Accueil- Actualités et conjoncturesPour une désescalade de la crise autour de l’Ukraine

Pour une désescalade de la crise autour de l’Ukraine

Quand les puissants de ce monde cesseront-ils de risquer et de sacrifier impunément la sécurité réelle des êtres humains dans l’affrontement de leurs intérêts respectifs?

Pour une désescalade de la crise autour de l’Ukraine

Collectif Échec à la guerre

Cela fait maintenant deux mois qu’a éclaté la crise entourant le déploiement de quelque 100 000 soldats russes à 350 km de la frontière ukrainienne et l’exigence formulée par la Russie que ses intérêts sécuritaires soient pris en considération. Un intense ballet diplomatique s’ensuit depuis, ponctué de menaces, de rumeurs, de nouveaux déploiements militaires et de nouvelles livraisons d’armes. Que se passe-t-il au juste? Quelles sont les issues possibles?

La crise

Pour une rare fois, la Russie a investi le centre de la scène mondiale en indiquant avoir des exigences incontournables et en proposant des projets de traités pour en discuter. Le projet de traité avec l’OTAN, à l’instar de l’Acte fondateur OTAN-Russie de 1997, réaffirme qu’aucun pays ne doit renforcer sa sécurité aux dépens de celle des autres. Il appelle à ce que troupes étrangères et armements soient retirés des 14 pays d’Europe de l’Est qui sont devenus membres de l’OTAN après 1997 et à ce qu’aucun missile terrestre à portée courte ou intermédiaire ne soit déployé là où il permettrait d’atteindre le territoire d’autres États Parties. Il appelle aussi à la non-expansion de l’OTAN et à la cessation de toute activité militaire en Ukraine et dans d’autres États d’Europe de l’Est, du Caucase-Sud et d’Asie centrale. À l’appui de sa « posture de négociation », outre les importants déploiements d’effectifs à la frontière ukrainienne, la Russie participe aussi en ce moment à des exercices militaires d’envergure en Biélorussie, pays limitrophe de l’Ukraine au nord.

Même s’ils savent que ni la France ni l’Allemagne n’appuieraient l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, les États-Unis invoquent quand même le principe de la « porte ouverte » de l’OTAN pour rejeter en bloc les principales demandes russes. Avec les échos fidèles du Royaume-Uni et du Canada, ils alimentent un climat de guerre en claironnant l’imminence d’une invasion russe, en retirant le personnel non essentiel de leurs ambassades et en lançant de nombreuses rumeurs sans jamais en offrir de preuves. Ainsi la Russie serait responsable d’attaques informatiques de sites gouvernementaux, puis de centaines de fausses alertes à la bombe en Ukraine; elle  aurait infiltré des agents pour fabriquer des prétextes à une invasion; elle chercherait à imposer un dirigeant pro-russe à Kiev; elle préparerait une vidéo de propagande d’une fausse attaque des forces ukrainiennes, etc. Notons, au passage, qu’autant les États-Unis que la Russie sont capables de tels gestes pour l’avancement de leurs intérêts…

Après avoir clarifié que leur armée ne combattrait pas pour repousser une invasion russe, c’est par la menace de sanctions draconiennes que les États-Unis tentent de rendre leur dissuasion crédible tant auprès de la Russie (si tant est qu’ils croient vraiment à l’imminence d’une invasion) qu’auprès d’autres pays pouvant se sentir menacés par elle (et par le climat de guerre alimenté par les États-Unis).

Genèse des enjeux sécuritaires actuels pour la Russie

Malgré les dénis officiels occidentaux, l’adhésion à l’OTAN de très nombreux pays d’Europe de l’Est – qui étaient auparavant membres du Pacte de Varsovie sous l’égide de l’URSS – s’est réalisée en brisant une promesse faite à Gorbatchev en 1990, alors qu’on négociait l’assentiment soviétique à une Allemagne réunifiée qui serait membre de l’OTAN. « Pas un pouce vers l’Est » avait été la formule garantissant qu’il n’y aurait pas d’expansion de l’OTAN. Cet engagement avait été rendu d’autant plus crédible qu’on promettait, de surcroît, que l’OTAN jouerait à l’avenir un rôle davantage politique et que les enjeux de sécurité européenne seraient dorénavant l’apanage d’une Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) renforcée, dont la Russie faisait partie. Tous les dirigeants d’URSS/Russie, de Gorbatchev à Poutine, ont dénoncé cette promesse rompue.

