Après la pandémie : reconstruire au-delà de l’austérité

Stephen McBride, Bryan Evans et Dieter Plehwe, Socialist Projetc, 1 octobre 2021
La pandémie de COVID-19 s’essouffle. Les gouvernements ont accumulé des dettes sans précédent pour faire face à cette menace pour la santé publique. Bientôt, un choix doit être fait quant à la direction que nous suivons : construire une économie et une société plus égalitaires ou revenir à la « normale ».
Dans les premiers mois de 2020, alors que la pandémie de COVID-19 se répandait dans le monde entier, la réponse de nos sociétés était celle de la peur. Peur du mystérieux virus provoquant la maladie et la mort chez un nombre inconfortablement élevé de personnes, ainsi qu’une autre sorte de peur – une peur de l’insécurité économique alors que les gouvernements ordonnaient la fermeture de grandes parties de nos économies, entraînant un chômage de masse. Une nouvelle crise était sur nous.
Quelques jours seulement avant la déclaration de l’Organisation mondiale de la santé le 11 mars 2020 selon laquelle nous étions entrés dans un état de pandémie, les gros titres des médias étaient préoccupés par la crise climatique alors que les températures mondiales montaient en flèche, que les incendies de forêt massifs faisaient rage, les super tempêtes ravageaient les zones côtières et les conditions de sécheresse ont persisté. Désormais, une terrifiante crise mondiale de santé publique entraînait une crise économique sans précédent. Alors que les travailleurs de première ligne perdaient leur emploi dans les secteurs de la vente au détail, de l’alimentation et de l’hôtellerie en particulier, et que les entreprises qui les avaient employés étaient au bord de la faillite, les gouvernements et les banques centrales ont réagi en recyclant les leçons de politique budgétaire et monétaire tirées des lointaine crise financière de 2008.
Crises multiples
La deuxième décennie du XXIe siècle était en effet devenue celle de crises multiples. Les gouvernements de toutes les nuances partisanes ont largué de l’argent sur les travailleurs et les entreprises tandis que les banques centrales socialisaient les déficits qui montaient rapidement en flèche et l’accumulation de la dette publique. Dans la zone euro, début 2021, le ratio combiné dette publique/PIB dépassait 100 %. Au Royaume-Uni, cela a atteint 106 pour cent et aux États-Unis, 127 pour cent.
Au niveau national, les réponses COVID-19 démontrent des écarts significatifs par rapport aux finances publiques orthodoxes à l’ère de l’austérité. Les pays d’Amérique du Nord et d’Europe ont autorisé une relance monétaire sans précédent par le biais d’interventions de la Banque centrale (soutenue par la Réserve fédérale) et les règles de déficit longtemps considérées comme des orthodoxies ont été abandonnées. En même temps, la capacité fiscale de chaque pays est révélatrice des différences résultant de plus d’une génération d’austérité. Les champions de l’exportation et les pays riches comme l’Allemagne ont mobilisé des montants d’aide fiscale plus importants pour lutter contre les retombées économiques des blocages que ceux appliqués lors de la grande crise financière et de la récession qui a suivi. Les pays financièrement plus faibles d’Europe du Sud ont également soutenu les entreprises et l’emploi, mais dans une bien moindre mesure.
En termes de garanties de prêts, le volume était de 3:1. En comparaison avec l’Espagne et l’Italie, les chiffres sont respectivement de 3:1 et 4:1. Plus important encore, c’est l’Allemagne qui a soutenu un programme communautaire à grande échelle financé conjointement, alors qu’en 2010, le pays avait empêché une évolution significative dans le sens d’un renforcement des finances publiques européennes.
Et c’est ici qu’il faut s’arrêter et réfléchir, ne serait-ce que pour ne pas se laisser bercer par un faux sentiment de récupération.
Nouvelles politiques ou nouvelles illusions ?
En 2008, les idées et les prescriptions politiques du keynésianisme post-1945 ont été récupérées après trois décennies de retraite. Certains ont salué cela comme un retour à l’âge d’or du capitalisme inclusif d’après-guerre, peut-être social-démocrate. La contre-révolution Reagan-Thatcher était terminée. C’était l’illusion du moment : tout doit changer pour que rien ne change du tout. Au lieu de démanteler les bases politiques et institutionnelles du projet néolibéral, presque tous ses aspects sont restés entièrement intacts.
