Journée internationale de la Souveraineté Alimentaire pour Refroidir le Climat

5 Décembre 2011, Durban, Afrique du Sud

Par Mis en ligne le 20 novembre 2011

Nous appe­lons tous les mou­ve­ments pay­sans et orga­ni­sa­tions agri­coles, ainsi que les tra­vailleurs ruraux, les pay­sans sans terre et tous les membres du mou­ve­ment pour la sou­ve­rai­neté ali­men­taire à nous rejoindre pour une jour­née inter­na­tio­nale d’action de masse, le 5Décembre 2011, lors de la mobi­li­sa­tion de la société civile à l’occasion de la confé­rence cli­ma­tique COP 17, à Durban en Afrique du Sud.

L’humanité est confron­tée à une crise ali­men­taire, éco­no­mique et éco­lo­gique qui est indis­so­ciable du sys­tème néo­li­bé­ral capi­ta­liste régis­sant la pro­duc­tion, la dis­tri­bu­tion et la consom­ma­tion ali­men­taire. Ces mul­tiples crises mettent en évi­dence les limites du sys­tème de pro­duc­tion capi­ta­liste néo­li­bé­ral. Aujourd’hui les socié­tés trans­na­tio­nales et les gou­ver­ne­ments pro­posent de fausses solu­tions pour lutter contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, détour­nant de son objec­tif la Conférence des Parties des Nations Unies (COP17) éga­le­ment appe­lée la « Conférence des Pollueurs », qui se tien­dra à Durban en Afrique du Sud.

Les élites du monde finan­cier, les gou­ver­ne­ments occi­den­taux et le sys­tème capi­ta­liste néo­li­bé­ral qui ont pro­vo­qué cette crise viennent désor­mais nous vanter leurs fausses solu­tions. Les pays du Sud et l’Afrique en par­ti­cu­lier, seront parmi les plus dure­ment tou­chés par le chan­ge­ment cli­ma­tique.

Les études scien­ti­fiques montrent que le conti­nent afri­cain connaî­tra un climat plus sec et des tem­pé­ra­tures qui aug­men­te­ront plus rapi­de­ment que dans d’autres régions de la pla­nète… et ce alors que l’Afrique est le conti­nent qui a le moins contri­bué au réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Ces modi­fi­ca­tions cli­ma­tiques auront un impact énorme sur l’agriculture, qui est une source majeure de sub­sis­tance en Afrique. L’augmentation des tem­pé­ra­tures va pro­vo­quer d’importantes pertes de ren­de­ment pour les prin­ci­paux ali­ments de base du conti­nent, comme le maïs, le sorgho, le millet, le manioc etc.

L’agriculture et les modes de pro­duc­tion indus­trielles sont res­pon­sables du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, des famines, de la dépos­ses­sion des terres, des exodes mas­sifs (sou­vent forcés) de pay­sans, de tra­vailleurs ruraux et de com­mu­nau­tés autoch­tones à tra­vers le monde.

En Afrique du Sud, pays hôte de la confé­rence, après 17 ans de démo­cra­tie, des mil­lions de tra­vailleurs agri­coles et les habi­tants sont encore expul­sés de fermes com­mer­ciales, tandis que seule­ment 5% des terres agri­coles a été trans­féré à la popu­la­tion noire et que des mil­lions de per­sonnes dans les zones rurales et urbaines souffrent de l’insécurité ali­men­taire et nutri­tion­nelle. Aujourd’hui, l’Afrique du Sud est la société la plus inéga­li­taire au monde. En Afrique du Sud, ce sont par­ti­cu­liè­re­ment les femmes qui ont res­senti l’impact de ces rela­tions inégales et des exclu­sions.

Les solu­tions pro­po­sées par les mul­ti­na­tio­nales et les gou­ver­ne­ments sont d’ores et déjà en train de pro­vo­quer une re-colo­ni­sa­tion de l’Afrique et des pays de l’hémisphère Sud par le biais d’accaparement mas­sifs de terres agri­coles et l’imposition d’une nou­velle « révo­lu­tion verte ».

Au lieu d’être une ins­tance où sont éla­bo­rées de véri­tables solu­tions aux chan­ge­ments cli­ma­tiques et à la crise éco­lo­gique à laquelle est confron­tée l’humanité, la réunion de Durban COP17 ne sera rien d’autre qu’une pla­te­forme pour les mul­ti­na­tio­nales, par le biais de leurs gou­ver­ne­ments, pour pous­ser à l’accélération de la mar­chan­di­sa­tion com­plète de la nature. Ces mani­gances cri­mi­nelles, pré­sen­tées comme autant de solu­tions, incluent entre autres la pro­mo­tion des semences géné­ti­que­ment modi­fiées, l’augmentation de la pro­duc­tion d’agro-carburants, la spé­cu­la­tions sur les mar­chés des com­pen­sa­tions car­bone, la modi­fi­ca­tion de l’agriculture pour l’adapter au chan­ge­ment cli­ma­tique ou encore la Réduction des émis­sions résul­tant du déboi­se­ment et de la dégra­da­tion des forêts (REDD).

Pourquoi une jour­née consa­crée à l’agro-écologie et à la sou­ve­rai­neté ali­men­taire ?

