Grève du STTP

Des enjeux importants pour notre avenir

Plusieurs ques­tions impor­tantes demeurent en litige. Postes Canada n’a tou­jours pas répondu à ces ques­tions et main­tient ses demandes de conces­sions.

Nos reven­di­ca­tions sont très impor­tantes pour l’avenir de tous les tra­vailleurs et tra­vailleuses des postes.

Santé et sécurité

La mise en place de nou­velles tech­no­lo­gies et méthodes de tra­vail dans le cadre du pro­gramme de moder­ni­sa­tion de 2 mil­liards $ de Postes Canada a causé de graves pro­blèmes. Pour régler ces pro­blèmes, nous avons soumis les reven­di­ca­tions sui­vantes :

  • Améliorer le rou­le­ment des tâches, qui com­prend le tra­vail lié au sys­tème de vidéo­co­dage
  • Adopter une méthode de livrai­son à une seule liasse
  • Mener des études ergo­no­miques
  • Établir des valeurs de temps adé­quates pour les fac­teurs et fac­trices
  • Réduire les heures sup­plé­men­taires obli­ga­toires

Effectifs

Postes Canada a sup­primé un nombre d’emplois beau­coup plus impor­tant que néces­saire pour com­pen­ser la baisse des volumes, ce qui a pro­vo­qué une hausse consi­dé­rable des heures sup­plé­men­taires, tant facul­ta­tives qu’obligatoires, et une réduc­tion des postes régu­liers à plein temps.

Pour régler ces pro­blèmes, nous avons soumis les reven­di­ca­tions sui­vantes :

  • Améliorer les dis­po­si­tions de l’annexe « P » et prendre d’autres mesures liées aux effec­tifs du groupe 1
  • Améliorer les gra­phiques à colonnes du groupe 2, qui per­mettent d’établir le nombre d’affections de relève

Les congés de maladie et le PAICD

La direc­tion de Postes Canada insiste pour sup­pri­mer les congés de mala­die et impo­ser son pro­gramme d’assurance-invalidité de courte durée (PAICD), qui accorde une pro­tec­tion inadé­quate pour les absences de courte durée et porte atteinte à la pro­tec­tion des ren­sei­gne­ments médi­caux. Elle a récem­ment offert de sou­mettre la ques­tion à un arbitre nommé par le gou­ver­ne­ment. Le STTP estime que le régime actuel de congé de mala­die est satis­fai­sant et qu’il n’y a pas lieu de le modi­fier.

Salaires, régime de retraite et avantages sociaux

Postes Canada pro­pose des hausses sala­riales de 1,9 % pour cha­cune des trois pre­mières années d’une conven­tion col­lec­tive d’une durée de quatre ans et de 2,0 % la der­nière année. L’employeur pro­pose aussi une indem­nité de vie chère (IVC) qui ne pro­tège pas suf­fi­sam­ment nos salaires.

Le STTP estime que l’offre sala­riale de Postes Canada est trop faible compte tenu du taux d’inflation annuel qui est actuel­le­ment de 3,3 %.

Nous pro­po­sons une IVC qui pro­tège plei­ne­ment nos salaires. Nous pro­po­sons aussi un sup­plé­ment des pres­ta­tions d’assurance-emploi pour les congés paren­taux et plu­sieurs amé­lio­ra­tions aux régimes de soins de santé com­plé­men­taire et de soins den­taires.

Pour les employées et employés des groupes 1 et 2 embau­chés après la signa­ture de la conven­tion col­lec­tive, l’employeur pro­pose un taux de salaire de base de 19 $ l’heure. Le Syndicat s’oppose à la mise sur pied d’un nou­veau taux de salaire de base infé­rieur de 18 % au taux de salaire actuel de base d’un fac­teur, qui est de 23,11 $ l’heure.

Postes Canada pro­pose d’augmenter l’âge de la retraite de cinq ans pour les futurs employés et employées.

Création d’emplois et expansion des services

Postes Canada pro­pose qu’un comité conjoint mène une étude de fai­sa­bi­lité sur les idées de crois­sance des affaires dans les centres urbains. Le STTP pro­pose plutôt d’examiner les pos­si­bi­li­tés d’expansion des ser­vices de vente au détail, y com­pris des ser­vices ban­caires et finan­ciers, et ce, dans les régions rurales et urbaines.

Le STTP pro­pose aussi des pro­jets pilotes de récu­pé­ra­tion à l’interne du tra­vail des groupes 3 et 4 et d’expansion de la livrai­son à domi­cile, plus par­ti­cu­liè­re­ment pour les per­sonnes âgées et à mobi­lité réduite. De plus, le Syndicat pro­pose de mener une étude conjointe des mesures qui peuvent être prises pour amé­lio­rer l’environnement.

Comme vous pouvez le consta­ter, de nom­breuses ques­tions impor­tantes doivent être réglées dans le cadre des pré­sentes négo­cia­tions. Les membres ont voté à 94,5 % en faveur d’une grève pour pro­té­ger le bien-être des tra­vailleuses et tra­vailleurs des postes actuels et futurs.

Solidarité,

Denis Lemelin
Président natio­nal et négo­cia­teur en chef

Les commentaires sont fermés.