Conflit à Postes Canada

Le parti pris du gouvernement conservateur

Réaction de la FTQ au dépôt de la loi spéciale _

Par Mis en ligne le 22 juin 2011

Montréal, le 20 juin 2011À peine deux mois après avoir été élu au sein d’un gou­ver­ne­ment majo­ri­taire, Stephen Harper choi­sit de briser les rap­ports de force entre la partie patro­nale et le mou­ve­ment syn­di­cal. Le gou­ver­ne­ment Harper vient de dépo­ser une loi spé­ciale afin de forcer le retour au tra­vail des 48 000 employés des postes et qui impose un arbi­trage des condi­tions de tra­vail avec une com­mande de casser le syndicat. 

« Ce geste sans pré­cé­dent dévoile le vrai visage des conser­va­teurs en matière de rela­tions de tra­vail. Par ce coup de force contre les tra­vailleurs et les tra­vailleuses, le masque tombe dévoi­lant le vrai visage des conser­va­teurs », s’indigne Michel Arsenault, pré­sident de la Fédération des tra­vailleurs et tra­vailleuses du Québec (FTQ).

« Les tra­vailleurs et les tra­vailleuses des postes sont pris en otage avec cette loi. Un contrat de tra­vail, ça ne se négo­cie pas avec un fusil sur la tempe ! Postes Canada sou­haite depuis le début de cette négo­cia­tion en arri­ver à une loi spé­ciale. Alors que l’approche des pos­tiers était basée sur le res­pect de la popu­la­tion avec des grèves tour­nantes, Postes Canada a agi de mau­vaise foi en rédui­sant la dis­tri­bu­tion du cour­rier, puis en décré­tant un lock-out », conclut M. Arsenault.

Au cours des pro­chaines heures, par­tout au Québec, les affi­liés de la FTQ se ren­dront sur les lignes de pique­tage afin de démon­trer leur soli­da­rité envers les tra­vailleurs de Postes Canada.

La FTQ, la plus grande cen­trale syn­di­cale qué­bé­coise, repré­sente plus de 600 000 membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière FTQ, 514 893-7809

Les commentaires sont fermés.