec-Appalaches, où sept des onze dépu­tés conser­va­teurs ont été élus en 2008 (il y a aussi le bouf­fon d’André Arthur, élu indé­pen­dant mais avec la com­pli­cité et l’appui des Conservateurs). Plusieurs de ces élus conser­va­teurs l’ont été avec de courtes majo­ri­tés, notam­ment dans Beauport-Limoilou, Louis-St-Laurent, Portneuf-Jacques-Cartier et Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup. C’est éga­le­ment une situa­tion simi­laire pour les deux cir­cons­crip­tions du Saguenay qui ont élu de jus­tesse les conser­va­teurs.

En clair, si la bonne volonté pré­va­lait entre les partis d’opposition, un report de votes dans ces comp­tés sur les can­di­datEs du Bloc Québécois (qui ont été le deuxième choix par­tout dans ces régions) signi­fie­rait pro­ba­ble­ment la défaite des Conservateurs.

Cette bonne volonté est à peu près impen­sable de la part de Michael Ignatieff et de la direc­tion du PLC pour qui, à la limite, un gou­ver­ne­ment conser­va­teur est « moins pire » que quelques dépu­tés du Bloc de plus, tant est obses­sion­nelle la pers­pec­tive de la direc­tion de ce parti contre le natio­na­lisme qué­bé­cois. Il est vrai que pour le PLC, un report de votes pour le Bloc, ou vice-versa, est dif­fi­cile dans le contexte de plu­sieurs comtés mont­réa­lais où ces deux partis se dis­putent des sièges (Ahuntsic, Jeanne-Le Ber, Papineau, Brossard-La Prairie) et où des dépu­tés blo­quistes ou libé­raux ont été élus avec de courtes majo­ri­tés dans d’âpres luttes à deux (les Conservateurs et le NPD ne consti­tuant pas une force impor­tante dans ces comtés).

Avec le NPD, la situa­tion se pré­sente autre­ment. Une approche stra­té­gique pour­rait peut-être rap­por­ter. Par exemple dans Outremont, le Bloc pour­rait appuyer Thomas Mulcair, cer­tai­ne­ment pas un ami du natio­na­lisme qué­bé­cois, mais un allié sur bien d’autres choses, en tant que seul député du NPD au Québec (la rumeur niée par ailleurs par Gilles Duceppe est qu’il y a déjà une entente impli­cite pour appuyer Mulcair). Par ailleurs dans plu­sieurs autres comtés mont­réa­lais, le NPD aurait avan­tage à se désis­ter au profit des can­di­dats du Bloc qui pour­raient mar­quer quelques gains.

Dans l’Outaouais, deux comtés pour­raient chan­ger de main. Dans Gatineau, le député blo­quiste sor­tant Richard Nadeau devra lutter ferme. Dans le comté voisin de Hull-Aylmer, la can­di­date du NPD Nycole Turmel, une syn­di­ca­liste bien appré­ciée dans la région, aurait des chances de battre le député libé­ral sor­tant. En pilant par-dessus leurs inté­rêts immé­dia­te­ment par­ti­sans, le NPD et le Bloc pour­raient s’entendre pour se désis­ter mutuel­le­ment leurs votes et éviter ainsi la divi­sion du vote pro­gres­siste et natio­na­liste au profit du PLC et même pire, des Conservateurs.

On observe donc que la carte élec­to­rale pour­rait évo­luer si de telles alliances cir­cons­tan­cielles étaient conclues. Alors pour­quoi cela ne se fait pas ?

Il faut sur­tout blâmer le PLC et secon­dai­re­ment le NPD qui ont peur de se lier aux méchants sépa­ra­tistes. Dans le cas du PLC, cette peur est une de ses vraies rai­sons d’exister au Québec et a pour consé­quence que tra­di­tion­nel­le­ment, le PLC a fait le plein des voix parmi les popu­la­tions anglo­phones et allo­phones (un peu comme le PLQ à l’échelle qué­bé­coise).

