L'amiante tue

L’offensive québécoise contre l’amiante

Par Mis en ligne le 14 juillet 2011

Montréal, le 21 juin 2011. – Madame Kathleen Ruff, réci­pien­daire du Prix natio­nal de héros de la santé publique2011 décerné par l’Association cana­dienne de santé publique pour sa lutte inter­na­tio­nale contre l’amiante, a donné le signal d’envoi d’une offen­sive qué­bé­coise majeure pour en finir défi­ni­ti­ve­ment avec l’exploitation de cette sub­stance can­cé­ri­gène. Parrainée par Nature-Québec, la Société pour Vaincre la Pollution (SVP) et la Coalition Québec meilleure Mine, la cam­pagne contre l’amiante ral­liera les groupes déci­sifs de la société civile qué­bé­coise autour de la Déclaration « L’AMIANTE TUE » et promet un automne chaud sur cette ques­tion. La SVP lan­cera éga­le­ment la cam­pagne « UNE FIBRE PRÈS DE CHEZ VOUS », démon­trant la pré­sence sous-esti­mée de l’amiante dans les édi­fices privés et publics au Québec.

« Toutes les asso­cia­tions médi­cales cré­dibles dans le monde, les plus impor­tants groupes de droits humains, des syn­di­cats parmi les plus puis­sants réclament en vain l’arrêt défi­ni­tif de cette exploi­ta­tion au Québec », selon madame Ruff.

« Le Québec conti­nue d’être la cause d’une épi­dé­mie de décès, dans le monde, mais aussi au Québec. Il est temps qu’on en finisse avec cette indus­trie qui tue et ne génère aucun emploi durable. Et il est temps que notre gou­ver­ne­ment com­prenne le mes­sage et sou­tienne plutôt les tra­vailleurs de l’amiante à se recon­ver­tir dans des emplois d’avenir », a déclaré le porte-parole.
« On nous cache l’ampleur de la pré­sence de la fibre can­cé­ri­gène ici même, chez nous», a déclaré Daniel Green, de la SVP. « UNE FIBRE PRÈS DE CHEZ VOUS vien­dra démon­trer qu’au Québec aussi, cette fibre mor­telle, qu’on ne peut confi­ner, cause des dommages. »

« En garan­tis­sant 58 mil­lions $ pour la réou­ver­ture de la mine Jeffrey, le gou­ver­ne­ment finance lit­té­ra­le­ment nos can­cers. Il rend aussi tous les Québécois com­plices des mil­liers de morts dues à l’amiante chez les plus pauvres parmi les pauvres. Par cette cam­pagne, nous indi­quons notre refus d’être com­plices de cette héca­tombe ici et ailleurs », a conclu Anne-Marie Saint-Cerny, coor­don­na­trice de la campagne.

Rappelons que le gou­ver­ne­ment du Québec a consenti une garan­tie de prêt de 58 mil­lions $ à Mine Jeffery Inc. afin de per­mettre la réou­ver­ture de la mine Jeffrey et relan­cer l’exploitation de l’amiante au Québec. Le Québec est consi­déré comme chef de file mon­dial et prin­ci­pal lob­byiste de cette indus­trie qui tue plus de 100 000 per­sonnes par année dans le monde. 55 pays ont déjà banni l’utilisation de l’amiante sur leur ter­ri­toire et plu­sieurs ont lancé d’onéreux tra­vaux de désa­mian­tage afin de pré­ser­ver leur popu­la­tion. Au Québec même, les décès causés par l’amiante consti­tuent la dépense d’indemnisation la plus impor­tante de la CSST.

* * * * * * *

Déclaration : L’amiante tue

28 juin 2011

« La Centrale des syn­di­cats du Québec, l’Association cana­dienne des méde­cins pour l’environnement et des groupes envi­ron­ne­men­taux tels que Nature Québec et Greenpeace invitent l’ensemble de la société civile à cosi­gner la décla­ra­tion nommée L’AMIANTE TUE en vue d’une offen­sive majeure qui débu­tera offi­ciel­le­ment cet automne. La décla­ra­tion, qui exige l’éradication de l’amiante en sol qué­bé­cois, est par­rai­née par Nature Québec, par la Coalition Pour que le Québec ait Meilleure Mine ! et par la Société pour Vaincre la Pollution (SVP). « 

L’AMIANTE TUE

Parce que…

… toutes les formes d’amiante, chry­so­tile com­pris, tuent plus de 100 000 per­sonnes par année dans le monde ;

… aucun niveau d’exposition n’est sécuritaire ;

… il est impos­sible de confi­ner les pous­sières tueuses et elles se répandent dans nos villes, vil­lages et bâtiments ;

… au Québec, nos tra­vailleurs meurent plus des mala­dies d’amiante que de toute autre mala­die professionnelle ;

… des écoles et ins­ti­tu­tions sont déjà conta­mi­nées et on ne connait pas encore l’ampleur des dégâts ni les coûts effa­rants du désamiantage ;

… toutes les orga­ni­sa­tions médi­cales cré­dibles au monde ont conclu que les fibres d’amiante peuvent tuer ;

… le revenu de l’amiante qué­bé­cois est souillé des morts qu’il cause dans les pays du Tiers monde où on l’exporte ;

… les Québécois ne veulent plus être com­plices de cette mort que l’on exporte chez les plus pauvres des pauvres ;

… 55 pays ont déjà banni l’amiante et cette indus­trie n’a aucun avenir pour nos travailleurs ;

… le gou­ver­ne­ment du Québec veut donner encore 58 mil­lions $ à des pro­mo­teurs et rou­vrir à leur profit la mine Jeffrey ;

… l’industrie de l’amiante ne fait pas vivre, mais mourir, les humains.

Nous exigeons :

que le gou­ver­ne­ment du Québec mette fin défi­ni­ti­ve­ment à l’exploitation et à l’exportation de l’amiante ;

que le gou­ver­ne­ment du Québec remette immé­dia­te­ment l’argent prévu pour les pro­mo­teurs, 58 mil­lions $, aux tra­vailleurs de l’amiante et à leur com­mu­nauté pour que soient déve­lop­pées des indus­tries saines et viables ;

que le gou­ver­ne­ment du Québec rende publiques immé­dia­te­ment les don­nées sur la conta­mi­na­tion à l’amiante de tous les éta­blis­se­ments publics ou privés, et qu’il lance un vaste chan­tier de désa­mian­tage des lieux publics.

Les commentaires sont fermés.