Quelques notes sur le Forum de Montréal et sur l’avenir du FSM

L’appréciation du Forum social mondial de Montréal en août 2016 est contradictoire. La participation des mouvements du Sud a été freinée par les scandaleux refus de visas et la faiblesse du fonds de solidarité. Ces problèmes étaient attendus, mais leurs conséquences ont été sous-estimées. Le développement, dans le Nord, du processus des Forums sociaux mondiaux est nécessaire ; il ne peut se faire au détriment de la participation pleine et entière, première même, des mouvements des pays du Sud. La participation des mouvements de différents pays à Montréal, ville internationale, a permis une certaine diversité des participants, sans pour autant corriger les absences qui ont pesé très lourd. Les débats ont été, dans l’ensemble, de très bonne tenue. La principale raison est le retour des Forums thématiques et des mobilisations internationales. Les réseaux de mouvements se sont renforcés dans beaucoup de domaines qui ont été visibles à Montréal. On a pu le voir dans les tables de convergence et dans les grandes conférences qui ont été très suivies. Des rencontres régionales de mouvements ont été très importantes. Celle sur l’Amérique latine (organisée par l’Espace émancipation des NCS) a permis de prendre la mesure d’une évolution dramatique. De même que les rencontres sur le Moyen-Orient avec la présence des mouvements palestiniens et de BDS, les conférences sur la Syrie, l’Irak, l’Égypte. On a pu mesurer le dynamisme du processus avec les forums associés tels le Forum mondial des migrations, le Forum des médias libres, le Forum sur la théologie de la libération, le Forum des parlementaires et des élus locaux.

L’avenir du FSM

L’avenir du FSM a fait l’objet de débats très vifs. Plusieurs sessions y ont été consacrées et la table de convergence sur l’avenir du FSM organisée par Pierre Beaudet a été très suivie. De manière générale, il y a un accord pour élargir le processus avec des forums locaux, nationaux, régionaux, thématiques. Mais, le débat sur l’avenir des forums est plus profond. La prochaine étape du mouvement altermondialiste nécessite une réinvention complète des forums sociaux mondiaux et du processus des forums. Cet accord, actif pour certains, passif pour beaucoup, part de de l’appréciation suivante : l’espace des forums est très insatisfaisant, mais pour l’instant, il n’y en a pas d’autre qui permette une rencontre internationale large des mouvements sociaux qui contestent la domination mondiale néolibérale. L’avenir des forums sociaux mondiaux est dans leur capacité à construire l’espace des débats et des élaborations, des mobilisations et des actions citoyennes, des pratiques alternatives. L’ensemble constitue l’espace d’un projet alternatif d’émancipation.

Le Conseil International (CI)

Lors des rencontres du Conseil International (CI) du 13 au 15 août, les débats ont été très tendus, notamment sur la reconnaissance de BDS, sur les visas et sur la proposition d’une déclaration contre le coup d’État au Brésil. En réalité, le débat sous-jacent a porté sur l’inadaptation des formes d’organisation par rapport aux défis liés à la nouvelle situation. Cette question des formes d’organisation n’est pas très en cause au niveau du processus et se révèle assez adaptée pour les forums nationaux, régionaux ou thématiques. Elle est plus fortement posée au niveau des Forums sociaux mondiaux qui restent des rendez-vous importants, mais sont de plus difficiles à organiser du fait que les mouvements sociaux sont confrontés à des environnements défavorables. C’est au niveau du Conseil international que la question est la plus difficile. La contradiction est très grande : le processus et les forums sociaux mondiaux ont besoin d’une référence et d’une instance de recours qui ne soit pas une direction. Il faut arriver à un accord sur une nouvelle forme d’organisation du CI et il faut, en même temps, faire face à la situation avec un CI qui ne peut plus compter que sur une partie des mouvements qui l’ont constitué. Nous entrons dans une période transitoire pendant laquelle les forces actives du processus devront entamer un processus de transformation. Il y a toutefois un préalable. Parmi les nombreux débats qui agitent les Forums sociaux, il y a la manière d’adapter la mise en œuvre de l’horizontalité et du consensus qui correspond à deux visions de la situation. Pour certains, il s’agit d’accentuer encore plus un espace horizontal ouvert pour faciliter les rencontres et les convergences. Pour d’autres, il s’agit de renforcer la radicalité des forums en organisant les débats politiques, les prises de décisions et les actions communes. Nous ne pourrons pas avancer si nous ne trouvons pas une forme d’accord ou de cohabitation, au moins provisoire, entre ces deux positions.

Pour préparer la prochaine réunion du CI de janvier 2017[1], cinq groupes de travail ont été constitués dans le but de :

  • Remettre en place le secrétariat du CI.
  • Actualiser le Guide des principes d’organisation des Forums (notamment à partir de la demande de BDS).
  • Lancer le processus pour la constitution d’une Assemblée des mouvements en lutte.
  • Élaborer un texte d’analyse de la situation politique mondiale.
  • Relancer une stratégie de communication du Forum.

Gustave Massiah est membre du CRID (France) et du Conseil international du FSM. Également membre fondateur d’Intercoll.

 

[1] Elle aura lieu à Porto Alegre, en janvier 2017.