Les Zapartistes :

Le procès des cinq

Deux videos de 52 et 32 minutes

Par Mis en ligne le 14 janvier 2011

À l’occasion du 40e anni­ver­saire du procès des cinq, Les Zapartistes nous offrent de suivre les moments les plus mar­quants de ce procès poli­tique.

Alors qu’il était évident pour tous que Michel Chartrand, Charles Gagnon, Jacques Larue-Langlois, Robert Lemieux et Pierre Vallières n’avaient en rien par­ti­cipé aux actions ayant menées aux Événements d’Octobre, ils furent arrê­tés le 16 octobre 1970 en vertu de la Loi fédé­rale des mesures de guerre et tra­duits en cours le 8 jan­vier 1971, accu­sés de conspi­ra­tion pour sédi­tion…

À peine quelques mois après l’occupation mili­taire du Québec, décré­tée par le gou­ver­ne­ment fédé­ral de Pierre Elliot Trudeau pour écra­ser le mou­ve­ment social et poli­tique au Québec, ce procès témoigne du refus de mili­tants parmi les plus en vue de l’époque de s’écraser. Ce procès appelle à pour­suivre la lutte. Ce à quoi le mou­ve­ment social s’emploiera dans les mois sui­vants. Au cours des années sui­vantes les luttes sociales, syn­di­cales et poli­tiques connaî­tront une crois­sance et une effer­ves­cence inéga­lées à ce jour.

Dans les vidéos qui suivent, Les Zapartistes nous offre sur scène des extraits choi­sis du livre Le procès des Cinq publié chez Lux édi­teur. Ce spec­tacle a été pré­senté devant public le 31 octobre 2010 à l’École natio­nale de théâtre.

C’est le 8 jan­vier 1971 que com­mence le spec­ta­cu­laire procès des Cinq qui vaudra à Michel Chartrand, dès le pre­mier jour, quatre condam­na­tions pour outrage au tri­bu­nal.

Mais bien­tôt, au fur et à mesure que les accu­sés prennent la parole, c’est en réa­lité le procès de la jus­tice cana­dienne qui est ins­truit. Avec leur brio ora­toire, leur solide for­ma­tion poli­tique et leur éru­di­tion his­to­rique autant que juri­dique, les Cinq pro­voquent un ren­ver­se­ment extra­or­di­naire de pers­pec­tive et forcent une mise en examen de la magis­tra­ture en par­ti­cu­lier du juge Roger Ouimet, sommé de se récu­ser et de l’administration de la jus­tice au Canada.

Mais au delà de la mise en accu­sa­tion du sys­tème juri­dique, c’est tout le sys­tème social, éco­no­mique et poli­tique que les Cinq met­tront au banc des accu­sés. Du moins, c’est ainsi que le per­ce­vront les mil­liers de mili­tants qui ont été pour­sui­vis par la police et l’armée au cours des Événements d’octobre :

Oui, on avait raison et on a encore raison de se révol­ter.

Véritable pièce de théâtre poli­tique, Le procès des Cinq contient les extraits les plus signi­fi­ca­tifs des notes offi­cielles sté­no­gra­phiées (619 pages au total) du procès qui s’est déroulé du 8 jan­vier au 11 février 1971 à Montréal.

Première partie

Deuxième partie

Les commentaires sont fermés.