Depuis 10 ans, nous nous mentons à nous-mêmes pour ne pas poser la seule et vraie question

Par Mis en ligne le 11 septembre 2011
Par leurs pro­duc­tions lit­té­raires, vous les recon­naî­trez. Je parle des volumes, des biblio­thèques – voir bien plus, des salles rem­plies de livres – aux­quels ont donné nais­sance les crimes contre l’humanité commis le 11 sep­tembre 2001.
(JPG)

Beaucoup de ces ouvrages sont rendus boi­teux par leur pseudo-patrio­tisme et leur nom­bri­lisme, d’autres sont gan­gre­nés d’une mytho­lo­gie déses­pé­rée sur une culpa­bi­lité conjointe CIA/​Mossad, quelques-uns (du monde musul­man, hélas), font même réfé­rence aux tueurs comme à « nos gar­çons ». Mais qua­si­ment tous évitent la seule chose que n’importe quel flic de base cherche après un crime : le motif.

Pourquoi cela ? me suis-je demandé… Après 10 ans de guerre, de cen­taines de mil­liers d’innocents tués, de men­songes et d’hypocrisie et de tra­hi­son et de tor­ture sadique com­mise par les Américains – nos gars du MI5 ne fai­saient qu’entendre, com­prendre, peut-être regar­der, sans bien sûr faire de cha­touillis – et par les Talibans ? Avons-nous réussi à faire taire le monde avec nos peurs, comme nous avons réussi à nous faire taire nous-mêmes ? Ne sommes-nous tou­jours pas capables de faire ces trois énoncé : Les 19 meur­triers du 11/9 ont affirmé qu’ils étaient musul­mans – Ils venaient d’un endroit appelé le Moyen-Orient – Y a-t-il donc un pro­blème là-bas ?

Les édi­teurs amé­ri­cains sont d’abord partis en guerre en 2001 avec de mas­sifs volumes de photos com­mé­mo­ra­tives. Leurs titres sont élo­quents : Above Hallowed Ground [Au-dessus de la terre sacrée], So Others Might Live [Ainsi d’autres pour­ront vivre], Strong of Heart [La force du coeur], What We Saw [Ce que nous avons vu], The Final Frontier[La der­nière fron­tière], A Fury for God [Une fureur pour Dieu], The Shadow of Swords [L’ombre des épées]…

En voyant ce genre de trucs empi­lés dans les kiosques à tra­vers l’Amérique, qui pou­vait encore douter que les Etats-Unis allait se lancer dans la guerre ? Et bien avant l’invasion de l’Irak en 2003, un autre tas de publi­ca­tions sont sor­ties pour jus­ti­fier la guerre après la guerre. Les plus impor­tants d’entre eux étaient The Threatening Storm [La tem­pête qui menace] de l’ex-agent de la CIA Kenneth Pollack – et ne nous sou­ve­nons-nous pas tous du The Gathering Storm de Churchill ? – qui, cela va sans dire, com­pare la guerre à venir contre Saddam avec la crise que connais­saient la Grande-Bretagne et la France en 1938.

Pollack déve­lop­pait deux thèmes – « l’un des plus grands experts mon­diaux sur l’Irak », disait aux lec­teurs le texte de pré­sen­ta­tion aux lec­teurs parmi les­quels s’est trouvé Fareed Zakaria [pré­sen­ta­teur amé­ri­cain alors à la mode – N.d.T] qui a qua­li­fié l’ouvrage de « l’un des livres les plus impor­tants sur la poli­tique étran­gère amé­ri­caine de ces der­nières années. » Le pre­mier thème était un compte rendu détaillé des armes de des­truc­tion mas­sive de Saddam Hussein, dont aucune, comme nous le savons, n’a réel­le­ment existé. Le second thème s’appliquait à rompre le « lien » entre « la ques­tion ira­kienne et le conflit israélo-arabe ».

