Le Canada entre la stagnation politique et la récession économique

Le premier ministre du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a réussi à être réélu pour la troisième fois lors des élections générales anticipées qu’il a convoquées. Les libéraux ont remporté ou étaient en tête avec 158 sièges (un de plus qu’avant), sur un total de 338 sièges, et les conservateurs ont suivi les libéraux, remportant ou en tête avec 119 sièges, trois de moins que leur résultat de 2019. Mais Trudeau n’obtiendra pas la majorité absolue au Parlement et aura besoin du soutien des néo-démocrates pour faire adopter une loi.
En effet, le résultat est plus ou moins le même que lors de la dernière élection il y a deux ans. Le plan de Trudeau pour obtenir une majorité basée sur le «succès» de la gestion par le gouvernement de la crise COVID s’est retourné contre lui. De nombreux électeurs ont considéré l’élection comme un geste cynique et une perte de temps. En effet, ce sont les conservateurs qui ont obtenu le plus de voix (comme en 2019) attirant 34% de soutien contre 32% des libéraux, mais le soutien des libéraux est centré sur les zones urbaines et suburbaines où il y a plus de sièges. 
La participation électorale a chuté au 21e siècle, passant d’un sommet de 75 % ; lors de cette élection, il était d’environ 65% – bien plus élevé qu’aux États-Unis, à peu près le même qu’au Royaume-Uni mais inférieur à d’autres économies du G7 comme l’Allemagne et le Japon. Un taux de participation de 65 % signifie que le parti des « non-votants » est le plus important – et les libéraux de Trudeau n’ont attiré qu’un électeur potentiel sur cinq.
Canada : participation électorale (%)
En tant que plus petit pays du G7 en termes de PIB et de population, le Canada a enregistré beaucoup moins de cas de COVID et de décès que de nombreux autres pays, et Trudeau a récemment rouvert la frontière, mais uniquement aux vaccinés. Lors des élections, Trudeau a souligné la situation désastreuse en Alberta, dirigée par un gouvernement provincial conservateur, qui a refusé d’adopter des restrictions de distanciation sociale et subit  une vague de cas et d’hospitalisations. Fait intéressant, le Parti populaire d’extrême droite anti-vacc n’a pas réussi à se démarquer, avec seulement 5,1% de sondages.
Trudeau est peut-être de retour au pouvoir, mais comme les autres économies du G7, les choses ne sont pas rose économiquement. Les perspectives économiques du Canada pour 2021 sont similaires à celles d’autres pays. Après la plus forte contraction économique depuis 1945 (une baisse de 5,5% du PIB en 2020), le Canada est toujours en récession, selon les derniers chiffres, bien que les prévisionnistes (Oxford Economics) s’attendent toujours à une forte reprise.
Même si les prévisions ci-dessus s’avèrent exactes, les tendances économiques à long terme de l’économie canadienne ne sont pas excellentes. Un récent rapport de l’Institut Macdonald-Laurier a écrit que « la croissance du PIB réel canadien au cours de la dernière décennie a été aussi léthargique que la décennie suivant le début de la Grande Dépression en 1929 . Ainsi, le capitalisme canadien connaissait déjà des problèmes depuis plus d’une décennie lorsque le verrouillage de la COVID-19 a commencé.
Stagnation économique
Pour la période récente, Geoff McCormack du Centre d’études canadiennes de l’Université d’études étrangères du Guangdong a produit une excellente analyse du capitalisme canadien, dont je m’inspire ici. McCormack constate qu’au cours de la période de 13 ans qui a suivi la « Grande crise canadienne » de 1990-92, le taux de profit du capital canadien est passé de 13 % à 28 %. Mais après avoir culminé en 2005, il a commencé à baisser pour atteindre 17 % en 2019.
La trajectoire descendante du taux de profit au cours de cette période de 14 ans s’est accompagnée d’une masse de profit stagnante. Entre les années 1993 et ​​2005, la masse des profits a augmenté de 142%. Après 2005 et jusqu’en 2019, il stagne cependant, n’ayant augmenté que de 1,5 % sur l’ensemble de la période.
