Interrègne américain

 

NANCY FRASER, New Left Review, 9 avril 2021 (traduction par Charmain Levy), 

 

Quelles tendances voyez-vous émerger des crises sociale, sanitaire et économique provoquées par la COVID-19 ? Que nous disent les reconstructions post-pandémiques sur la « crise des soins » ?

Tant la pandémie que la réponse à celle-ci représentent l’irrationalité et la destructivité du capitalisme. La crise des soins était déjà évidente avant l’épidémie de COVID, mais elle en a été grandement exacerbée. La condition préexistante était pour ainsi dire le capitalisme financiarisé — la forme particulièrement prédatrice qui a régné pendant les quarante dernières années, érodant progressivement notre infrastructure de soins publics par le désinvestissement au nom de « l’austérité ».

Cependant, il en va de même pour la crise écologique actuelle, qui reflète une dynamique structurelle profonde qui mène le capital à se déplacer librement sur la nature, sans penser à la réparation ou à la reconstitution, déstabilisant périodiquement les écosystèmes et les communautés qu’ils soutiennent. Il en va de même pour notre crise politique actuelle, qui reflète l’affaiblissement sévère des pouvoirs publics par les mégaentreprises, les institutions financières, les révoltes fiscales des riches, qui se traduisent par une impasse et un sous-investissement dans des infrastructures cruciales. Bien que cela ait été rendu particulièrement aigu par la néo-libéralisation, il exprime une tendance à la crise politique qui est ancrée dans toutes les formes de société capitaliste. La crise des soins est inextricablement liée à d’autres dysfonctionnements — écologiques, politiques, racial-ethniques — qui s’ajoutent à une crise générale de l’ordre social.

Les effets de la COVID sur les humains seraient horribles dans toutes les conditions, mais ils ont été aggravés par le fait que le capital de cette période a cannibalisé le pouvoir public — les capacités collectives qui auraient pu être utilisées autrement pour atténuer les effets de la pandémie. En conséquence, la réponse a été entravée dans de nombreux pays, y compris les États-Unis, par des décennies de désinvestissement des infrastructures essentielles de santé publique. Une tendance à blâmer Trump existe aux États-Unis, mais c’est une erreur. Le désinvestissement dure depuis des décennies.

L’administration Clinton dans les années 90 a fait les premiers pas dans ce sens.

L’effondrement de systèmes de soins publics déjà faibles a renvoyé tous les fardeaux sur les familles et les communautés — et en particulier sur les femmes, qui détiennent toujours la part du lion des soins non rémunérés. Sous le verrouillage, la garde des enfants et la scolarisation ont été soudainement transférées dans les foyers, laissant les femmes assumer ce fardeau en plus d’autres responsabilités — et de le faire dans de petits espaces domestiques incapables de supporter le fardeau. De nombreuses femmes employées ont fini par quitter leur emploi pour s’occuper d’enfants et d’autres parents; beaucoup d’autres ont été licenciées. Un troisième groupe, assez chanceux pour garder leur emploi et travailler à distance de la maison, tout en effectuant des tâches de soins, y compris pour les enfants confinés à la maison, a dû porter le multitâche à de nouveaux sommets de folie. Un quatrième groupe, les « travailleurs essentiels », est quotidiennement menacé d’infection en première ligne, craignant de rapporter le virus chez eux et le transmettre à leurs familles, tout en faisant ce qui doit être fait, souvent pour un salaire très bas, pour que d’autres, plus privilégiés, puissent accéder aux biens et services dont ils ont besoin pour s’isoler chez eux. Quelle femme se trouve dans quel groupe a tout à voir avec la classe et la couleur ! C’est comme si quelqu’un avait injecté un colorant dans le système circulatoire du capitalisme, éclairant toutes ses failles constitutives.

Aux États-Unis, l’épidémie de COVID a été suivie d’une impressionnante vague de manifestations, principalement dirigées par de jeunes Noirs, contre la violence policière raciste. Le slogan « Black Lives Matter » a-t-il pris un sens différent pendant la pandémie ?

