Paul Moist compare les programmes des partis

Par Mis en ligne le 29 avril 2011

Dans quelques jours, les Canadiens choi­si­ront leur pro­chain gou­ver­ne­ment fédé­ral. Les son­dages montrent un mou­ve­ment sûr et crois­sant en faveur de Jack Layton et du NPD. D’ici le jour des élec­tions, le 2 mai, deux choses sont sûres. Premièrement, il est cru­cial que tous les membres du SCFP aillent voter. Deuxièmement, il faut s’attendre à ce que les autres partis déploient des efforts sans pré­cé­dent pour s’attaquer à Jack et pour essayer d’endiguer la vague de popu­la­rité à l’égard du NPD. 

Depuis quatre semaines, nous avons beau­coup entendu dis­cu­ter d’enjeux d’importance pour les tra­vailleurs cana­diens. Avant que les 600 000 membres du SCFP ne se rendent aux urnes, ils doivent bien connaître les posi­tions des partis sur des enjeux clés pour les tra­vailleurs, comme la fis­ca­lité des socié­tés, les régimes de retraite et l’avenir de notre sys­tème public de soins de santé.

_______________________________________________________________
BAISSE DES IMPÔTS DES SOCIÉTÉS

Tout au long de la cam­pagne, Stephen Harper a défendu sans relâche les irres­pon­sables baisses d’impôts consen­ties aux entre­prises par les conser­va­teurs. Pourtant, il ne peut tou­jours pas démon­trer de manière concluante que les allé­ge­ments accor­dés aux banques et aux socié­tés pétro­lières ont permis de créer de nou­veaux emplois ou de favo­ri­ser les inves­tis­se­ments.

Le seul allé­ge­ment fiscal que les conser­va­teurs de Stephen Harper offrent aux Canadiens est une série de cré­dits d’impôt à la pièce, dont cer­tains ne donnent que 75 $ d’économie réelle, qui vont en grande partie aux Canadiens les plus riches. Ceux dont les reve­nus sont les plus faibles ne ver­ront que peu ou pas d’avantages dans ces mesures.

Les libé­raux de Michael Ignatieff pro­mettent d’éliminer les pro­chaines baisses d’impôts des socié­tés pré­vues et de tout garder au taux actuel de 16 pour cent, pour le moment. Mais leur pro­gramme est muet quant à leurs inten­tions pour les futurs bud­gets et ils ne pro­posent rien d’efficace au cha­pitre de la créa­tion d’emplois.

Seul le NPD de Jack Layton a fait preuve d’une réelle vision en matière d’équité fis­cale, une vision qui obli­gera les grandes entre­prises ren­tables du Canada à payer leur juste part. Non seule­ment le NPD mettra-t-il fin aux baisses d’impôts des socié­tés, il haus­sera aussi le taux d’imposition à 19,5 pour cent, un taux qui demeure extrê­me­ment concur­ren­tiel par rap­port au reste du monde et qui est beau­coup plus res­pon­sable que celui de 15 pour cent accordé par les conser­va­teurs.

Avec ces reve­nus, le NPD promet de faire d’importants inves­tis­se­ments dans l’infrastructure, ce qui aidera à dimi­nuer le défi­cit d’infrastructure de 123 mil­liards de dol­lars tout en créant des emplois.

Le plan du NPD est axé sur une véri­table créa­tion d’emplois, incluant un crédit d’impôt pour récom­pen­ser les entre­prises qui créent des emplois. 

Le plan com­prend éga­le­ment une dimi­nu­tion d’impôt de 3 pour cent pour les petites entre­prises. Car, par rap­port aux grandes socié­tés, les petites entre­prises ont créé plus de la moitié des nou­veaux emplois au Canada.

Un gou­ver­ne­ment dirigé par Jack Layton les aidera à demeu­rer des créa­teurs d’emplois effi­caces.

RÉGIMES DE RETRAITE

La posi­tion des conser­va­teurs de Stephen Harper en matière de régimes de retraite est claire. Pour la très grande majo­rité des Canadiens, c’est « chacun pour soi ». Stephen Harper a tourné le dos à la boni­fi­ca­tion du Régime de pen­sions du Canada, même si 80 pour cent des Canadiens appuient une hausse des pres­ta­tions du RPC.

Les conser­va­teurs pro­posent plutôt un régime de pen­sion agréé col­lec­tif, ce qui n’aide en rien les 40 pour cent de Canadiens qui disent être inca­pables d’épargner pour leur retraite.

Ils pro­mettent une maigre hausse du Supplément de revenu garanti aux per­sonnes âgées à faible revenu, mais cette hausse s’accompagne de reculs pour les autres aînés vivant à peine au-dessus du seuil de pau­vreté.

