Québec inc dans la tourmente

L’élection du 4 septembre pourrait révéler s’il fallait le faire les profondes fractures qui divisent la société québécoise. Les dominants sont évidemment divisés. Devant la dérive de leur parti « organique » (le PLQ), ils sont désemparés, car ils (la plupart d’entre eux) savent que ce parti ne peut plus gouverner, du moins pour longtemps. Ce qui les choque est que cela fragilise le projet de pillage des ressources à grande échelle dont ils rêvaient d’être les principaux bénéficiaires.  En effet, le « Plan nord » et les projets extractivistes qui se multiplient le long du Saint-Laurent devaient relancer l’accumulation au profit de ce qui est mieux connu sous le nom de Québec inc. Certes, l’avancée de la CAQ est un « prix de consolation », mais en tout et pour tout, Québec inc a le vague à l’âme.

Éparpillement

Si on entre dans les détails, on constate que Québec inc est une réalité composite qui repose sur un consensus clair mais étroit qui est celui de poursuivre et même d’aggraver les réformes néolibérales entamées depuis deux décennies. C’est une convergence peu surprenante qui correspond à la volonté de toutes les bourgeoisies de tous les États du G-8 qui espèrent liquider au plus vite l’héritage keynésien et forcer les couches moyennes et populaires à abandonner les acquis arrachés par le « grand compromis » de l’après-guerre. En même temps, c’est un terrain glissant pour ces élites, non seulement pour affronter les classes populaires, mais aussi parce que cela peut activer les contradictions au sein même des diverses factions en présence. La crise ouverte depuis 2008 accentue ces clivages. En utilisant le crash pour forcer encore plus la restructuration néolibérale, le capital enfonce la société toute entière dans une lente mais irrésistible descente aux enfers. Les résistances populaires s’activent, les factions perdantes de la bourgeoisie se chicanent avec les factions gagnantes, c’est un chaos croissant.

Québec inc et Amérique du Nord inc

On oublie parfois que Québec inc est en partie une succursale de Canada inc ou de Amérique du Nord inc, c’est-à-dire une bourgeoisie qui agit essentiellement comme une composante ou un relai subalterne du capital canadien (et-ou états-unien). Cette partie de Québec inc a un poids économique énorme, mais son influence politique est limitée du fait de sa subalternité justement. Néanmoins, elle a l’avantage de se trouver au cœur du capitalisme canadien, même lorsqu’il s’agit de firmes dont le siège est au Québec (comme Bombardier ou Power Corporation par exemple). Orphelin du PLQ, cette bourgeoisie d’envergure canadienne se replie sur son soutien fondamental qui est l’État fédéral, surtout que celui-ci est présentement solidement entre les mains d’un projet de droite bien organisé. Mais elle est inquiète non seulement face à la dislocation de ces outils traditionnels, mais surtout par le glissement vers la gauche d’une grande partie de la société (les « carrés rouges »).

Les aspirations changeantes de la bourgeoisie « régionale »

Mais Québec inc, c’est aussi une bourgeoisie « régionale », dont les assises sont québécoises bien qu’elle aussi vise à se « nord-américaniser ». La singularité de ce Québec inc est d’avoir été pendant longtemps un « produit dérivé » de l’État québécois de la révolution tranquille. C’était le grand rêve de Jacques Parizeau d’utiliser l’État québécois éventuellement souverain pour faire de cette bourgeoisie régionale (dont l’implantation est concentrée dans les ressources et les médias) une bourgeoisie au sens plein du terme. Au bout de la ligne cependant, la bourgeoisie « régionale » n’a pas embarqué dans le projet souverainiste qu’elle voyait trop « contaminé » par les revendications populaires. Aujourd’hui cette élite dont quelques fleurons (Quebecor) cherchent à se tailler une place au sein de l’establishment canadien est tentée d’embarquer dans l’aventure de la CAQ (elle avait déjà appuyée l’ADQ), essentiellement pour accélérer la liquidation de la révolution tranquille, ce qui passe par une grande confrontation avec les couches sociales et populaires. Pour préparer le terrain, les Péladeau de notre monde mènent la « bataille des idées » sur une base populiste, démagogique, agressive, nationaliste de droite, ciblant à la fois les immigrantEs et les syndicats. En faisant cela espère-t-elle, cette bourgeoisie régionale se doterait d’une base populaire comme Stephen Harper a réussi à le faire avec le Parti Conservateur. Mais petit détail, on est au Québec ici et non en Alberta. Ce qui fait que le projet est plutôt risqué.