Pollack pour­suit en disant que Les Palestiniens, privés du sou­tien de la puis­sante Irak, seront encore davan­tage affai­blis dans leur lutte contre l’occupation israé­lienne. Pollack parle d’une « vicieuse cam­pagne ter­ro­riste » des Palestiniens, mais sans la moindre cri­tique d’Israël. Il débla­tère sur les « attaques ter­ro­ristes heb­do­ma­daires sui­vies de répliques israé­liennes (sic) », ce qui est la ver­sion stan­dard des évé­ne­ments côté israé­lien. L’attitude biai­sée de l’Amérique au profit d’Israël n’est en rien une « inven­tion » arabe. Eh bien, au moins Pollack a-t-il avoué – s’opposant à une atti­tude domi­nante – que le conflit israélo-pales­ti­nien avait quelque chose à voir avec le 11/9, même si ce n’était pas le cas pour Saddam.

Dans les années qui ont suivi, nous avons bien sûr été inon­dés d’une foi­son­nante lit­té­ra­ture sur les trau­ma­tismes post-11/9, depuis l’éloquent The Looming Tower [La Tour immi­nente] de Lawrence Wright au Scholars for 9/11 Truth[Universitaires pour la vérité sur le 11/9], dont les par­ti­sans nous ont affirmé que l’épave de l’avion devant le Pentagone était celle d’un C-130, que les engins volants qui ont frappé le World Trade Center étaient télé­gui­dés à dis­tance, que le vol United 93 a été abattu par un mis­sile amé­ri­cain, etc… Etant donné les comptes-rendus incom­plets, obtus et par­fois mal­hon­nêtes pré­sen­tés par la Maison Blanche – sans parler de cette dupe­rie qu’a été dès le début la Commission offi­cielle d’enquête sur le 11/9 – je ne suis pas sur­pris que des mil­lions d’Américains soient dis­po­sés à donner du crédit à cela, sans parler du men­songe encore plus gros pro­féré par le gou­ver­ne­ment : que Saddam était der­rière l’attentat du 11/9. Léon Panetta, l’autocrate nou­vel­le­ment nommé à la CIA, a répété encore cette année ce même men­songe… et à Bagdad.

Il y a eu des films, aussi. Imaginant ce qui peut (ou non) s’être passé à bord de l’avion du Vol 93 qui est tombé dans un bois en Pennsylvanie. Un autre raconte une his­toire très roman­cée, pour laquelle les auto­ri­tés de New York ont curieu­se­ment réussi à empê­cher la quasi-tota­lité du tour­nage dans les rues de la vraie ville. Et main­te­nant, nous sommes inon­dés d’émissions télé­vi­sées spé­ciales, qui toutes reprennent le men­songe selon lequel le 11/9 a vrai­ment changé le monde – c’est une reprise de cette idée dan­ge­reuse de Bush/​Blair qui a permis à leurs sou­dards de se livrer à des inva­sions meur­trières et de tor­tu­rer – sans la moindre inter­ro­ga­tion sur pour­quoi la presse et la télé­vi­sion ont pro­pagé cette idée. Jusqu’ici, pas un de ces pro­grammes n’a men­tionné le mot « Israël » – et Brian Lapping de l’émission Thursday night ITV nous a men­tionné « l’Irak » une fois, sans expli­quer com­ment le 11 Septembre 2001 a fourni l’excuse pour ce crime de guerre en 2003 [l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis – N.d.T]. Combien sont morts le 11/9 ? Près de 3000. Combien sont morts dans la guerre en Irak ? Qui s’en soucie ?

La publi­ca­tion du rap­port offi­ciel sur le 11/9 – en 2004, mais lisez la nou­velle édi­tion de 2011 – est en effet une étude de valeur, si ce n’est que pour les réa­li­tés que celle-ci pré­sente, bien que ses pre­mières phrases res­semblent plus à celles d’un roman à 4 sous qu’ à celles d’une enquête publique . « Mardi … une aube douce et presque sans nuages dans l’Est des Etats-Unis … Pour ceux qui se diri­geaient vers un aéro­port, les condi­tions météo­ro­lo­giques ne pou­vaient être meilleures pour un voyage sûr et agréable. Parmi les voya­geurs se trou­vait Mohammed Atta … » Les types qui écrivent cela, me suis-je demandé, sont-ils pigistes au Time maga­zine ?

