Accueil- Actualités et conjoncturesComprendre l'impérialisme canadien

Comprendre l’impérialisme canadien

L'impérialisme d'aujourd'hui est un système mondial dans lequel le Canada, en tant que puissance capitaliste occidentale, joue un rôle notable

Timbre-poste canadien célébrant l’immensité de l’empire britannique, le 25 décembre 1898.

L’impérialisme ne s’incarne pas seulement dans la force militaire et les sanctions unilatérales déployées pour influencer les affaires politiques et économiques souveraines d’un État au profit d’un État extérieur (généralement les États-Unis). L’impérialisme, loin d’être l’apanage exclusif du militarisme américain, se manifeste dans les principes d’organisation quotidiens de l’ensemble de l’économie mondiale, dont les États du Nord global (y compris le Canada) se sont imposés comme les dirigeants.

L’économiste politique Jerome Klassen propose cette définition convaincante de l’impérialisme : « un État est impérialiste dans la mesure où ses grandes entreprises ont une valeur et une valeur appropriée à l’échelle mondiale. En revanche, un État est dépendant dans la mesure où il est dominé ou drainé des flux de valeur mondiaux. L’appropriation de la valeur par les puissances impérialistes et la perte de valeur par les États dépendants s’appelle l’échange inégal, que Max Ajl définit ainsi : « les gens de la périphérie [les États dépendants] pourraient produire le même gadget à la même vitesse que quelqu’un [les États impérialistes] et être payés radicalement moins pour cela… même lorsque nous tenons compte des différences de productivité, les salaires dans le Sud sont bien inférieurs à ceux du Nord.

L’échange inégal est la caractéristique déterminante de l’impérialisme moderne, et il n’est pas seulement maintenu par la force militaire et la coercition, bien que ces mesures restent au cœur de la stratégie impérialiste. Dans de nombreux cas, l’impérialisme est maintenu par un système beaucoup plus quotidien d’appropriation de la valeur Nord-Sud du type incarné par les programmes d’ajustement structurel (PAS) du Fonds monétaire international, dont le Canada est un fervent adepte.

Les pièges de la dette néocoloniale piègent les États décolonisateurs qui tentent de créer une base industrielle nationale solide, et les grands prêtres de la politique économique « responsable » du FMI et de la Banque mondiale (le Canada était l’un des membres fondateurs des deux) répondent en offrant un allégement de la dette uniquement si ces les pays ouvrent leurs ressources naturelles et leurs infrastructures aux investissements occidentaux. Les hélicoptères de combat sont remplacés par des équipes de conseillers économiques, et la quête de domination impériale se perpétue.

L’impérialisme n’est plus un système dans lequel des empires en guerre se partagent des territoires individuels pour leur propre usage privé, s’affrontant parfois lorsque les intérêts économiques se chevauchent ; comme l’écrit David McNally, l’impérialisme moderne ne consiste pas à « simplement contrôler un territoire ou une région identifiable… maintenant, cela implique de sécuriser l’intégralité des marchés mondiaux ». Les tentatives visant à sécuriser les marchés mondiaux ont enraciné « un système d’inégalités et de domination mondiales – incarné dans des régimes de propriété, de puissance militaire et d’institutions mondiales – à travers lequel la richesse est drainée du travail et des ressources des habitants des pays du Sud au profit systématique de capitale du Nord. Comme d’autres pays occidentaux, le Canada a énormément profité de ce processus.

Après la Seconde Guerre mondiale, le Canada a soutenu les empires européens dans leurs guerres contre les mouvements de libération dans les colonies. Par l’intermédiaire de l’OTAN, le Canada a envoyé des millions d’armes et de soutien militaire à la France (qui tentait de réprimer sauvagement les mouvements indépendantistes en Afrique du Nord et en « Indochine »), la Grande-Bretagne (Malaisie), les Pays-Bas (Indonésie et Papouasie-Nouvelle-Guinée occidentale), la Belgique (la Congo, Rwanda et Burundi) et Portugal (Angola, Mozambique et Guinée-Bissau).

