Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS

Du socialisme à l’écosocialisme

Par Mis en ligne le 23 août 2011

Quelques constats

On peut obser­ver quatre phases vers la des­truc­tion pla­né­taire

  • La révo­lu­tion indus­trielle. Énergie fos­sile + colo­nia­lisme.
  • La révo­lu­tion key­né­sienne. Entrée dans la consom­ma­tion de masse pour sauver le capi­ta­lisme après la grande crise de 1929, du nazisme et du sta­li­nisme + hyper­con­som­ma­tion comme com­pro­mis social portent sur la crois­sance de la taille du gâteau plutôt que de sa redis­tri­bu­tion 1929-1991 – for­disme et post-for­disme.
  • La révo­lu­tion néo­li­bé­rale accé­lé­rée et hyper-glo­ba­li­sa­tion. 1991-2008. Accélération de la crois­sance dans les pays émer­gents (Chine, Inde, Brésil, etc.) basée sur un modèle capi­ta­liste occi­den­tal glo­ba­lisé. Le cor­po­ra­tisme fago­cite les ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques des États.
  • L’effondrement de la gou­ver­nance démo­cra­tique depuis 2008 — à nos jours. Échec de la régle­men­ta­tion des ins­ti­tu­tions finan­cières + plus grand vol des finances publiques + fin de la gou­ver­nance mon­diale en matière de chan­ge­ments cli­ma­tiques. Si les États ne sont plus capables de contrô­ler les ins­ti­tu­tions finan­cières en faillite, il y peu d’espoir pour une gou­ver­nance glo­bale. Le capi­ta­lisme est le fos­soyeur de la survie humaine sur cette pla­nète. Fuite en avant ! Choc et stu­peur.

Les crises écologiques

Combinaison d’au moins trois crises éco­lo­giques qui se ren­forcent mutuel­le­ment : chan­ge­ments cli­ma­tiques + toxiques + effon­dre­ment de la bio­di­ver­sité = consé­quences mul­tiples :

  • Crise ali­men­taire
  • Explosion de nou­velles mala­dies + pro­blèmes de repro­duc­tion.
  • Déstabilisation ins­ti­tu­tion­nelle (gou­ver­ne­ment + entre­prise)
  • Précarité sociale
  • Dérive auto­ri­taire et vio­lente
  • Croissance des inéga­li­tés

Trois scénarios de sortie de crise

  • Business-as-usual — effon­dre­ment = un nou­veau Moyen-âge de 1000 ans ? Fernand Braudel — L’an 395 = divi­sion de l’Empire romain.
  • Résistance-nos­tal­gie – résis­tance pour pré­ser­ver les acquis de l’ère en per­di­tion. Réactif.
  • Résistance-rési­lience. – résis­tance par la construc­tion de sys­tèmes de rési­liences (auto­no­mie ali­men­taire, auto­ges­tion des moyen de pro­duc­tions infor­melles + nou­velles soli­da­ri­tés sociales à la base, auto­ges­tion des soli­da­ri­tés sociales locales (États villes?) sur 2 axes : éco­lo­gie en chan­ge­ment (survie bio­lo­gique) + éga­lité de base.

La « gauche » doit donc :

  • Sortir du mythe du pro­grès linéaire hérité des Lumières. 300 ans ne font pas une ten­dance éter­nelle !
  • Relire Marx sur les condi­tions de la maté­ria­lité comme moteur his­to­rique dans le contexte actuel du déclin de la maté­ria­lité éco­lo­gique de la pla­nète.
  • Réinventer des com­mu­nau­tés de résis­tance et de rési­lience (les 2 RR!) avec l’objectif de garder ouvertes les pos­si­bi­li­tés de survie de l’espèce + condi­tions d’émergence d’un monde post-Kist post-moyen-âge cli­ma­tique.

Les commentaires sont fermés.