Mais mon atten­tion est atti­rée par Anthony Summers et Robbyn Swan, dont The Eleventh Day [Le onzième jour] affronte ce que l’Occident a refusé de voir dans les années qui ont suivi le 11/9. « Tous les élé­ments … indiquent que la Palestine était le fac­teur qui a uni les conspi­ra­teurs – à tous les niveaux », écrivent-ils. Un des orga­ni­sa­teurs de l’attentat a pensé que cela amè­ne­rait les Américains à com­prendre « les atro­ci­tés que l’Amérique commet en sou­te­nant Israël. » La Palestine, explique les auteurs, « a cer­tai­ne­ment été la prin­ci­pale reven­di­ca­tion poli­tique … sou­dant ces jeunes Arabes (qui avaient vécu) à Hambourg. »

Toujours selon les auteurs, la moti­va­tion der­rière les attaques a été « esqui­vée » même par les offi­ciels qui ont pro­duit le rap­port sur le 11/9. Les com­mis­saires étaient en désac­cord sur cette « ques­tion » – mot de code pour « pro­blème » – et ses deux plus hauts res­pon­sables, Thomas Kean et Lee Hamilton, ont été plus tard amener à expli­quer : « Ce fut un ter­rain sen­sible … les com­mis­saires qui ont fait valoir que al-Qaïda a été moti­vée par une idéo­lo­gie reli­gieuse – et non pas par oppo­si­tion à la poli­tique amé­ri­caine – n’ont pas voulu citer le conflit israélo-pales­ti­nien … à leur avis, men­tion­ner le sou­tien amé­ri­cain à Israël comme une cause fon­da­men­tale de l’opposition d’al-Qaïda au États-Unis signi­fie­rait que les Etats-Unis devraient rééva­luer cette poli­tique. » Et là vous êtes au coeur de la ques­tion.

Que s’est-il alors passé ? Les com­mis­saires, Summers et Swan ont conclu par « des termes vagues qui contour­naient la ques­tion du mobile. » Il y a une indi­ca­tion dans le rap­port offi­ciel – mais seule­ment dans une note en bas de page que, bien sûr, peu de gens liront. En d’autres termes, on ne nous a tou­jours pas dit la vérité sur le crime qui – comme nous sommes censés le croire – « a pour tou­jours changé le monde. » Mais après avoir vu Barack Obama à genoux devant Netanyahou en mai der­nier, je suis tout sauf sur­pris.

Lorsque le pre­mier ministre israé­lien réus­sit à faire ramper le Congrès amé­ri­cain à ses pieds, le peuple amé­ri­cain n’est pas prêt de se voir poser la ques­tion la plus impor­tante et la plus « sen­sible » sur l’attentat du 11/9 : pour­quoi ?

(JPG)

Du même auteur :

-L’histoire se répète, avec les mêmes erreurs que celles com­mises en Irak – 25 août 2011
-Mahallah : la ville et ses tra­vailleurs qui les pre­miers se sont affron­tés à Moubarak – 12 août 2011
-Egypte : l’ancien des­pote et ses fils face à la colère de la nation qu’ils ont ter­ro­ri­sée – 5 août 2011
-Les dic­ta­teurs du monde arabe s’accrochent, mais pour com­bien de temps ? – 3 août 2011
-Place Tahrir, la colère monte à nou­veau : où est passée la révo­lu­tion pour laquelle la foule s’est battue ? – 22 juillet 2011
-Hama 1982 – 8 juillet 2011
-Le dépo­toir à des­potes fait bon accueil au sui­vant sur la liste – 18 juin 2011
-« J’ai vu ces cou­ra­geux méde­cins tenter de sauver des vies » – 14 juin 2011
-Le peuple contre le pré­sident – 9 juin 2011
-L’avenir de la révo­lu­tion se jouera-t-il au royaume du pétrole ? – 1° mars 2011
-Egypte : 50 000 enfants des rues mal­trai­tés par le régime de Moubarak – 17 février 2011
-L’armée res­serre-t-elle sa griffe sur l’Egypte ? – 14 février 2011

3 sep­tembre 2011 – The Independent – Vous pouvez consul­ter cet article à : http://​www​.inde​pendent​.co​.uk/​o​pinio…

Traduction : Naguib

Les commentaires sont fermés.