Le Canada a échappé en grande partie à l’impact de la crise financière mondiale de 2008-2009 en raison de la longue période de rentabilité et d’accumulation de capital relativement forte qui a précédé la crise. Mais en 2006, selon McCormack, la rentabilité avait commencé à s’éroder. « Par la suite, la stagnation « furtive » est devenue de plus en plus évidente dans les taux d’accumulation de capital, d’utilisation des capacités, d’emploi, ainsi que de croissance des salaires réels et du PIB.
Au cours des huit années qui ont suivi 2010, l’investissement des entreprises dans les usines n’a augmenté en moyenne que de 0,1 %. La reprise après la Grande Récession a été entraînée par un boom du logement alimenté par le crédit. Les gens ont obtenu des emplois mais à de faibles taux de rémunération, tout comme dans les autres économies du G7. Dans les années qui ont suivi la Grande Récession, la croissance des salaires réels a considérablement ralenti, n’atteignant en moyenne que 0,4 % par an. Comme le dit McCormack, « ​​compte tenu de la faible rentabilité, de l’accumulation de capital terne, de l’utilisation des capacités tronquée, du faible taux d’emploi et de la faible croissance des salaires réels, il n’est pas surprenant que la croissance du PIB réel ait également été faible ».
Le Canada dépend de plus en plus de sa production de pétrole et de gaz et d’autres ressources minérales. Il n’y a donc aucune volonté d’éliminer progressivement la production de combustibles fossiles pour sauver la planète. Trudeau l’a dit dans un discours au Texas il y a quelques années : « Aucun pays ne trouverait 173 milliards de barils de pétrole dans le sol et les y laisserait. » Ainsi, le Canada, qui représente 0,5 % de la population de la planète, prévoit d’utiliser près d’un tiers du budget carbone restant de la planète. Il y a du pétrole dans le sol et il doit en sortir.
Et même la croissance des revenus au cours de la dernière décennie n’a pas été partagée également. Comme dans d’autres économies de l’OCDE, la part des revenus allant aux 1 % des « salariés » les plus riches a grimpé en flèche tandis que la part des 50 % les plus pauvres a chuté. En effet, les 1 % les plus riches ont presque autant de revenus que les 50 % les plus pauvres !
Canada : part des 1 % supérieurs (bleu); 50 % inférieur (rouge) – Base de données sur les inégalités dans le monde.
Et l’inégalité de la richesse au Canada est comparable à celle des autres économies du G7.
Ainsi, la décennie depuis 2009 a été caractérisée par une stagnation furtive, enracinée dans des problèmes de rentabilité qui ont commencé après 2005. Cela s’est manifesté par l’accumulation stagnante de machines et d’équipements, de faibles taux d’utilisation des capacités industrielles, de faibles niveaux d’emploi, ainsi que de faibles salaires réels. et la croissance du PIB. C’est une expression de ce que j’ai appelé la longue dépression dans laquelle toutes les grandes économies capitalistes ont sombré depuis 2009 au cours des dix années qui ont précédé la crise du COVID.
Et tout comme dans d’autres grandes économies du G7, la dette des entreprises et des ménages a atteint des niveaux records. Malgré des taux d’intérêt très bas, le secteur des entreprises au Canada est plombé par les coûts du service de la dette. En 2020, 55 % des revenus des entreprises étaient consacrés au paiement des intérêts et du principal des prêts, alors qu’il s’élevait à 43 % aux États-Unis. Le ratio du service de la dette est passé de 38 % en 2006 à 57 % en 2019 alors que la stagnation économique pesait sur les bilans des entreprises.
Les économistes de la Banque du Canada ont classé 25 % des sociétés canadiennes cotées en bourse comme des sociétés zombies, c’est-à-dire qu’elles ne gagnent pas suffisamment de revenus pour couvrir les paiements d’intérêts sur leurs dettes impayées.
Le capitalisme canadien porte donc toutes les caractéristiques des contradictions auxquelles sont confrontées les autres économies du G7 à la sortie de la crise de la COVID. Le premier ministre Trudeau n’a rien obtenu avec ses élections anticipées et fait face aux mêmes problèmes pour faire fonctionner l’économie capitaliste du Canada qu’avant. •