ATTAC

Le capitalisme contre les individus

Repères altermondialistes

Par Mis en ligne le 19 décembre 2010

Á lire un extrait de l’introduction du der­nier livre d’ATTAC Le capi­ta­lisme contre les indi­vi­dus. Repères alter­mon­dia­listes publié aux édi­tions Textuel dans la col­lec­tion « Petite Encyclopédie Critique ».

Introduction : Vers une approche alter­mon­dia­liste de l’individu

La ques­tion de « l’individu » est sou­vent mal­trai­tée au sein de l’altermondialisme. Une recon­quête alter­mon­dia­liste de l’individu nous est alors appa­rue impé­ra­tive, mais dans d’autres hori­zons que ceux promus par l’individualisme néo­li­bé­ral. C’est ce à quoi vou­drait com­men­cer à s’atteler ce livre réa­lisé dans le cadre du groupe « Individualisme contem­po­rain », créé en février 2005 au sein du Conseil scien­ti­fique d’ATTAC France. Si nous nous pro­po­sons de mettre en cause l’individualisme ato­mi­sant et concur­ren­tiel du capi­ta­lisme, c’est au nom d’une autre vision, plus poly­pho­nique, de l’individualité. Il ne fau­drait pas lais­ser le mono­pole de « l’individu » au néo­li­bé­ra­lisme et au « sar­ko­zysme ». C’est pour­quoi il y a urgence à en finir avec les auto­ma­tismes intel­lec­tuels, y com­pris dans les milieux cri­tiques, à partir des­quels nombre d’événements néga­tifs sont aujourd’hui attri­bués à « la faute de l’individualisme ». L’individualisme moderne appa­raît comme quelque chose de plus com­pli­qué à envi­sa­ger dans son his­toire et ses enjeux. Associé à une logique de jus­tice sociale, un indi­vi­dua­lisme alter­mon­dia­liste pour­rait émer­ger comme l’un des axes d’une société non capi­ta­liste à inven­ter. Cela dépend de nous, citoyens alter­mon­dia­listes ! Critique, le pré­sent livre entend poser quelques jalons dans ce sens. Il s’agit d’ouvrir un débat au sein de la galaxie alter­mon­dia­liste et plus lar­ge­ment des mou­ve­ments sociaux alter­na­tifs, sans pré­tendre le tran­cher pré­ma­tu­ré­ment.

Des rai­sons du malaise alter­mon­dia­liste vis-à-vis de l’individu

Tout d’abord, des rai­sons à la fois his­to­riques et contem­po­raines expliquent que le mou­ve­ment alter­mon­dia­liste soit mal à l’aise avec le thème de « l’individu ».

Des rai­sons his­to­riques ? L’altermondialisme dis­pose bien dans son héri­tage poli­tique de la double pers­pec­tive d’émancipation indi­vi­duelle et col­lec­tive qui che­mine des Lumières du XVIIIe siècle (avec notam­ment les évé­ne­ments que furent les révo­lu­tions amé­ri­caine et fran­çaise) jusqu’aux dif­fé­rentes branches du mou­ve­ment socia­liste au XIXe et XXe siècles. Ainsi se déve­loppent au XVIIIe siècle les notions de raison indi­vi­duelle, de citoyen et de droits indi­vi­duels, et cela contre l’oppression des indi­vi­dus dans les cadres sociaux propres aux socié­tés d’Ancien Régime. Toutefois, les femmes res­tent encore lar­ge­ment exclues des for­mu­la­tions domi­nantes de ces reven­di­ca­tions d’individualité. Dans les cou­rants socia­listes aussi, les aspi­ra­tions indi­vi­dua­li­sa­trices auront une grande place. Marx, comme on le mon­trera dans le second cha­pitre de cet ouvrage, pro­po­sera une cri­tique du capi­ta­lisme éga­le­ment au nom des indi­vi­dua­li­tés « alié­nées » par la double hégé­mo­nie de la logique mar­chande et de la divi­sion capi­ta­liste du tra­vail ; ce que ten­dront à lais­ser de côté les cou­rants domi­nants de ce qui se nom­mera « mar­xisme ». Les pen­seurs anar­chistes (comme Proudhon, Bakounine, etc.), ainsi que les mili­tants liber­taires qui ani­me­ront les pre­miers pas syn­di­ca­listes révo­lu­tion­naires des Bourses du tra­vail et de la CGT (Pelloutier, Griffuelhes, Pouget, etc.), met­tront tout par­ti­cu­liè­re­ment en avant la pro­mo­tion de l’autonomie indi­vi­duelle contre la double tyran­nie du capi­ta­lisme et de l’État. Le socia­lisme répu­bli­cain de Jean Jaurès, en asso­cia­tion avec le thème de « la pro­priété sociale » des moyens de pro­duc­tion et d’échange, fera quant à lui de « l’individu » une des valeurs car­di­nales de la gauche, allant jusqu’à écrire : « Le socia­lisme est l’individualisme logique et com­plet. Il conti­nue, en l’agrandissant, l’individualisme révo­lu­tion­naire » [2]. Mais, après la guerre de 1914-1918, le thème de « l’individu » va s’effacer pro­gres­si­ve­ment de l’espace des ques­tions cen­trales des gauches domi­nantes, dans les familles socia­liste, com­mu­niste et syn­di­cales, au profit de thèmes plus « col­lec­ti­vistes ». La jambe indi­vi­dua­liste des gauches va ainsi se trou­ver mar­gi­na­li­sée, sauf dans les cou­rants liber­taires, fémi­nistes ou éco­lo­gistes qui ont conti­nué à lui donner davan­tage d’importance.

