Actions contre les PPP Construction en PPP de CHSLD en Montérégie Une nouvelle Coalition sur le pied de guerre

Mis en ligne le 15 juin 2010

Des groupes popu­laires, com­mu­nau­taires et syn­di­caux ont créé une coa­li­tion pour s’opposer fer­me­ment à la construc­tion et sur­tout à la ges­tion en par­te­na­riat public-privé de futurs centres d’hébergement et de soins de longue durée. La Coalition contre les PPP en Montérégie réclame de l’Agence de la santé et des ser­vices sociaux que les pro­jets de CHSLD soient plutôt réa­li­sés en mode public, un mode moins dis­pen­dieux et plus res­pec­tueux des besoins des per­sonnes âgées en lourde perte d’autonomie. Elle invite la popu­la­tion à signer la péti­tion en ligne sur le site de l’Assemblée natio­nale et à s’opposer au trans­fert vers le sec­teur privé des ser­vices offerts aux aînés.

Les récentes déci­sions de l’Agence de la Montérégie de déve­lop­per en PPP quatre CHSLD, tota­li­sant 398 lits, auront pour effet de céder à des pro­mo­teurs privés la res­pon­sa­bi­lité de la qua­lité de vie et des soins de mil­liers de per­sonnes âgées très malades et vul­né­rables qui y seront héber­gées au cours des années à venir. Un pre­mier projet de CHSLD à Saint-Lambert, d’une capa­cité de 200 lits, a déjà été confié en PPP au pro­prié­taire de l’entreprise Les Résidences Soleil pour une période de 25 ans. Trois autres pro­jets de 66 lits chacun ver­raient le jour à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Châteauguay et à Granby.

En pri­va­ti­sant sans débat public une partie de la mis­sion assu­mée jusqu’ici par l’État, l’Agence met en péril son mandat ini­tial d’assurer à la popu­la­tion des ser­vices publics de qua­lité. La raison d’être de l’entreprise privée, loin d’être la santé et la sécu­rité de la popu­la­tion, est et sera tou­jours de faire des pro­fits, contrai­re­ment au sec­teur public. « En pré­co­ni­sant le mode de réa­li­sa­tion en PPP, on en arrive à se ques­tion­ner sur les véri­tables objec­tifs du gou­ver­ne­ment. Se pré­oc­cupe-t-il réel­le­ment de la qua­lité des soins ou n’y voit-il là qu’une oppor­tu­nité d’affaires ? », affirme Carole Lamarque, membre du comité de rési­dents du CSSS Jardins-Roussillon et porte-parole de la Coalition contre les PPP en Montérégie.

De plus, les règles de gou­ver­nance devant guider les CHSLD réa­li­sés en PPP appa­raissent incom­plètes et floues, lais­sant planer des doutes quant à la sur­veillance publique des acti­vi­tés et à l’imputabilité des pro­mo­teurs privés. La Coalition craint le pire pour le bien-être de mil­liers de per­sonnes vul­né­rables appe­lées, au cours des 25 pro­chaines années, à être héber­gées dans ces CHSLD deve­nus privés. « En Montérégie, il y a urgence de bâtir des CHSLD publics. Le mode public a déjà fait ses preuves. Au cours des cinq der­nières années, c’est plus d’une dizaine de CHSLD qui ont été créés en recou­rant au mode tra­di­tion­nel. Cessons de pri­va­ti­ser les pro­fits et offrons à la popu­la­tion de la Montérégie des soins de santé de qua­lité », de conclure madame Lamarque.

Les orga­ni­sa­tions membres de la Coalition contre les PPP sont : la Table régio­nale des orga­nismes com­mu­nau­taires et béné­voles de la Montérégie (TROCM), la Fédération de la santé et des ser­vices sociaux (FSSS-CSN), la Fédération inter­pro­fes­sion­nelle de la santé du Québec – FIQ, l’Alliance du per­son­nel pro­fes­sion­nel et tech­nique de la santé et des ser­vices sociaux (APTS), le Syndicat cana­dien de la fonc­tion publique (SCFP-FTQ), la Table de concer­ta­tion des groupes de femmes de la Montérégie (TCGF-M), l’Association des retrai­tées et retrai­tés de l’éducation et des autres ser­vices publics du Québec (AREQ Montérégie) ainsi que des syn­di­cats de plu­sieurs centres de santé et de ser­vices sociaux de la région.

(Communiqué de presse émis le 6 mai 2010, par la Coalition contre les PPP en Montérégie)

Les commentaires sont fermés.