Forum social 2011

Enthousiasme, désorganisation et autogestion

Mis en ligne le 14 février 2011

Le Forum Social Mondial (FSM), s’est achevé ce ven­dredi 11 février. Le bilan de la mobi­li­sa­tion est excellent selon les orga­ni­sa­teurs. Ils parlent de 100 000 par­ti­ci­pants. Et ce malgré des pro­blèmes de logis­tiques sans précédents.
Le Forum social mon­dial se tenait cette année à Dakar, capi­tale du Sénégal. Une cen­taine de mil­liers de par­ti­ci­pants s’y seraient croi­sés, selon les orga­ni­sa­teurs. Une mobi­li­sa­tion qui cor­res­pond plus ou moins au double de leurs attentes initiales.

Ce ven­dredi, ce grand ras­sem­ble­ment alter­mon­dia­liste a ter­miné comme il avait com­mencé et vécu : par une grande fête. Sur l’esplanade qui fait face au podium où les dis­cours de clô­ture se pro­noncent, on rie, on danse, on crie ses der­niers slo­gans. On fait cir­cu­ler des annonces du départ de Hosni Moubarak. On s’embrasse. Mis à part les trois pre­miers rangs, on fait tout sauf écou­ter. Avec une jovia­lité jamais mise en défaut malgré la fatigue évi­dente qui marque les faciès.

Insurmontable, le défi logis­tique a été en partie contourné

Si la mobi­li­sa­tion et l’enthousiasme des par­ti­ci­pants étaient bel et bien au rendez-vous ce fut en dépit d’énormes pro­blèmes de logis­tiques. « On est dans un Etat qui peine à four­nir de l’électricité aux habi­tants de sa capi­tale même. Le défi logis­tique était extrê­me­ment com­plexe », rap­pelle Nicolas Haeringer, membre du comité d’organisation. Ce der­nier évoque éga­le­ment des cir­cons­tances par­ti­cu­lières qui ont aggravé la situa­tion. C’est en effet l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui accueillait l’évènement. Celle-ci était censée être en période de vacances durant la durée du FSM. Mais les plus 70 000 étu­diants de l’Université avaient fina­le­ment cours nor­ma­le­ment, les vacances ayant été repor­tées suite à une grève plus tôt dans l’année. Avec des réper­cus­sions évi­dentes sur la dis­po­ni­bi­lité des locaux.

« On n’est pas passé loin du désastre, recon­naît Nicolas Haeringer. Mais l’enthousiasme et l’autogestion ont permis d’éviter cela et de pous­ser encore plus loin la prise d’autonomie des par­ti­ci­pants ». Les mots sont lâchés : « enthou­siasme » et « auto­ges­tion », clai­re­ment les deux notions qui collent le mieux à la peau de ce FSM. Avec « désor­ga­ni­sa­tion », évi­dem­ment, mais on a presque envie d’écrire que l’une n’allait pas sans les deux autres.

« Finalement entre 20 et 30% des acti­vi­tés pré­vues n’ont pas eu lieu », nous confie Tawfik Ben Abdallah, figure en vue du comité d’organisation. Ce qui veut dire que des 1200 ate­liers prévus un peu plus de 900 ont effec­ti­ve­ment eu lieu. Plus les innom­brables acti­vi­tés infor­melles qui se sont improvisées.

« Voilà l’Humanité nou­velle »

Selon la théo­rie du verre à moitié plein ou vide, on pour­rait aisé­ment faire un bilan catas­tro­phique ou élo­gieux du FSM 2011. Demba Moussa Dembélé, direc­teur du Forum afri­cain des alter­na­tives et membre de l’organisation du FSM retient, lui, la moitié pleine. « Nous sommes très satis­faits, nous explique-t-il avec fer­veur. Tout d’abord la par­ti­ci­pa­tion démontre la vita­lité du mou­ve­ment alter­mon­dia­liste, contrai­re­ment à ce qu’affirme la grande presse », déve­loppe cet éco­no­miste de l’Université de Dakar. « Ensuite, la qua­lité des débats qui ont eu lieu est indé­niable. Et puis regar­dez cette foule !, nous enjoint-il en tour­nant le dos à la scène pour faire face à l’esplanade. Cette joie de vivre, cet enthou­siasme, voilà ce qui me res­tera de ce Forum de Dakar », pour­suit-il. « Une foule qui croit en un avenir meilleur, une foule qui vous dit ‘Voilà, nous sommes l’Humanité nou­velle, réunie ici en Afrique, ber­ceau de l’Humanité’ ».

On pourra écrire et penser ce qu’on veut de ce Forum social et des ses couacs. Mais il res­tera l’indéniable éner­gie qui se dégage de ces dizaines mil­liers de per­sonnes réunies pour par­ta­ger une convic­tion simple et pro­fonde : » Un autre monde est possible « .

Julien Vlassenbroek, à Dakar

Voir en ligne : RTBF​.be

Les commentaires sont fermés.