Pourquoi la résurgence de l’activité antiraciste militante aux États-Unis a-t-elle coïncidé avec la pandémie de COVID ? Les meurtres par la police de personnes de couleur se produisent depuis très longtemps, tout comme les luttes contre eux. Alors pourquoi les manifestations sont-elles devenues si importantes et si soutenues à ce moment précis, au milieu d’une terrible crise sanitaire ? Certains ont suggéré que les mois de verrouillage ont créé une pression psychologique intense, qui a trouvé un exutoire indispensable dans les rues, mais je pense que des raisons plus profondes, forgées dans la crise, ont provoqué des éclairs majeurs de perspicacité politique. La prise de conscience que ces deux expressions apparemment distinctes du racisme structurel — vulnérabilité disparate à la mort du virus et vulnérabilité disparate à la mort due à la violence policière — étaient en fait liées.

Au moment où les manifestations ont éclaté en mai 2020, il était déjà clair que les Américains de couleur, les Noirs en particulier, contractaient la COVID et en mouraient de manière disproportionnée. Ils ont reçu de moins bons soins de santé et ont eu un taux plus élevé de conditions sous-jacentes, liées à la pauvreté et à la discrimination, et associées à de mauvais résultats de COVID — asthme, obésité, stress, hypertension artérielle. Ils étaient exposés à des risques d’exposition plus importants, grâce à des emplois de première ligne qui ne pouvaient pas être exécutés à distance, et à des conditions de logement surpeuplées. Tout cela a été largement rapporté dans les médias. Et cela a résonné, donnant un nouveau sens au « Black Lives Matter ».

C’était le contexte, l’atmosphère dans laquelle les rapports sur l’impact racialisé de la COVID étaient reçus et traités. En plus de cela, le meurtre de George Floyd par la police de Minneapolis, capté pour que le monde entier puisse le voir dans cette vidéo furieuse et déchirante. Ainsi, le fusible donc a été allumé. En d’autres termes, le moment n’était pas une coïncidence. La convergence de la manifestation contre la pandémie et la violence anti-policière a exprimé l’expansion, l’approfondissement du « Black Lives Matter ». Un premier niveau de signification était que, si la vie des Noirs importait vraiment pour le système de « justice » pénale américain, alors les multiples formes de violence racialisée en son sein n’existeraient pas. Lorsque la pandémie a frappé, cela a également signifié que les vies des Noirs ne devraient pas être perdues de manière disproportionnée et raccourcies par ce mélange mortel d’expositions à l’infection et de problèmes de santé préexistants — indiquant également les conditions structurelles sous-jacentes.

La défaite de Trump aux élections a été saluée comme une victoire, mais il ne semble pas que le même enthousiasme ait été suscité par la victoire de Biden. Comment lisez-vous le résultat des élections américaines ? Un « néolibéralisme progressiste » a-t-il vaincu de manière décisive le populisme réactionnaire du bloc Trump et le populisme progressiste de Sanders ?

Nous restons, pour reprendre les termes de Gramsci, dans un interrègne, où l’ancien meurt, mais le nouveau ne peut naître. Dans cette situation, vous avez tendance à avoir une série d’oscillations politiques, de va-et-vient entre des alternatives qui sont épuisées et qui ne peuvent pas réussir. À l’heure actuelle, cependant, nous ne sommes pas encore passés du trumpisme au « néolibéralisme progressiste » à grande échelle incarné par les administrations Clinton et Obama. Cela pourrait encore arriver, bien sûr, mais à partir de maintenant, le mouvement de balancier est en cours de contrôle par l’aile gauche enhardie du Parti démocrate. La défaite de Trump a été garantie par une alliance entre le centre néolibéral de l’establishment du parti, l’aile Clinton-Obama et son opposition populiste de gauche — l’aile Sanders-Warren-AOC.

Le résultat est que les populistes progressistes et les néolibéraux progressistes forment maintenant une coalition. Les populistes sont le parti le plus faible de cette alliance et ne sont pas représentés dans le cabinet de Biden, mais leur influence s’est néanmoins accrue. Sanders dirige maintenant le puissant comité du budget du Sénat et est fréquemment interviewé à la télévision nationale, ce qui est nouveau — il n’a jamais été traité auparavant comme un porte-parole ou un commentateur clé. Ensuite, « The Squad », le caucus d’AOC au Congrès, a doublé son nombre de membres, remportant d’importantes courses à la Chambre lors des élections de 2020.