Quant à la posi­tion des libé­raux sur l’aide à appor­ter aux 11 mil­lions de Canadiens sans régime de retraite au tra­vail, on peut la qua­li­fier au mieux de « vague ». Ils se sont enga­gés à tra­vailler avec les pro­vinces et les ter­ri­toires à accroître gra­duel­le­ment le mon­tant des pres­ta­tions du RPC, mais ils n’ont rien promis quant au niveau d’augmentation qu’ils sou­haitent. Ils pro­posent aussi un sup­plé­ment volon­taire au RPC, mais payé uni­que­ment par les tra­vailleurs.

Le NPD de Jack Layton est le seul parti qui se soit engagé à dou­bler les pres­ta­tions du RPC. Le NPD compte aug­men­ter gra­duel­le­ment de 50 pour cent les pres­ta­tions du RPC, qui ne se situent main­te­nant qu’à 25 pour cent du revenu d’avant la retraite. C’est la façon la plus effi­cace et éco­no­mique d’améliorer le revenu de retraite de tous les Canadiens.

Pour les plus pauvres, Jack Layton a promis qu’un gou­ver­ne­ment du NPD aug­men­te­rait, dès son pre­mier budget, le SRG de manière à sortir de la pau­vreté toutes les per­sonnes âgées du pays.

SANTÉ

La santé est sans contre­dit l’enjeu élec­to­ral le plus impor­tant pour les Canadiens. Le pro­chain gou­ver­ne­ment fédé­ral devra renou­ve­ler l’accord sur la santé avec les pro­vinces et les ter­ri­toires, un accord qui sera essen­tiel au ren­for­ce­ment de notre sys­tème public d’assurance-maladie.

Tant Stephen Harper que Michael Ignatieff ont promis de main­te­nir le fac­teur de pro­gres­sion de six pour cent pour le finan­ce­ment du Transfert cana­dien en matière de santé. Toutefois, aucun des deux pro­grammes ne men­tionne ces pro­messes. Les deux chefs demandent tout sim­ple­ment aux Canadiens de leur faire confiance.

Dans le budget fédé­ral défait des conser­va­teurs, les hausses d’indexation étaient incluses en 2015-2016, mais uni­que­ment en tant qu’« hypo­thèse de pla­ni­fi­ca­tion », avec une note pré­ci­sant que ce serait « à comp­ter de 2014-2015, mais ce fac­teur de pro­gres­sion n’est pas encore adopté et pour­rait être modi­fié ».

Entre hypo­thèse et enga­ge­ment élec­to­ral, l’écart est grand.

Le NPD de Jack Layton est le seul parti à s’être clai­re­ment engagé à main­te­nir le fac­teur de pro­gres­sion de six pour cent dans une nou­velle entente sur dix ans. Cet enga­ge­ment est écrit noir sur blanc dans la pla­te­forme du NPD.

En outre, le NPD s’engage à créer un trans­fert en matière de santé pour les soins de longue durée dans l’accord renou­velé et à inclure les soins à domi­cile et de longue durée dans l’assurance-maladie.

Les gou­ver­ne­ments libé­raux et conser­va­teurs ont fait preuve d’une absence com­plète de vision et de lea­der­ship dans la défense et le ren­for­ce­ment de notre sys­tème public uni­ver­sel de soins de santé.

Le NPD de Jack Layton est le seul parti qui ait un plan clair et qui se soit engagé à pro­té­ger les soins de santé publics, en plus d’être le seul auquel les tra­vailleurs cana­diens puissent faire confiance pour garan­tir l’accès aux soins dont nous avons besoin.

LES PARTIS ONT EU LEUR MOT À DIRE, MAINTENANT C’EST À NOUS DE PARLER

Après avoir com­paré les pla­te­formes et entendu les chefs pen­dant la cam­pagne élec­to­rale, le choix est clair pour les tra­vailleurs cana­diens. Jack Layton a le vent dans les voiles. Le NPD pro­pose le meilleur plan et offre le lea­der­ship et la vision qu’exigent les Canadiens de leur pro­chain gou­ver­ne­ment fédé­ral.

À nous d’agir. Il n’est pas trop tard pour donner de l’argent ou pour faire du béné­vo­lat pour votre can­di­date ou can­di­dat néo-démo­crate local. Mais sur­tout, allez voter !

Le 2 mai, nous pou­vons choi­sir de faire avan­cer le Canada, nous pou­vons choi­sir le NPD de Jack Layton.
 

Paul Moist com­pare les pro­grammes des partis

Les commentaires sont fermés.