Les services publics demeurent prioritaires pour l’AFPC

Par Mis en ligne le 12 juin 2011

Les conser­va­teurs ont obtenu une majo­rité au Parlement. C’est là une situa­tion fort inquié­tante pour les fonc­tion­naires et pour ceux et celles qui croient au rôle du gou­ver­ne­ment dans la pres­ta­tion de ser­vices publics de qua­lité.

Pendant les quatre pro­chaines années, Stephen Harper diri­gera le pays. Ce qu’il a fait en tant que chef d’un gou­ver­ne­ment mino­ri­taire ne pré­sage rien de bon pour l’avenir. L’AFPC se réjouit tou­te­fois de l’élection de can­di­dates et can­di­dats pro­gres­sistes. Il y aura donc au Parlement des gens qui sur­veille­ront le gou­ver­ne­ment et lui deman­de­ront des comptes, par­ti­cu­liè­re­ment en ce qui concerne les ser­vices publics.

Le Nouveau Parti démo­cra­tique, qui jouera le rôle d’opposition offi­cielle par suite de sa vic­toire his­to­rique, devra rap­pe­ler à Harper ses pro­messes : ne pas réduire les ser­vices publics ni faire régres­ser la cause de l’égalité des femmes. On pourra éga­le­ment comp­ter sur une oppo­si­tion solide et fidèle à ses prin­cipes, grâce à l’élection de nou­veaux dépu­tés issus du mou­ve­ment syn­di­cal, dont Nycole Turmel, ancienne pré­si­dente de l’AFPC et dépu­tée de Hull-Aylmer.

Tout au long de la cam­pagne, l’AFPC a com­mu­ni­qué avec ses membres et reçu des com­men­taires très posi­tifs sur ses enjeux prio­ri­taires. Nous devons, plus que jamais, inten­si­fier notre cam­pagne contre les attaques sur les ser­vices publics et nos droits.

La pla­te­forme conser­va­trice pro­met­tait une réduc­tion impor­tante des dépenses liées aux pro­grammes, sans pour autant expli­quer com­ment se réa­li­se­raient les éco­no­mies. L’examen stra­té­gique des minis­tères et le projet d’examen opé­ra­tion­nel rédui­ront consi­dé­ra­ble­ment la qua­lité des ser­vices publics et les ren­dront moins acces­sibles.

Comment les conser­va­teurs comptent-ils équi­li­brer le budget ? Par l’attrition et une plus grande effi­ca­cité admi­nis­tra­tive. Or, de telles mesures auront pour effet de réduire la qua­lité des ser­vices puisqu’il y aura moins de fonc­tion­naires et moins de res­sources.

Le syn­di­cat pren­dra toutes les mesures néces­saires pour assu­rer la mise en appli­ca­tion des conven­tions col­lec­tives et pré­mu­nir ses membres contre l’érosion de leurs droits. Nous devons nous mobi­li­ser pour que les ser­vices publics de qua­lité et les gens qui offrent ces ser­vices demeurent au cœur de la fonc­tion publique cana­dienne, une richesse pour note société.

Les commentaires sont fermés.