L’expansion de l’OTAN l’a amenée aux frontières mêmes de la Russie dès 2004, avec l’adhésion de l’Estonie et de la Lettonie (plus de 500 km de frontières communes avec la Russie). L’adhésion envisagée de l’Ukraine et de la Géorgie ajouterait plus de 2 200 km de frontière commune entre l’OTAN et la Russie!

Graduellement, cette expansion de l’OTAN s’est accompagnée de déploiements militaires dans les nouveaux pays membres, d’exercices militaires de plus en plus importants aux portes de la Russie. Des systèmes de missiles antibalistiques ont aussi été déployés en Pologne et en Roumanie. Une véritable mine d’or pour les complexes militaro-industriels occidentaux, États-Unis en tête.

Il n’est pas étonnant que la Russie perçoive toute cette évolution comme menaçante pour elle. On n’a qu’à imaginer un instant comment les États-Unis réagiraient si les pays d’Amérique centrale étaient déjà presque tous membres d’une alliance militaire dominée par la Russie, si cette dernière y déployait des troupes, des armements, des missiles et s’il était maintenant question d’étendre cette alliance hostile au Mexique. On se souviendra qu’en 1962 les États-Unis avaient imposé un blocus et risqué l’affrontement avec l’URSS pour forcer le retrait de ses missiles de Cuba.

Et l’Ukraine là-dedans?

Rappelons qu’en 2013-2014, nos médias et nos gouvernements nous ont offert une vision tronquée et simpliste de la « révolution » qui se produisaient alors en Ukraine, la présentant comme un soulèvement spontané et généralisé contre un gouvernement inféodé à la Russie. Il y avait pourtant des signes évidents d’ingérence étrangère, notamment la participation aux manifestations du sénateur John McCain, du directeur de la CIA, John Brennan et même de notre ministre des Affaires étrangères de l’époque John Baird. En février 2014, des manifestations tournent à la violence, des snipers d’appartenance inconnue tirent sur des manifestants et des policiers, des armes sont volées à la police et à des garnisons militaires. Le président Ianoukovitch fuit le pays, et les États-Unis, l’OTAN et le Canada reconnaissent rapidement un gouvernement intérimaire, dont sept membres du cabinet sont issus de Svoboda… une organisation ultranationaliste, néo-nazie.

Le portrait des forces en présence en Ukraine était donc nettement plus complexe qu’on nous le présentait. L’Est et l’Ouest de ce pays ayant eu des parcours historiques très différents, il s’agissait d’un pays pluriel et divisé, sur des bases linguistiques, religieuses mais aussi idéologiques. Et le débat national à savoir si le pays devait s’aligner sur la Russie ou l’Occident a dégénéré en conflit armé au cours duquel près de 14 000 personnes sont mortes et 1,5 millions ont été déplacées. Dans l’est ukrainien, deux sous-régions administratives du Donbass, Donetsk et Lugansk, ont proclamé leur indépendance et se sont alignées sur la Russie. On peut parler de guerre civile pour décrire ce qui s’est passé et qui perdure encore.

Malheureusement, rien n’est réglé dans l’Est de l’Ukraine où les violations du cessez-le-feu et les accusations mutuelles à cet égard sont quasi-journalières. Si l’on sait comment les crises commencent, il est bien difficile de prédire comment elles se terminent. En haut lieu et à l’abri des conséquences, les dirigeants politiques, alternant menaces et ouvertures à la conciliation, étirent souvent les crises pour sortir avantagés au maximum de la solution ultimement négociée. Mais ils n’ont pas nécessairement le contrôle de ce qui se passe sur le terrain sur les ‘fronts’ des conflits. Des erreurs de perception, d’évaluation sont possibles. Des gestes non autorisés par ‘en haut’ sont possibles. Et dans tout cela, c’est avant tout la population de l’Ukraine qui en paierait le prix.