Des rai­sons contem­po­raines au malaise de l’altermondialisme vis-à-vis du thème de « l’individu » ? Les contre-réformes néo­li­bé­rales qui ont déferlé sur le monde à partir des années 1980 ont abon­dam­ment agité la figure de « l’individu » (indi­vi­dua­li­sa­tion des salaires, flexi­bi­lité, mobi­lité, etc.) contre l’État social, les ser­vices publics et les soli­da­ri­tés col­lec­tives consti­tuées à tra­vers l’action syn­di­cale. Le mana­ge­ment propre au « nouvel esprit du capi­ta­lisme » décrypté par Luc Boltanski et Ève Chiapello [3] met aussi en avant « l’implication per­son­nelle » dans l’entreprise, tout en consti­tuant des dis­po­si­tifs de mise en concur­rence des indi­vi­dus les uns avec les autres à la place des coopé­ra­tions anté­rieures. Bref, s’est mise en place une véri­table « fabrique du sujet néo­li­bé­ral », selon les termes du phi­lo­sophe Pierre Dardot et du socio­logue Christian Laval [4], pré­ten­dant au mono­pole de l’individualité. Par ailleurs, la com­po­sante sécu­ri­taire de l’État néo­li­bé­ral – l’État pénal – met l’accent sur « la res­pon­sa­bi­lité indi­vi­duelle », en lais­sant de côté les causes sociales des délin­quances. Les mou­ve­ments sociaux, les gauches et l’altermondialisme sont alors tentés de répondre par un « tout col­lec­tif » à cette indi­vi­dua­li­sa­tion néo­ca­pi­ta­liste. D’autant plus qu’ils ont sou­vent perdu de vue la com­po­sante indi­vi­dua­liste de leur héri­tage his­to­rique.

Vers une figure alter­mon­dia­liste de l’individualité

Les com­bats fémi­nistes, de même que ceux pour les droits des homo­sexuel-le-s, ont mis en lumière le poids des domi­na­tions sociales sur les inti­mi­tés. En sou­li­gnant l’importance de for­mu­ler une parole indi­vi­duelle à l’intérieur de groupes mili­tants, ils ont for­te­ment contri­bué, au cœur des mou­ve­ments sociaux contem­po­rains, à nous rap­pe­ler l’actualité de la vieille exi­gence d’une éman­ci­pa­tion tout à la fois indi­vi­duelle et col­lec­tive. Ces luttes ont aussi pointé les acquis éman­ci­pa­teurs de l’individualisme contem­po­rain par rap­port aux contraintes de la famille patriar­cale tra­di­tion­nelle, en ne rédui­sant pas alors le phé­no­mène com­plexe de l’individualisation moderne à la seule logique néo­li­bé­rale.

Face à la figure de l’homo œco­no­mi­cus, propre au libé­ra­lisme et au néo­li­bé­ra­lisme éco­no­miques, dont le prin­ci­pal pen­chant serait de cal­cu­ler ses inté­rêts indi­vi­duels dans la concur­rence avec les autres indi­vi­dus, une autre indi­vi­dua­lité plus riche peut se pro­fi­ler. Une indi­vi­dua­lité se carac­té­ri­sant par une variété de désirs et de pas­sions, déve­lop­pant une créa­ti­vité sur dif­fé­rents plans, s’enrichissant des rela­tions avec les autres et de la recon­nais­sance par les autres [5]. L’anthropologie cultu­relle, l’histoire, la socio­lo­gie ou la psy­cha­na­lyse four­nissent des maté­riaux inté­res­sants afin de donner une vue plus com­plexe des ter­ri­toires de l’individualité. L’individualité n’y est pas oppo­sée aux rela­tions avec les autres dans des cadres sociaux et his­to­riques variés, mais se consti­tue à tra­vers ces rela­tions. L’individu des­siné par ces savoirs n’est pas intem­po­rel et auto­suf­fi­sant, mais se pré­sente comme his­to­ri­que­ment et rela­tion­nel­le­ment situé [6]. Le socio­logue Robert Castel a ainsi exploré les condi­tions sociales et his­to­riques qui ont permis à l’autonomie indi­vi­duelle moderne d’être étayée et sta­bi­li­sée : des « sup­ports sociaux » (sys­tèmes de retraites, pro­tec­tions sociales, statut sala­rial, ser­vices publics, etc.), géné­rés dans le cours des luttes sociales et poli­tiques, ont donné une cer­taine pré­vi­si­bi­lité et une cer­taine sécu­rité ren­dant pos­sible la construc­tion d’une vie indi­vi­duelle et fami­liale à tra­vers le temps. Ces « sup­ports sociaux » sont jus­te­ment mis en cause aujourd’hui par le néo­li­bé­ra­lisme éco­no­mique.