L’optimisme politique du centre-gauche et de la gauche s’est évaporé lorsque les programmes de dépenses keynésiens ont été annulés et remplacés par la priorisation de l’assainissement budgétaire, ou plus directement, des coupes budgétaires. Les protestations anti-austérité ont conduit, dans certains cas, à des réalignements électoraux à la fois de la gauche et de la droite, mais quoi qu’il en soit, la primauté des budgets équilibrés et de la réduction de la dette a été restaurée. L’expérience désagréable de Syriza en Grèce était plus qu’une tragédie ; il s’agissait d’une leçon pour d’autres qui oseraient peut-être emprunter un chemin différent. Ce n’est pas seulement que la sortie parlementaire de l’austérité a été bloquée par la Troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international). C’est qu’ils n’ont trouvé aucun besoin de négocier avec un gouvernement apparemment souverain.
La pandémie a été différente. Pour la deuxième fois en un peu plus d’une décennie, les gouvernements ont démontré leur énorme capacité non seulement à gérer une crise, mais aussi à créer un filet de sécurité pour des millions de travailleurs. Et dans ce cas, des travailleurs généralement moins bien rémunérés et des femmes. La pandémie a mis à nu à quel point les inégalités ne figuraient pas seulement comme un épiphénomène, mais comme une composante structurée et essentielle de la vie au 21e siècle. Même les groupes élitistes, peut-être préoccupés par l’effritement de la légitimité de l’ordre démocratique libéral, ont été amenés à remettre en question l’ordre économique dominant des 40 dernières années.
Le plus remarquable était un éditorial du Financial Times, rien de moins : « le virus met à nu la fragilité du contrat social », disait-il. Reconstruire mieux exigerait un nouveau contrat social consistant en des réformes radicales destinées à renverser l’orthodoxie néolibérale dominante. Au centre de cette transition, a écrit le Financial Times, il y aurait un gouvernement intervenant directement dans l’économie. Cet activisme de l’État verrait les services publics comme des investissements plutôt que des passifs, et introduirait des politiques du marché du travail pour lutter contre la précarité. La redistribution sera à nouveau à l’ordre du jour où les privilèges des riches sont remis en cause par les programmes de revenu de base et les impôts sur la fortune.
L’histoire des réponses politiques et politiques à la fois à la Grande Dépression des années 1930 et à la Grande Stagnation des années 1970 est instructive. De manière très différente, chacune est une étude de cas sur la façon dont les idées et les idéologies hégémoniques perdent rapidement de leur valeur et ouvrent un espace pour l’innovation politique. La reprise post-pandémique pourrait bien être un tel point d’inflexion. À cet égard, les campagnes pour un Green New Deal rappellent le New Deal de FDR aux États-Unis dans les années 1930. Une reprise post-COVID-19 pour mieux reconstruire nécessitera un déploiement massif des capacités fiscales de l’État, en plus de la direction par l’État de tout son arsenal institutionnel pour entreprendre une planification, une gestion et une réglementation économiques directes, y compris le service public et la propriété publique.
D’énormes dettes ont été accumulées pendant la pandémie. Mais la pandémie a révélé que des décennies d’austérité, de sous-investissement dans les infrastructures sociales et publiques, nous ont laissé avec des capacités sérieusement affaiblies pour faire face à une crise de santé publique de cette ampleur. Un retour à la normale comme nous le savions signifiera un retour à l’austérité. Mais cet avenir n’est pas nécessairement pré-ordonné. D’autres possibilités existent.
La stratégie pour reconstruire en mieux est une stratégie pro-publique par opposition à une stratégie qui implique la privatisation des biens publics, des services publics et des infrastructures publiques. Un programme revitalisé fondé sur des idées et des valeurs d’utilité publique doit être au centre. Les travailleurs doivent être responsabilisés par une reconstruction des cadres de négociation collective afin que le travail soit assuré et des salaires décents payés. Les conseils consultatifs de politique économique et sociale au service des gouvernements doivent être plus représentatifs des différentes idées politiques et ouverts à ces groupes et acteurs politiques qui ne sont généralement pas entendus. La dette publique ne peut pas être le moteur de l’agenda politique et politique. Il existe des options à l’orthodoxie fiscale.
Ce sont de vraies alternatives. Nous sommes les propriétaires de notre histoire et, en tant que tels, nous pouvons déterminer la direction que prendra l’avenir post-pandémique. Qu’il s’agisse de revenir à la concurrence et à la compétitivité nationales, ou de faire des choix collectifs pour un avenir meilleur, il est essentiel à la fois de vaincre l’austérité et de maîtriser le réchauffement climatique. La clé réside dans la coopération et la collaboration à l’intérieur et au-delà des frontières pour travailler vers un objectif commun