Les enjeux nucléaires

Une guerre entre les États-Unis et la Russie – deux puissances qui ensemble détiennent 90 % des armes nucléaires – risquerait de ne pas rester conventionnelle longtemps. La perspective d’une défaite ou de pertes jugées trop importantes pourrait entraîner le recours aux armes nucléaires dans une escalade risquant le sort de l’humanité. L’OTAN compte aussi deux autres pays nucléaires : la France et le Royaume-Uni. De plus, le concept de « parapluie nucléaire » assurant la protection de tous les États membres de l’OTAN a fait en sorte que 100 à 150 bombes nucléaires étasuniennes B61 sont ‘stationnées’ dans 5 pays non-nucléaires de l’Europe : l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas et la Turquie. S’étant retirés du Traité sur les missiles antibalistiques en 2002, les États-Unis ont depuis déployé plusieurs systèmes ABM, notamment en Pologne et en Roumanie. Souvent présentés comme purement défensifs, ces systèmes peuvent très bien être envisagés comme protection contre une réplique nucléaire lors d’une première frappe nucléaire. C’est la raison pour laquelle les États-Unis et l’URSS s’étaient entendus pour les interdire en 1972.

De son côté, la Russie a déployé des missiles Iskander d’une portée de 500 km – pouvant porter des ogives nucléaires ou conventionnelles – dans son enclave de Kaliningrad située sur la mer Baltique, entre la Lituanie et la Pologne. D’autre part, un référendum est prévu en Biélorussie le 27 février pour modifier la constitution de 1991 du pays qui le proclamait alors territoire sans armes nucléaires. Alexandre Loukachenko, président biélorusse depuis 1994, permettrait à la Russie de ramener des armes nucléaires sur son territoire et la Russie affirme qu’elle envisagerait un tel déploiement si l’Ukraine devenait membre de l’OTAN ou si les États-Unis déployaient des armes nucléaires en Pologne. Cette dernière perspective a été évoquée par l’OTAN face à la possibilité que le nouveau gouvernement de coalition en Allemagne – qui a décidé de participer, en tant qu’observateur, à la première rencontre (à venir) des États Parties au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) – demande que les armes nucléaires étasuniennes soient retirées du pays.

À cela s’ajoute maintenant le possible déploiement, par les États-Unis et la Russie, de missiles de croisière et de missiles balistiques à portée intermédiaire (entre 500 et 5 500 km) et à charge conventionnelle ou nucléaire. Le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), entré en vigueur en juin 1988, avait amené l’élimination et l’interdiction de cette catégorie d’armes, mais les deux pays s’en sont retirés en 2019 en s’accusant mutuellement de l’avoir violé.

De plus en plus, comme dans les années 1980, se profile la perspective d’un affrontement nucléaire entre les États-Unis et la Russie qui serait d’abord livré en Europe et anéantirait rapidement le continent. À l’époque, cela avait donné lieu à des mobilisations citoyennes de très grande ampleur, en Europe mais aussi en Amérique du Nord, qui avaient justement conduit à l’adoption du Traité FNI.

Le rôle néfaste du Canada

Quand le premier ministre Trudeau et la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly affirment que toutes les actions du Canada « ont pour but de diminuer la tension et de trouver une solution diplomatique », on ne saurait être plus éloignés de la réalité.

De 2013-2014 à aujourd’hui, la politique étrangère du Canada vis-à-vis la crise en Ukraine a été calquée sur celle des États-Unis, à commencer par l’ingérence du ministre des Affaires étrangères de l’époque, John Baird, en appui aux manifestations à Kiev.

Depuis 2015, dans le cadre de l’Opération UNIFIER, le Canada déploie environ 200 militaires en Ukraine, en rotations de 6 mois, dans un rôle de formation et d’entraînement « harmonisé » aux efforts d’autres pays comprenant aussi la Lituanie, la Pologne, l’Ukraine, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Danemark et la Suède. Le 26 janvier 2022, le Canada annonçait l’élargissement – jusqu’à 260 militaires et peut-être même 400 – et la prolongation de cette opération pour trois ans, en y consacrant 340 millions $ supplémentaires.