L’État québécois et la bourgeoisie

Québec inc, c’est aussi la couche supérieure de l’État et de ses nombreux appareils dont les grandes entreprises issues de la révolution tranquille (comme Hydro-Québec, la SAQ et surtout la Caisse de dépôts) et de l’expansion du secteur public en général. On pourrait mettre dans cette faction les grands gestionnaires du Mouvement Desjardins, du Fonds de solidarité de la FTQ et de quelques institutions financières qui existent en bonne partie à cause de leur proximité avec l’État québécois. Cette « bourgeoisie » ne dispose pas, comme dans le secteur privé, de la propriété des moyens de production. Elle joue cependant un rôle important dans des dispositifs étatiques qui servent le capitalisme « collectif » dont elle partage bien sûr les valeurs. Pour autant, cette élite est également ambigüe. Le projet de Parizeau lui aurait donné un rôle central, mais cela n’a pas marché. De par sa position de classe, elle ne veut pas d’un Québec qui se mettrait à part dans l’ensemble capitaliste nord-américain (pas question d’aller par exemple dans de réformes qui remettraient en question les piliers du capitalisme financiarisé actuel). Pour ces raisons, cette élite reste très hésitante face au PQ qui aurait du être, logiquement parlant, son principal véhicule. Dans la confusion actuelle, on constate que de plus en plus de ces grands gestionnaires de l’État lorgnent vers un  « plan B » qui est d’abandonner le navire et de se mettre au service de Canada inc (on se souvient de l’ex PDG de la Caisse de Dépôts Henri-Paul Rousseau maintenant au service de Power Corp).

Le merveilleux monde de la PME

Québec inc enfin, c’est une masse de petites et moyennes entreprises dont la vulnérabilité est énorme, car ils restent de petits maillons dans la chaîne. Quelquefois nationalistes (ils sont en général écrasés par le grand capital nord-américain), ils sont soucieux de ne pas nuire à leur insertion dans cette chaîne, insertion qui depuis l’ALÉNA les place dans un axe nord-sud davantage que sur un axe est-ouest. C’était le deuxième rêve de Parizeau qui espérait que ce processus accentuerait la dislocation de l’entité canadienne et qui permettrait au Québec de devenir un État indépendant et capitaliste « normal » et comme les autres. Mais aujourd’hui, les patrons des PME sont peu tentés par l’aventure souverainiste. Par définition, ils n’ont pas de projet sinon que celui de terminer l’année fiscale dans le noir en espérant un vague statu quo (que cela soit avec le PLQ ou la CAQ). L’influence de ces PME est inversement proportionnelle à celle des capitalistes régionaux ou intégrés dans Canada inc, c’est-à-dire économiquement insignifiante mais politiquement puissante. Les petits patrons en effet détiennent des symboliques leviers de pouvoir au niveau local (mairies, chambres de commerce, caisses pop, conseils régionaux des élus, etc.), ce qui leur permet d’avoir de l’influence auprès du peuple qu’ils connaissent bien puisqu’ils en proviennent !!!

L’absence de projets

Cet éparpillement de l’élite québécoise explique en bonne partie l’absence d’un consensus politique. Dans ce moment d’oscillation, le PQ tente un come-back qui est un peu sa dernière chance, mais la tâche sera ardue. Québec inc au-delà de ses divergences parlera d’une seule voix pour bloquer toute velléité de réforme sérieuse, soit à l’Assemblée nationale même (surtout si le gouvernement est minoritaire), soit à l’extérieur via les menaces et le chantage qui ont déjà commencé (fermetures d’entreprises, délocalisations de sièges sociaux, désinvestissement, etc.). Cette agression sera répercutée à la puissance n au Canada par l’État fédéral et Canada inc dans une volonté claire et explicite de « détruire les séparatissses »… Ce face-à-face sera sans compromis, au point où il serait surprenant qu’on laisse même Pauline Marois le choix de pratiquer une bonne « gouvernance » vaguement nationaliste. Reste alors un autre « détail » : l’irruption des couches moyennes et populaires, qui ont déjoué les projets des dominants à plusieurs reprises dans le passé, et qui pourraient continuer leur insolente rébellion aujourd’hui… Après tout, c’est également une tendance mondiale non ?!?