Pourquoi il faut partager les revenus. Patrick Artus, Marie-Paule Virard. Éditions La Découverte, 2010

Mis en ligne le 13 mai 2010

Depuis le début de la crise éco­no­mique de 2007-2009, on constate une sub­sti­tu­tion rapide, dans les pays émer­gents (comme la Chine, l’Inde ou le Brésil), de la pro­duc­tion inté­rieure aux impor­ta­tions. D’où une « déglo­ba­li­sa­tion » de l’économie réelle, qui repré­sente une ter­rible menace pour les États-Unis et l’Europe, car leurs expor­ta­tions vers les émer­gents ne repartent pas après la crise. Pour faire tour­ner la machine éco­no­mique et main­te­nir leur niveau de vie, les pays riches sont donc condam­nés à ne comp­ter que sur leur demande inté­rieure. Or, celle-ci risque de rester dura­ble­ment faible.

Et si les pays émer­gents pré­fèrent inves­tir leur épargne chez eux plutôt que de la prêter pour finan­cer les défi­cits des pays riches, ces der­niers – dont la France – peuvent être pris dans un engre­nage rava­geur. C’est celui du « syn­drome japo­nais » : la crise éco­no­mique ouverte en 1989 au Japon – dont il n’est jamais sorti depuis – était en effet très simi­laire à celle qui a frappé depuis 2007 les éco­no­mies amé­ri­caine et euro­péennes. Et le risque est aujourd’hui élevé de voir s’y enclen­cher une spi­rale tout aussi mor­ti­fère.

À partir de ce constat, Patrick Artus et Marie-Paule Virard décor­tiquent les fai­blesses des poli­tiques éco­no­miques mises en œuvre, en France et ailleurs, pour faire face aux effets de la crise. Et sur­tout, ils expliquent pour­quoi le seul moyen d’éviter en Europe le « syn­drome japo­nais », avec son cor­tège de chô­mage et de pré­ca­rité, serait de pro­mou­voir un nou­veau par­tage des reve­nus au béné­fice de l’immense majo­rité des sala­riés.

Patrick Artus est direc­teur de la recherche de Natexis, pro­fes­seur à l’École poly­tech­nique et pro­fes­seur asso­cié à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il a publié, avec Marie-Paule Virard, à La Découverte, deux livres à succès : Le Capitalisme est train de s’autodétruire (2005) et Comment nous avons ruiné nos enfants (2006).

Marie-Paule Virard, jour­na­liste, a été rédac­trice en chef du maga­zine Enjeux-Les Échos de 2003 à 2008. Elle a publié, avec Patrick Artus, à La Découverte deux livres à succès : Le Capitalisme est train de s’autodétruire (2005) et Comment nous avons ruiné nos enfants (2006).

Les commentaires sont fermés.