Un « Empire colossal » dans la construction – Et que dire du pouvoir médiatique de Québecor et Power au Québec ?

Par Mis en ligne le 21 juillet 2012

Un « Empire colossal » dans la construction - Et que dire du pouvoir médiatique de Québecor et Power au Québec ?Bien que je condamne comme tout le monde, ou presque, la « col­lu­sion ten­ta­cu­laire » de quelques entre­pre­neurs sur l’industrie de la construc­tion au Québec, et à ce sujet, je sou­haite ardem­ment que le tra­vail de la Commission Charbonneau abou­tira au déman­tè­le­ment de ce sys­tème. Il n’en demeure pas moins que la cou­ver­ture média­tique des der­niers jours me laisse plutôt son­geur.

En effet, il m’apparaît plutôt para­doxal de voir les médias de Power Corporation et de Québecor mul­ti­plier les man­chettes pour dénon­cer cet « empire colos­sal », dia­grammes à l’appui, ainsi que le contrôle et l’influence déme­su­rés exer­cés par seule­ment 7 entre­pre­neurs cachés der­rière 147 socié­tés diverses. Une cou­ver­ture média­tique pour le moins « sur­réa­liste » quand on y pense quelques ins­tants.

Un droit de vie et de mort sur les jour­na­listes et les poli­ti­ciens

Et pour cause, ces jour­na­listes et chro­ni­queurs qui dénoncent cette main­mise de quelques entre­pre­neurs sur l’industrie de la construc­tion sont eux-mêmes à l’emploi de deux empires encore plus puis­sants et influents auprès de l’opinion publique et de nos poli­ti­ciens. En effet, à eux seuls, Power Corporation et Québecor contrôlent plus de 90 % de l’information écrite au Québec et ces mêmes jour­na­listes ne semblent guère s’en offus­quer.

Et c’est sans comp­ter leur influence qui s’étend dans le sec­teur de l’information télé­vi­sée. Pour Québecor en déte­nant le groupe TVA, le plus impor­tant réseau de télé­vi­sion privée au Québec, et les jour­naux de Power à tra­vers leur alliance avec Radio-Canada. Ces deux empires sont suf­fi­sam­ment puis­sants pour faire et défaire les car­rières jour­na­lis­tiques, au gré des caprices de leurs pro­prié­taires, aussi bien que les car­rières poli­tiques.

Les ten­ta­cules de Québecor et Power

Les récentes révé­la­tions des visites fré­quentes de notre pre­mier ministre Jean Charest, au domaine de Sagard, démontrent jusqu’à quel point cette influence des barons de la presse n’est pas moins inquié­tante que celle des rois de l’industrie de la construc­tion.

C’est bien beau de nous mon­trer les ten­ta­cules des pieuvres Accurso, Fava, Catania, et autres empires de la construc­tion, mais qu’attendent ces médias pour bros­ser le por­trait de ces pieuvres média­tiques que sont Québecor et Power et nous mon­trer leurs nom­breux ten­ta­cules et jusqu’à quel point ces inté­rêts influencent leur façon de nous infor­mer ?

Une infor­ma­tion « sous influence »

Qu’en est-il des liens d’affaires étroits entre­te­nus entre le grand patron de Québecor et les auto­ri­tés de la Ville de Québec ? Jusqu’à quel point ces inté­rêts com­muns ont-ils teinté la cou­ver­ture faite par les jour­na­listes de Québecor du dos­sier de l’amphithéâtre de Québec ? Et que dire des autres liens unis­sant Québecor au gou­ver­ne­ment de Stephen Harper ? Sans oublier le détour­ne­ment du temps d’antenne dans les bul­le­tins de nou­velles de TVA ou de LCN, ou la récu­pé­ra­tion de l’espace rédac­tion­nel dans les jour­naux de l’empire, pour tout sim­ple­ment faire l’autopromotion des pro­duits de l’empire… avec la com­pli­cité de jour­na­listes qui n’ont guère le choix.

Mêmes malaises du côté de Power alors que nous igno­rons, quoi qu’en dise Pierre Foglia, jusqu’à quel point les mul­tiples inté­rêts de la famille Desmarais, notam­ment dans le pétrole, les gaz de schiste, les assu­rances, et j’en passe, n’influencent pas la pensée édi­to­riale des médias de l’empire, comme leur cou­ver­ture jour­na­lis­tique. Les doutes sont d’autant plus ren­for­cés quand on voit tout le temps que le jour­nal La Presse a dû prendre avant de nous parler de la fameuse vidéo mon­trant cer­tains poli­ti­ciens réunis à Sagard pour célé­brer l’anniversaire de Jacqueline Desmarais… alors que la nou­velle fai­sait déjà lar­ge­ment la man­chette dans les médias concur­rents.

Un « pou­voir fami­lial » unique en Occident

Je veux bien qu’on s’inquiète des empires qui font la pluie et le beau temps dans l’industrie de la construc­tion, et j’en suis, mais l’influence des Desmarais et Péladeau qui fabriquent l’opinion publique à coup de son­dages ques­tion­nables, de chro­ni­queurs asser­vis, de man­chettes assas­sines, et de repor­tages biai­sés, qui relèvent plus de la pro­pa­gande que de l’information, ne mérite-t-elle pas qu’on s’y arrête éga­le­ment ?

Le taux de concen­tra­tion de la presse atteint au Québec et au Canada est le plus élevé en Occident. Aucun autre pays indus­tria­lisé ne per­met­trait qu’un tel pou­voir d’informer et d’influencer l’opinion publique repose entre les mains de si peu de per­sonnes. Des empires média­tiques tels que Power et Québecor n’auraient jamais pu se consti­tuer dans aucune autre démo­cra­tie qu’au Québec et au Canada. Pourtant, non seule­ment cela a été pos­sible ici, mais je n’entends per­sonne deman­der que l’on déman­tèle un duo­pole aussi puis­sant et mena­çant pour notre société.

Ce que vous ne verrez jamais à la Une

Verrons-nous un jour, à la une des médias de Québecor ou de Power, les dia­grammes fai­sant voir à l’ensemble de la popu­la­tion les mul­tiples ten­ta­cules de ces pieuvres qu’ils sont deve­nus ? Pourra-t-on voir visua­li­ser les liens étroits unis­sant leurs pro­prié­taires et leurs chro­ni­queurs à divers think-tank et lobby de droite ?

Aurons-nous droit un jour, au Québec, à une com­mis­sion d’enquête char­gée de se pen­cher sur les effets réels de la concen­tra­tion de la presse, des consé­quences d’un pou­voir aussi concen­tré sur l’objectivité jour­na­lis­tique et l’opinion publique ? Je sais bien que je rêve mais je ne peux m’empêcher de penser qu’on tou­che­rait là quelque chose d’aussi gros et d’aussi impor­tant pour le bien commun que la Commission Charbonneau.

Les commentaires sont fermés.