Des enjeux importants pour notre avenir

Plusieurs questions importantes demeurent en litige. Postes Canada n’a toujours pas répondu à ces questions et maintient ses demandes de concessions.

Nos revendications sont très importantes pour l’avenir de tous les travailleurs et travailleuses des postes.

Santé et sécurité

La mise en place de nouvelles technologies et méthodes de travail dans le cadre du programme de modernisation de 2 milliards $ de Postes Canada a causé de graves problèmes. Pour régler ces problèmes, nous avons soumis les revendications suivantes :

  • Améliorer le roulement des tâches, qui comprend le travail lié au système de vidéocodage
  • Adopter une méthode de livraison à une seule liasse
  • Mener des études ergonomiques
  • Établir des valeurs de temps adéquates pour les facteurs et factrices
  • Réduire les heures supplémentaires obligatoires

 

Effectifs

Postes Canada a supprimé un nombre d’emplois beaucoup plus important que nécessaire pour compenser la baisse des volumes, ce qui a provoqué une hausse considérable des heures supplémentaires, tant facultatives qu’obligatoires, et une réduction des postes réguliers à plein temps.

Pour régler ces problèmes, nous avons soumis les revendications suivantes :

  • Améliorer les dispositions de l’annexe « P » et prendre d’autres mesures liées aux effectifs du groupe 1
  • Améliorer les graphiques à colonnes du groupe 2, qui permettent d’établir le nombre d’affections de relève

 

Les congés de maladie et le PAICD

La direction de Postes Canada insiste pour supprimer les congés de maladie et imposer son programme d’assurance-invalidité de courte durée (PAICD), qui accorde une protection inadéquate pour les absences de courte durée et porte atteinte à la protection des renseignements médicaux. Elle a récemment offert de soumettre la question à un arbitre nommé par le gouvernement. Le STTP estime que le régime actuel de congé de maladie est satisfaisant et qu’il n’y a pas lieu de le modifier.

 

Salaires, régime de retraite et avantages sociaux

Postes Canada propose des hausses salariales de 1,9 % pour chacune des trois premières années d’une convention collective d’une durée de quatre ans et de 2,0 % la dernière année. L’employeur propose aussi une indemnité de vie chère (IVC) qui ne protège pas suffisamment nos salaires.

Le STTP estime que l’offre salariale de Postes Canada est trop faible compte tenu du taux d’inflation annuel qui est actuellement de 3,3 %.

Nous proposons une IVC qui protège pleinement nos salaires. Nous proposons aussi un supplément des prestations d’assurance-emploi pour les congés parentaux et plusieurs améliorations aux régimes de soins de santé complémentaire et de soins dentaires.

Pour les employées et employés des groupes 1 et 2 embauchés après la signature de la convention collective, l’employeur propose un taux de salaire de base de 19 $ l’heure. Le Syndicat s’oppose à la mise sur pied d’un nouveau taux de salaire de base inférieur de 18 % au taux de salaire actuel de base d’un facteur, qui est de 23,11 $ l’heure.

Postes Canada propose d’augmenter l’âge de la retraite de cinq ans pour les futurs employés et employées.

 

Création d’emplois et expansion des services

Postes Canada propose qu’un comité conjoint mène une étude de faisabilité sur les idées de croissance des affaires dans les centres urbains. Le STTP propose plutôt d’examiner les possibilités d’expansion des services de vente au détail, y compris des services bancaires et financiers, et ce, dans les régions rurales et urbaines.

Le STTP propose aussi des projets pilotes de récupération à l’interne du travail des groupes 3 et 4 et d’expansion de la livraison à domicile, plus particulièrement pour les personnes âgées et à mobilité réduite. De plus, le Syndicat propose de mener une étude conjointe des mesures qui peuvent être prises pour améliorer l’environnement.

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses questions importantes doivent être réglées dans le cadre des présentes négociations. Les membres ont voté à 94,5 % en faveur d’une grève pour protéger le bien-être des travailleuses et travailleurs des postes actuels et futurs.

Solidarité,

Denis Lemelin
Président national et négociateur en chef