8 mars : Journée internationale des femmes

Par Mis en ligne le 08 mars 2012

« En cette veille de la Journée inter­na­tio­nale des femmes, nous comp­tons sur le pre­mier ministre pour passer de la parole aux actes et pour favo­ri­ser réel­le­ment l’égalité entre les sexes »
— Alexa Conradi, porte-parole du Collectif 8 mars et pré­si­dente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ)

Montréal, 7 mars 2012 – Après une ren­contre qua­li­fiée de cor­diale, le 23 février der­nier, avec la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition fémi­nine, madame Christine St-Pierre, le Collectif 8 mars demande main­te­nant au pre­mier ministre Jean Charest d’envoyer un signal clair afin de donner suite aux entre­tiens du Collectif et de la ministre.

« On com­prend très bien le fait que madame St-Pierre n’ait pas les cou­dées franches pour aller de l’avant avec l’ensemble de nos demandes, puisque d’autres ministres sont inter­pel­lés, a expli­qué la pré­si­dente de la FFQ et porte-parole du Collectif, Alexa Conradi. Elle a mani­festé une ouver­ture impor­tante quant à la demande de finan­ce­ment des États géné­raux du fémi­nisme, et un inté­rêt pour la pré­ven­tion des inéga­li­tés, pour la place des femmes au sein de diverses ins­tances et pour le finan­ce­ment de cer­tains pro­jets. La porte est entrou­verte, c’est bien, mais ce n’est pas assez. »

Le nerf de la guerre

S’il a de grandes ambi­tions pour en finir avec la dis­cri­mi­na­tion faite aux femmes et pour assu­rer leur éga­lité réelle, le Collectif 8 mars est conscient que sans sou­tien poli­tique et finan­cier, il est très dif­fi­cile de faire évo­luer la situa­tion. C’est pour­quoi il s’adresse direc­te­ment au pre­mier ministre.

« C’est mon­sieur Charest qui tient les cor­dons de la bourse et c’est à lui de les déta­cher, pour­suit madame Conradi. Nous lui deman­dons éga­le­ment de s’assurer de l’application de l’analyse dif­fé­ren­ciée selon les sexes (ADS). En clair, cela veut dire s’assurer que les lois, les poli­tiques, les pro­grammes et les ser­vices publics aillent dans le sens de l’égalité des femmes. Le pro­chain dis­cours sur le budget est une occa­sion en or pour en faire la démons­tra­tion.

« Cela veut aussi dire dési­gner sys­té­ma­ti­que­ment des femmes au sein des comi­tés d’étude mis sur pied. Je pense ici au comité d’experts sur les régimes de retraite, le comité d’Amours, qui se dis­tingue mal­heu­reu­se­ment par l’absence de femmes. Il y a cinq ans, presque jour pour jour, mon­sieur Charest for­mait un Conseil des ministres pari­taire et recon­nais­sait que la pré­sence des femmes fai­sait une dif­fé­rence au sein de la vie poli­tique. Nous lui deman­dons main­te­nant d’être consé­quent », a conclu la repré­sen­tante du Collectif.

Le Collectif 8 mars est formé de l’Alliance du per­son­nel pro­fes­sion­nel et tech­nique de la santé et des ser­vices sociaux (APTS), de la Centrale des syn­di­cats démo­cra­tiques (CSD), de la Confédération des syn­di­cats natio­naux (CSN), de la Centrale des syn­di­cats du Québec (CSQ), de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), de la Fédération inter­pro­fes­sion­nelle de la santé du Québec — FIQ, de la Fédération des tra­vailleurs et tra­vailleuses du Québec (FTQ), du Syndicat de la fonc­tion publique du Québec (SFPQ) et du Syndicat de pro­fes­sion­nelles et pro­fes­sion­nels du gou­ver­ne­ment du Québec (SPGQ).

– 30 –

Renseignements : Jean Laverdière, FTQ 514 893-7809 ; Francis Boucher, APTS 514 609-2906 ; Julie Roy, CSD 514 899-1070 ; Chantale Larouche, CSN 514 216-9097 ; Claude Girard CSQ, 514 237-4432 ; Afifa Maanimou, FFQ 514 717-4847 ; Caroline Valiquette, FIQ 514 796-5012 ; Éric Lévesque, SFPQ, 418 564-4150 ; Michel Monette, SPGQ, 418 780-5070.

Les commentaires sont fermés.