Quelques notes sur le Forum de Montréal et sur l’avenir du FSM

Par Mis en ligne le 18 septembre 2016

L’appréciation du Forum social mon­dial de Montréal en août 2016 est contra­dic­toire. La par­ti­ci­pa­tion des mou­ve­ments du Sud a été frei­née par les scan­da­leux refus de visas et la fai­blesse du fonds de soli­da­rité. Ces pro­blèmes étaient atten­dus, mais leurs consé­quences ont été sous-esti­mées. Le déve­lop­pe­ment, dans le Nord, du pro­ces­sus des Forums sociaux mon­diaux est néces­saire ; il ne peut se faire au détri­ment de la par­ti­ci­pa­tion pleine et entière, pre­mière même, des mou­ve­ments des pays du Sud. La par­ti­ci­pa­tion des mou­ve­ments de dif­fé­rents pays à Montréal, ville inter­na­tio­nale, a permis une cer­taine diver­sité des par­ti­ci­pants, sans pour autant cor­ri­ger les absences qui ont pesé très lourd. Les débats ont été, dans l’ensemble, de très bonne tenue. La prin­ci­pale raison est le retour des Forums thé­ma­tiques et des mobi­li­sa­tions inter­na­tio­nales. Les réseaux de mou­ve­ments se sont ren­for­cés dans beau­coup de domaines qui ont été visibles à Montréal. On a pu le voir dans les tables de conver­gence et dans les grandes confé­rences qui ont été très sui­vies. Des ren­contres régio­nales de mou­ve­ments ont été très impor­tantes. Celle sur l’Amérique latine (orga­ni­sée par l’Espace éman­ci­pa­tion des NCS) a permis de prendre la mesure d’une évo­lu­tion dra­ma­tique. De même que les ren­contres sur le Moyen-Orient avec la pré­sence des mou­ve­ments pales­ti­niens et de BDS, les confé­rences sur la Syrie, l’Irak, l’Égypte. On a pu mesu­rer le dyna­misme du pro­ces­sus avec les forums asso­ciés tels le Forum mon­dial des migra­tions, le Forum des médias libres, le Forum sur la théo­lo­gie de la libé­ra­tion, le Forum des par­le­men­taires et des élus locaux.

L’avenir du FSM

L’avenir du FSM a fait l’objet de débats très vifs. Plusieurs ses­sions y ont été consa­crées et la table de conver­gence sur l’avenir du FSM orga­ni­sée par Pierre Beaudet a été très suivie. De manière géné­rale, il y a un accord pour élar­gir le pro­ces­sus avec des forums locaux, natio­naux, régio­naux, thé­ma­tiques. Mais, le débat sur l’avenir des forums est plus pro­fond. La pro­chaine étape du mou­ve­ment alter­mon­dia­liste néces­site une réin­ven­tion com­plète des forums sociaux mon­diaux et du pro­ces­sus des forums. Cet accord, actif pour cer­tains, passif pour beau­coup, part de de l’appréciation sui­vante : l’espace des forums est très insa­tis­fai­sant, mais pour l’instant, il n’y en a pas d’autre qui per­mette une ren­contre inter­na­tio­nale large des mou­ve­ments sociaux qui contestent la domi­na­tion mon­diale néo­li­bé­rale. L’avenir des forums sociaux mon­diaux est dans leur capa­cité à construire l’espace des débats et des éla­bo­ra­tions, des mobi­li­sa­tions et des actions citoyennes, des pra­tiques alter­na­tives. L’ensemble consti­tue l’espace d’un projet alter­na­tif d’émancipation.

Le Conseil International (CI)

Lors des ren­contres du Conseil International (CI) du 13 au 15 août, les débats ont été très tendus, notam­ment sur la recon­nais­sance de BDS, sur les visas et sur la pro­po­si­tion d’une décla­ra­tion contre le coup d’État au Brésil. En réa­lité, le débat sous-jacent a porté sur l’inadaptation des formes d’organisation par rap­port aux défis liés à la nou­velle situa­tion. Cette ques­tion des formes d’organisation n’est pas très en cause au niveau du pro­ces­sus et se révèle assez adap­tée pour les forums natio­naux, régio­naux ou thé­ma­tiques. Elle est plus for­te­ment posée au niveau des Forums sociaux mon­diaux qui res­tent des rendez-vous impor­tants, mais sont de plus dif­fi­ciles à orga­ni­ser du fait que les mou­ve­ments sociaux sont confron­tés à des envi­ron­ne­ments défa­vo­rables. C’est au niveau du Conseil inter­na­tio­nal que la ques­tion est la plus dif­fi­cile. La contra­dic­tion est très grande : le pro­ces­sus et les forums sociaux mon­diaux ont besoin d’une réfé­rence et d’une ins­tance de recours qui ne soit pas une direc­tion. Il faut arri­ver à un accord sur une nou­velle forme d’organisation du CI et il faut, en même temps, faire face à la situa­tion avec un CI qui ne peut plus comp­ter que sur une partie des mou­ve­ments qui l’ont consti­tué. Nous entrons dans une période tran­si­toire pen­dant laquelle les forces actives du pro­ces­sus devront enta­mer un pro­ces­sus de trans­for­ma­tion. Il y a tou­te­fois un préa­lable. Parmi les nom­breux débats qui agitent les Forums sociaux, il y a la manière d’adapter la mise en œuvre de l’horizontalité et du consen­sus qui cor­res­pond à deux visions de la situa­tion. Pour cer­tains, il s’agit d’accentuer encore plus un espace hori­zon­tal ouvert pour faci­li­ter les ren­contres et les conver­gences. Pour d’autres, il s’agit de ren­for­cer la radi­ca­lité des forums en orga­ni­sant les débats poli­tiques, les prises de déci­sions et les actions com­munes. Nous ne pour­rons pas avan­cer si nous ne trou­vons pas une forme d’accord ou de coha­bi­ta­tion, au moins pro­vi­soire, entre ces deux posi­tions.

Pour pré­pa­rer la pro­chaine réunion du CI de jan­vier 2017[1], cinq groupes de tra­vail ont été consti­tués dans le but de :

  • Remettre en place le secré­ta­riat du CI.
  • Actualiser le Guide des prin­cipes d’organisation des Forums (notam­ment à partir de la demande de BDS).
  • Lancer le pro­ces­sus pour la consti­tu­tion d’une Assemblée des mou­ve­ments en lutte.
  • Élaborer un texte d’analyse de la situa­tion poli­tique mon­diale.
  • Relancer une stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion du Forum.

Gustave Massiah est membre du CRID (France) et du Conseil inter­na­tio­nal du FSM. Également membre fon­da­teur d’Intercoll.

[1] Elle aura lieu à Porto Alegre, en jan­vier 2017.

Les commentaires sont fermés.