Sur la politique intérieure, les centristes se sont déplacés vers la gauche. Les démocrates des deux chambres ont voté à l’unanimité pour le projet de loi de secours de la COVID de 1,9 billion de dollars de Biden, qui contient plusieurs éléments sur la liste de souhaits progressiste-populiste. Ce forfait reflète clairement la force et l’influence de l’aile Sanders. Pourtant, il a eu le soutien des conseillers économiques de Biden qui, bien que certainement pas « à gauche », représentent au moins une rupture partielle avec les anciens de Goldman Sachs qui ont dirigé le département du Trésor pendant des décennies et nous ont apporté la financiarisation. Dirigée par Janet Yellen, l’orientation de la nouvelle équipe est néo ou quasi keynésienne; bien que toujours attachés au « libre-échange », ils ont au moins temporairement renoncé à la logique d’austérité et donné la priorité au plein emploi à la faible inflation.

L’état actuel de l’administration Biden représente une formation de compromis.  Il y a beaucoup de tensions intrinsèques ici, et celles-ci sont vouées à éclater tôt ou tard. Il reste à voir quand et sous quelle forme — également, si elles peuvent être résolues et à quelles conditions. En général, l’alliance gauche/ libérale est fragile et ne durera pas éternellement, mais ce qui le remplacera exactement reste incertain. Une variable clé est la mesure dans laquelle les politiques de Biden satisferont une population ébranlée non seulement par les retombées sanitaires et économiques de la pandémie, mais également par les « conditions préexistantes ». Quarante ans de désindustrialisation et de délocalisation, de financiarisation, de lutte contre les syndicats, de McJobification, de délabrement des infrastructures — ainsi que de violence policière, de dévastation environnementale, de déchiquetage du filet de sécurité sociale: tout ce qui a contribué à aggraver les conditions de vie des pauvres, de la classe ouvrière, des classes moyennes inférieures et moyennes.

C’est le processus qui a déclenché la défection massive du « néolibéralisme progressiste », dans la révolte populiste bilatérale de 2016 — Trump d’un côté, Sanders de l’autre. Ces deux mouvements se continueront sous une forme ou une autre, tant que ces processus se poursuivront. Ainsi, l’avenir du compromis Biden dépend de sa capacité à faire suffisamment de concessions pro-ouvrières pour garder les populistes de gauche à bord et pour émousser la force des populistes de droite. De plus, il doit également satisfaire la classe des investisseurs. Ce n’est pas un travail facile.

Lorsque le compromis Biden s’effondrera, comme il se doit, les libéraux attaqueront probablement la gauche et essaieront de ressusciter le néolibéralisme progressiste sous une nouvelle forme, tout comme les forces du MAGA tenteront de ressusciter leur alternative réactionnaire-populiste. À ce stade, la gauche fera face à un carrefour. Dans un scénario, cela doublerait les formes de politique identitaire superficielle qui conduisent à l’annulation de la culture et du fétichisme de la diversité. Dans un autre, il ferait un effort sérieux pour construire une troisième alternative, en articulant une politique inclusive de reconnaissance avec une politique égalitaire de redistribution. L’idée serait de séparer les éléments proclasse ouvrière de chacun des deux autres blocs et de les unir dans une nouvelle coalition anticapitaliste, engagée à lutter pour l’ensemble de la classe ouvrière — pas seulement les gens de couleur, les immigrants et les femmes qui ont soutenu Sanders, mais aussi courtiser — sur la base de leurs intérêts économiques — ceux qui ont fait défection envers Trump. Une telle coalition pourrait être considérée comme une version de gauche du populisme, mais je le vois moins comme un point final que comme une étape de transition, en route vers quelque chose de plus radical — une transformation structurelle profonde de tout notre système social. Cela exigerait non seulement une politique de populisme de gauche, mais quelque chose qui ressemblerait davantage à un écosocialisme démocratique.