En tant qu’agriculteurs, tra­vailleurs agri­coles, femmes et hommes pay­sans sans terre, nous devons nous mobi­li­ser à tra­vers des actions directes contre ces fausses solu­tions afin de dénon­cer leurs inten­tions cri­mi­nelles et leurs consé­quences catas­tro­phiques pour le tout le conti­nent et les pays du Sud.

Lors de la Conférence mon­diale des peuples sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques et le Droit de la Terre Mère (avril 2010) à Cochabamba, qui s’est tenue en Bolivie, les par­ti­ci­pants ont approuvé un Accord des peuples qui pro­pose de véri­tables solu­tions au chan­ge­ment cli­ma­tique… mais cet Accord et ces solu­tions ont été tota­le­ment igno­rés par les gou­ver­ne­ments. La Souveraineté ali­men­taire et l’agroécologie sont les seules véri­tables solu­tions acces­sibles aux agri­cul­teurs et aux tra­vailleurs ruraux pour lutter contre le chan­ge­ment cli­ma­tique.
Nous appe­lons tous les pay­sans et pay­sannes, les tra­vailleurs ruraux et les pay­sans sans terre ainsi que tous les mou­ve­ments sociaux à se joindre à nous – tant à Durban que par­tout dans le monde, le 5Décembre 2011 pour exiger un chan­ge­ment du sys­tème capi­ta­liste dans son inté­gra­lité.

La lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique est un combat contre le capi­ta­lisme néo­li­bé­ral, contre l’accaparement des terres et la pré­ca­rité fon­cière, contre la dépos­ses­sion, contre la faim, contre pau­vreté et l’inégalité. Cette crise à l’échelle de la pla­nète exige que nous pre­nions des mesures directes. Pendant la jour­née consa­crée à l’agroécologie et la sou­ve­rai­neté ali­men­taire, nous orga­ni­se­rons des mani­fes­ta­tions pour porter notre pro­tes­ta­tion jusqu’à la confé­rence des pol­lueurs. Nous orga­ni­se­rons éga­le­ment des actions contre les mul­ti­na­tio­nales comme Monsanto qui sapent notre sou­ve­rai­neté semen­cière. Toutes ces ini­tia­tives culmi­ne­ront dans une grande Assemblée des Opprimés où seront débat­tus les moyens pour mettre un terme à ce sys­tème d’injustice. Ce sera une jour­née d’actions conti­nues au cours de laquelle les pay­sans et pay­sannes et les tra­vailleurs ruraux de tout le conti­nent afri­cain, en asso­cia­tion avec les mou­ve­ments sociaux du monde entier exi­ge­ront :

· Une véri­table réforme agraire pour la sou­ve­rai­neté ali­men­taire
· La révo­lu­tion agro-éco­lo­gique comme solu­tion au chan­ge­ment cli­ma­tique
· La restruc­tu­ra­tion du sys­tème ali­men­taire
· Un par­ti­ci­pa­tion pleine et égale des femmes dans le nou­veau sys­tème ali­men­taire et dans la société dans son ensemble
· La construc­tion d’un sys­tème ali­men­taire basé sur les besoins humains
· La fin du contrôle des mul­ti­na­tio­nales sur nos res­sources géné­tiques
· La sou­ve­rai­neté semen­cière afin que les semences puissent s’adapter et atté­nuer les chan­ge­ments cli­ma­tiques
Nous appe­lons tous les mou­ve­ments pay­sans et de tra­vailleurs ruraux à se mobi­li­ser et à orga­ni­ser des actions directes à leur niveau local, dans toutes les villes et régions du monde, à l’occasion de la Journée de l’agroécologie et de la sou­ve­rai­neté ali­men­taire.
Revendiquons la jus­tice cli­ma­tique !
Notre pla­nète n’est pas à vendre !
Non à la Conférence des pol­lueurs !
Défendons notre Terre Mère !
L’Afrique n’est pas à vendre !
Non à la re-colo­ni­sa­tion de l’Afrique !

Cet appel est convo­qué et appuyé par :

  • LA VIA CAMPESINA
  • AGRARIAN REFORM FOR FOOD SOVEREIGNTY CAMPAIGN, AFRIQUE DU SUD
  • SURPLUS PEOPLE PROJECT (SPP), AFRIQUE DU SUD
  • TRUST FOR COMMUNITY OUTREACH AND EDUCATION (TCOE), AFRIQUE DU SUD
  • WOMEN ON FARM, AFRIQUE DU SUD
  • EASTERN AND SOUTHERN AFRICA SMALL SCALE FARMERS’ FORUM (ESAFF)
  • ESAFF ZIMBABWE
  • ESAFF UGANDA
  • ROPPA, Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest

Si vous sou­hai­tez nous rejoindre à Durban pour le 5 décembre, orga­ni­ser une acti­vité dans votre communauté/​localité/​pays ce jour-là et la par­ta­ger avec nous, signer et sou­te­nir cet appel, ou pour toute infor­ma­tion au sujet de cette action spé­ci­fique, merci d’écrire à lvcatcop1​7​@​gmail.​com

Les commentaires sont fermés.