« Le monde n’est pas une mar­chan­dise » et « D’autres mondes sont pos­sibles » : ces deux slo­gans phares de la galaxie alter­mon­dia­liste com­mencent à déli­mi­ter l’espace d’une figure de l’individu alter­na­tive à celle du capi­ta­lisme néo­li­bé­ral. Une figure alter­mon­dia­liste qui serait néces­sai­re­ment asso­ciée aux exi­gences de jus­tice sociale mon­diale, de pré­ser­va­tion des équi­libres éco­lo­giques et de réin­ven­tion d’une démo­cra­tie citoyenne [7].

Sommaire de l’ouvrage d’ATTAC, Le capi­ta­lisme contre les indi­vi­dus. Repères alter­mon­dia­listes

Introduction : Vers une approche alter­mon­dia­liste de l’individualisme contem­po­rain

1 : L’individu en régime néo­li­bé­ral et les droits sociaux de la per­sonne, par Claude Calame

2 : Une autre indi­vi­dua­lité : repen­ser les rap­ports entre l’individuel et le col­lec­tif, par Philippe Corcuff

3 : Individualisation, néo­ca­pi­ta­lisme et tra­vail : des contra­dic­tions por­teuses d’avenir, par Christine Castejon

4 : Ambivalences de l’individualisme contem­po­rain dans un monde néo­li­bé­ral, par Albert Richez

5 : Genre et indi­vi­dua­lisme, par Stéphanie Treillet et Jacqueline Pénit-Soria

Bibliographie géné­rale com­men­tée

Voir aussi les infor­ma­tions sur le site d’ATTAC France : http://​www​.france​.attac​.org/​s​p​i​p​.​p​h​p​?​a​r​t​i​c​l​e2132 [8] [9] Dans « Socialisme et liberté » (1e éd. : 1898), repris dans J. Jaurès, Rallumer tous les soleils, textes choi­sis et pré­sen­tés par J.-P. Rioux, Paris, Omnibus, 2006, p.346.

[10] Voir L. Boltanski et È. Chiapello, Le nouvel esprit du capi­ta­lisme, Paris, Gallimard, 1999. [11] Voir P. Dardot et C. Laval, La nou­velle raison du monde – Essai sur la société néo­li­bé­rale, Paris, La Découverte, 2009, cha­pitre 13, pp.402- 456. [12] Voir la figure de « la recon­nais­sance » tra­vaillée par le phi­lo­sophe alle­mand Axel Honneth, dans La lutte pour la recon­nais­sance (1ère éd. : 1992), trad. franç., Paris, Cerf, 2002, et les consé­quences qu’en tire le phi­lo­sophe fran­çais Emmanuel Renault sur l’approche de l’individualité, dans « L’individu comme concept cri­tique », revue Contretemps web, février 2009, http://​contre​temps​.eu/​i​n​t​e​r​v​e​n​t​i​o​n​s​/​l​i​n​d​i​v​i​d​u​-​c​o​m​m​e​-​c​o​n​c​e​p​t​-​c​r​i​tique [13]]. [14] Voir les dif­fé­rentes études publiées dans Claude Calame (sous la direc­tion de), Identités de l’individu contem­po­rain, Paris, Textuel, col­lec­tion « La Discorde », 2008, avec le sou­tien du Conseil scien­ti­fique d’ATTAC France. [15] Sur ces trois dimen­sions de l’altermondialisme, voir ATTAC, Manifeste alter­mon­dia­liste – Construire un monde soli­daire, éco­lo­gique et démo­cra­tique, Paris, Mille et une nuits, 2007.

Lectures

URL source : http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​istes

Liens : [1] http://​www​.edi​tions​tex​tuel​.com/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​?​c​a​t​=​0​2​0​3​7​7​&​a​m​p​;​a​m​p​;​i​d=478 [2] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e1sym [3] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e2sym [4] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e3sym [5] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e4sym [6] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e5sym [7] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e6sym [8] http://​www​.france​.attac​.org/​s​p​i​p​.​p​h​p​?​a​r​t​i​c​l​e2132 [9] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e1anc [10] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e2anc [11] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e3anc [12] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e4anc [13] http://​contre​temps​.eu/​i​n​t​e​r​v​e​n​t​i​o​n​s​/​l​i​n​d​i​v​i​d​u​-​c​o​m​m​e​-​c​o​n​c​e​p​t​-​c​r​i​tique [14] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e5anc [15] http://​www​.contre​temps​.eu/​l​e​c​t​u​r​e​s​/​a​t​t​a​c​-​c​a​p​i​t​a​l​i​s​m​e​-​c​o​n​t​r​e​-​i​n​d​i​v​i​d​u​s​-​r​e​p​e​r​e​s​-​a​l​t​e​r​m​o​n​d​i​a​l​i​s​t​e​s​#​s​d​f​o​o​t​n​o​t​e6anc

Les commentaires sont fermés.