Pour le NPD, le cas est dif­fé­rent. Tout de même, le NPD a tou­jours refusé de passer la « ligne rouge » comme lui sug­gé­rait l’aile gauche de ce parti et de recon­naître, autre­ment que sur papier et une fois pour toutes, le droit à l’autodétermination du peuple qué­bé­cois. Les diri­geants du NPD (avant Jack Layton) se sont rangés dans la « défense du Canada » que ce soit lors des pré­cé­dents réfé­ren­dums ou même dans les basses manœuvres de l’État fédé­ral pour sabo­ter le droit des Québécois de déci­der (la dite « loi sur la clarté»). Il faut tou­te­fois recon­naître que le NPD, dans sa décla­ra­tion de Sherbrooke, lors du Congrès du même nom (sept. 2006) a marqué une ouver­ture à la thèse du fédé­ra­lisme asy­mé­trique et a su offrir de bonnes cir­cons­crip­tions à des can­di­dats ouver­te­ment indé­pen­dan­tistes, pourvu qu’ils res­tent dis­crets. Il est à noter tou­te­fois que les poids lourds du NPD au Québec (Mulcair, Boivin) appar­tiennent à un autre réseau, celui des ex du PLQ.

L’argument prin­ci­pal qui est apporté par le NPD lorsqu’il est confronté à ses poli­tiques réac­tion­naires est qu’il ne peut se per­mettre d’avoir l’air « soft » contre les natio­na­listes qué­bé­cois aux yeux d’une popu­la­tion anglo­phone pour qui cela équi­vau­drait à une « tra­hi­son ». Mais en capi­tu­lant devant ce sen­ti­ment, le NPD non seule­ment se tire dans le pied au Québec, mais mine sérieu­se­ment la pos­si­bi­lité d’un chan­ge­ment pro­gres­siste au Canada. Au bout de la ligne en effet, seule une alliance, même ponc­tuelle, entre le NPD et l’aile pro­gres­siste du natio­na­lisme qué­bé­cois pour­rait venir à bout du mono­pole du pou­voir tenu par les élites cana­diennes. L’autre scé­na­rio, hélas plus pro­bable bien qu’encore loin­tain, reste la fusion PLC-NPD recom­po­sant ainsi un centre-gauche mou à l’américaine ou à l’italienne.

Mais le pro­blème est plus pro­fond. Au-delà de la fri­lo­sité du NPD ou de son chef actuel plutôt cou­ra­geux par ailleurs, la ques­tion du Québec demeure un ter­ri­toire inter­dit pour les acteurs poli­tiques cana­diens. Le « Québec bashing » qu’on retrouve sou­vent dans les médias cana­diens empêche tout débat sérieux. Les Québécois sont pré­sen­tés comme des igno­rants insen­sibles aux « valeurs cana­diennes », ou encore, comme de tristes enfants gâtés, les deux mains dans le sac de bon­bons. Malheureusement, ce racisme n’est pas un épi­phé­no­mène limité aux « red neks », aux médias-pou­belles comme le Toronto Sun, aux évan­gé­listes de droite ou aux tarés qui vou­draient rependre Louis Riel tous les jours en direct sur Fox news. Dans les offi­cines du pou­voir poli­tique, mais aussi au sein des élites éco­no­miques cana­diennes, le peuple qué­bé­cois fait partie d’une sorte de « popu­lace » et dont la signi­fi­ca­tion pro­fonde avait été « retour­née » par Pierre Vallières avec sa fameuse défi­ni­tion des « Nègres blancs des Amériques ».

Le fait qu’il existe au Québec, bien que de façon très limi­tée, un natio­na­lisme étroit et même par­fois xéno­phobe, n’efface en rien cette réa­lité.

Un des succès immenses de Harper depuis dix ans a été de coa­li­ser ces haines, de leur donner une struc­ture orga­ni­sée. Pire encore, il a réussi à recru­ter des imbé­ciles de ser­vice au Québec comme Maxime Bernier ou Christian Paradis qui comme les por­teurs d’eau qu’ils sont restés célèbrent leurs maîtres. On croi­rait voir des per­son­nages de Tintin au Congo… Dans 100 ans, on ne sou­vien­dra pas d’eux non pas comme des conser­va­teurs, mais tout sim­ple­ment comme des cons.

Aussi si ce n’est que par dignité, il faut défaire Harper. On com­prend donc très bien l’appel de Québec Solidaire à voter tout sauf Harper, en sou­li­gnant la néces­sité d’appuyer des can­di­datEs du Bloc ou du NPD. Par ailleurs, plu­sieurs mou­ve­ments syn­di­caux et popu­laires ont lancé un mes­sage simi­laire, notam­ment l’Alliance de la fonc­tion publique du Canada, la CSN, le SCFP, les TCA, la Fédération des femmes du Québec. Certes, soyons réa­listes, ce n’est pas au Québec qu’Harper sera battu. Mais le fait qu’il puisse perdre quelques-uns de ses lar­bins serait une petite vic­toire sym­bo­lique. Les 11 dépu­tés conser­va­teurs du Québec ? Dégage comme on dit à Tunis !

Les commentaires sont fermés.