Depuis 2014, l’Opération REASSURANCE en Europe centrale et en Europe de l’Ouest est le plus important déploiement militaire du Canada à l’étranger, comptant plus de 900 militaires sur mer, au sol et dans les airs, dans le cadre de l’OTAN : 240 marins à bord d’une frégate, 540 militaires dirigeant un « groupe tactique de présence avancée renforcée » de l’OTAN en Lettonie, pays frontalier de la Russie, et 135 membres de l’Aviation royale canadienne et six avions de chasse CF-18 Hornet participant à des activités de police aérienne renforcées de l’OTAN. Il y a quelques jours, la ministre canadienne de la Défense, Anita Anand, annonçait que le Canada envisageait envoyer d’autres soldats en Pologne et dans les pays baltes.

Par la réitération de son appui à l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN et l’annonce – en écho à celle des États-Unis et du Royaume-Uni – du retrait du personnel non essentiel de son ambassade, le Canada jette aussi de l’huile sur le feu.

Le Canada ayant de très importants projets d’exportation de gaz naturel vers l’Allemagne, il a aussi un certain intérêt objectif à ce que les exportations russes vers ce pays soient perturbées ou réduites…

Favoriser la désescalade

L’humanité ne peut pas se permettre d’envisager un affrontement militaire entre les grandes puissances de ce monde, étant donné la puissance apocalyptique des armes nucléaires dont elles sont dotées. C’est pour cela que l’on doit s’opposer au développement d’une nouvelle guerre froide entre les États-Unis et l’OTAN, d’une part, et la Chine et la Russie, d’autre part.

Il n’y aura pas de solution diplomatique à la crise actuelle sans que ses protagonistes acceptent de faire de compromis. Dans ce cas-ci, la balle est d’abord dans le camp des États-Unis, qui doivent reconnaître que l’expansion sans limite de l’OTAN jusqu’aux portes de la Russie ne sera jamais acceptable pour cette dernière. Ne rien céder là-dessus ne peut mener qu’à une confrontation encore plus dangereuse.

Un statut de neutralité pour l’Ukraine ou, tout au moins, un moratoire de longue durée sur l’accession de l’Ukraine et la Géorgie à l’OTAN – sans travailler pendant ce temps à y créer une inféodation militaire de fait à l’OTAN – pourrait être une voie de sortie. En ce qui concerne le conflit qui perdure dans l’Est ukrainien, une réelle mise en œuvre des accords de Minsk II s’impose, notamment par une réforme constitutionnelle en faveur d’un système fédéral prévoyant une large autonomie pour Donetsk et Lougansk.

Les États-Unis et la Russie devraient aussi entamer de sérieuses négociations de limitation des armements, notamment en ce qui concerne les missiles à portée intermédiaires et les antimissiles balistiques. L’escalade des moyens d’intimidation doit cesser. Les budgets astronomiques qui y sont consacrés doivent être réaffectés à la lutte contre le réchauffement climatique et à la satisfaction des autres besoins fondamentaux de l’humanité.

S’il veut vraiment favoriser la voie diplomatique, le Canada doit cesser d’appuyer l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et mettre fin à tous ses déploiements militaires en Ukraine et en Europe de l’Est. Il doit aussi rompre avec la rhétorique de guerre froide dans laquelle il s’est engagé, renoncer à la politique nucléaire de l’OTAN et réellement œuvrer pour le désarmement nucléaire en signant immédiatement et s’engageant à ratifier le TIAN.

Autant aux États-Unis qu’en Europe et ici, il nous faut des mouvements citoyens puissants pour forcer nos gouvernements à s’engager dans cette voie avant qu’il ne soit trop tard.

Le Comité porte-parole du Collectif Échec à la guerre

Judith Berlyn

Martine Eloy

Raymond Legault

Suzanne Loiselle