Le FRAPRU proteste


Une centaine de membres du FRAPRU ont bloqué durant plus d’une heure ce matin l’entrée de l’usine de Lockheed Martin, à Montréal, à l’aide de tentes rouges évoquant l’urgence des problèmes de logement et d’itinérance. Le FRAPRU veut protester contre la décision du gouvernement conservateur d’acheter à la compagnie américaine 65 avions chasseurs F-35 au coût de 9 milliards $ auxquels pourraient s’ajouter jusqu’à 7 milliards $ pour l’entretien des appareils. Le FRAPRU est outré qu’une telle décision ait été prise, sans appel d’offres de surcroît, au moment où Ottawa se prépare à réduire ses investissements en logement social. Selon l’organisme, le coût d’achat et d’entretien d’un seul avion F-35 permettrait de subventionner pas moins de 3500 logements.

À Québec, une soixantaine de membres et de sympathisant-es du FRAPRU ont pendant ce temps bloqué durant une quarantaine de minutes l’entrée des bureaux du Centre fiscal de l’Agence de revenu du Canada pour exiger que le gouvernement fédéral abolisse ou réduise les exemptions fiscales qui ne profitent qu’aux contribuables à haut revenu et aux grandes compagnies.

À Saguenay, 25 militant-es de Loge m’en’traide, un groupe membre du FRAPRU, ont manifesté devant le bureau de comté du ministre conservateur, Jean-Pierre Blackburn.

Le gouvernement Harper a déjà annoncé son intention de cesser, dès le 31 mars 2011, les mesures de relance économique en place depuis deux ans, ce qui signifie notamment la fin des investissements spéciaux de 250 millions $ par année dans la construction de logements sociaux. Pour un, le Québec ne recevra plus que le tiers des sommes qu’Ottawa lui accorde présentement pour le développement de logements dans le cadre du programme AccèsLogis. Pour les trois prochaines années, la contribution fédérale à ce programme sera ainsi réduite à 29 millions $.

Le FRAPRU estime que les dépenses militaires et fiscales du gouvernement fédéral prouvent qu’il a les moyens non seulement des maintenir ses investissements des dernières années dans la construction de logements sociaux, mais aussi de les augmenter substantiellement pour les porter à 2 milliards $ par année.

Une autre action directe et une manifestation d’envergure nationale auront lieu, le mercredi 27 octobre prochain, à Ottawa.

Crédit photo : Étienne Grandmont