Grève étudiante

À une semaine du dépôt du Budget, la FECQ rappelle au gouvernement que des solutions existent

Par Mis en ligne le 15 mars 2012
À une semaine du dépôt du Budget, la FECQ rappelle au gouvernement que des solutions existent

À une semaine du dépôt du Budget, la FECQ rap­pelle au gou­ver­ne­ment que des solu­tions existent

MONTRÉAL, le 13 mars 2012. – À une semaine du dépôt du Budget du Québec, les repré­sen­tants du milieu syn­di­cal sont venus appuyer les cégé­piens en grève sur leurs piquet de grève. Le pré­sident de la Fédération étu­diante col­lé­giale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin, en pro­fite pour rap­pe­ler à la ministre de l’Éducation que des solu­tions existent dans le conflit qui l’oppose aux étudiants.

« Le gou­ver­ne­ment veut aller cher­cher 265M$ dans la poche des étu­diants en aug­men­tant les frais de sco­la­rité. Or, en se fiant à la ver­sion conser­va­trice du plan de finan­ce­ment des uni­ver­si­tés tel que rédigé par le minis­tère des Finances, on peut aller cher­cher 170M$. C’est déjà 74% du chemin de fait. Pour les 95M$ res­tants, nous avons éga­le­ment plu­sieurs solu­tions pour la ministre », explique Léo Bureau-Blouin, pré­sident de la Fédération étu­diante col­lé­giale du Québec (FECQ).

En effet, le plan de finan­ce­ment des uni­ver­si­tés est élas­tique quant aux mon­tants exacts qui seront alloués aux uni­ver­si­tés. Plus pré­ci­sé­ment, le plan du gou­ver­ne­ment fixe des bra­quettes de finan­ce­ment. Le pré­sident de la FECQ pro­pose donc au gou­ver­ne­ment d’utiliser les para­mètres les plus conser­va­teurs ce qui per­met­trait d’économiser 170M$ sur les 265M$ que le gou­ver­ne­ment Charest demande aux étu­diants. Pour les 95M$ res­tants, les cégé­piens for­mulent quelques suggestions :

  1. Ajouter 0,5% au taux actuel d’imposition des grandes entreprises
  2. La réins­tau­ra­tion de la taxe sur le capi­tal à hau­teur de 0,06%
Source : Estimations de la FECQ à partir des don­nées du Ministère des Finances du Québec. Statistiques fis­cales des socié­tés, années d’imposition 2005 et de Revenu Québec, Taux en vigueur de la taxe sur le capital.

<

La FECQ sou­ligne éga­le­ment au gou­ver­ne­ment qu’en fai­sant le ménage dans les finances des uni­ver­si­tés, on pour­rait aller cher­cher plu­sieurs mil­lions de dol­lars supplémentaires.

« Ces solu­tions addi­tion­nées à une restruc­tu­ra­tion des finances des uni­ver­si­tés per­met­traient au Québec d’avoir les uni­ver­si­tés parmi les plus acces­sibles et de qua­lité au monde. Qu’attend la ministre pour consi­dé­rer ces pro­po­si­tions », ques­tionne M. Bureau-Blouin.

La FECQ déplore l’attitude du gou­ver­ne­ment Charest face aux étudiants.

« Nous avons fait notre bout de chemin en pro­po­sant des solu­tions à la ministre Beauchamp. Le pro­blème c’est qu’elle ne veut pas les entendre », conclut Léo Bureau-Blouin, pré­sident de la FECQ.

Une note tech­nique expli­ca­tive concer­nant le plan de finan­ce­ment des uni­ver­si­tés est dis­po­nible à l’adresse sui­vante : http://​scr​.bi/​y​tuJdS

La Fédération étu­diante col­lé­giale du Québec (FECQ) repré­sente plus de 80 000 étu­diants réunis dans 23 asso­cia­tions étu­diantes pré­sentes sur l’ensemble du ter­ri­toire qué­bé­cois. Depuis 21 ans, elle défend et pro­meut les droits et inté­rêts des étu­diants des cégeps.

Les commentaires sont fermés.