Pendant la décolonisation, le Canada s’est constamment aligné sur les États capitalistes les plus brutaux des pays du Sud, y compris l’Afrique du Sud de l’apartheid et la dictature militaire guatémaltèque, tout en critiquant les personnalités qui tentaient de sortir leurs peuples d’un état de dépendance néocoloniale, comme Jacobo Árbenz (décrit par le délégué commercial d’Ottawa au Guatemala comme « sans scrupules, audacieux et impitoyable, et non du genre à être apaisé dans ses objectifs par des effusions de sang ou des meurtres »), Patrice Lumumba (que le premier ministre John Diefenbaker considérait comme « une menace majeure pour les intérêts occidentaux ») et Kwame Nkrumah (dont le renversement en 1966 a été décrit comme « une chose merveilleuse… pour l’Occident » par le haut-commissaire du Canada à Accra CE McGaughey).

 

La raison de la condamnation par le Canada des leaders indépendantistes de gauche ou solidement gauchistes, et de sa proximité avec les États qui imposent violemment la primauté du marché, est simple: les États postcoloniaux non dépendants du Sud ne se servent pas seulement à ériger des barricades aux investissements étrangers, mais ils peuvent aussi servir d’exemples à d’autres États postcoloniaux qui cherchent à suivre une voie de développement similaire. Pour le bien du système impérialiste mondial, ils doivent être détruits, et presque tous ont été détruits avec l’approbation joyeuse du Canada, sinon le soutien matériel. Les retours sur leur destruction ont été énormes.

Selon Todd Gordon , les investissements du Canada dans les marchés du Sud en 1980 ont généré des profits de 3,7 milliards de dollars. En 2007, date à laquelle la plupart des mouvements indépendantistes de gauche avaient été déresponsabilisés et les PAS mis en œuvre dans les pays du Sud, les investissements canadiens ont généré des bénéfices de 23,6 milliards de dollars, « une augmentation de 535 %, ce qui est supérieur à l’augmentation des bénéfices réalisés dans le pays au cours de la même période de temps.

Il convient de noter en particulier que les investissements extractivistes dans les pays du Sud ont augmenté de façon exponentielle au cours des dernières décennies, à tel point que le Canada abrite désormais 75 pour cent des sociétés minières du monde et agit en tant que défenseur sans scrupules de l’industrie extractive  sur la scène mondiale. Le gouvernement canadien offre des incitations fiscales aux sociétés minières transnationales, refuse d’établir des organes de surveillance faisant autorité et rejette fermement l’idée de se joindre à l’Initiative pour la transparence des industries extractives (1) ou de suivre les recommandations des Nations Unies concernant une réglementation responsable du secteur privé.

De plus, l’État canadien intervient fréquemment dans les affaires intérieures des États souverains afin de créer un climat d’investissement plus favorable pour les entreprises canadiennes, comme en témoigne le financement par l’Agence canadienne de développement international (ACDI) d’un nouveau code minier colombien (extrêmement libéralisé) en 2001 et l’ingérence de l’ambassade du Canada dans l’ examen minier équatorien de 2008. De même, lorsque le gouvernement congolais de Joseph Kabila a nationalisé une mine appartenant à First Quantum Minerals, basée à Vancouver en 2009, le premier ministre Stephen Harper a soulevé la question auprès du G8, le Le FMI, la Banque mondiale et d’autres investisseurs au Congo, menaçant d’empêcher un rééchelonnement de la dette bien nécessaire jusqu’à ce que Kabila cède.

L’approche agressive de l’État canadien en matière d’appropriation de la valeur a porté ses fruits : en 2012, les bénéfices combinés des sociétés minières canadiennes en Amérique latine et en Afrique ont totalisé 32,2 milliards de dollars . En revanche, le budget 2012-2013 de l’ACDI, l’agence canadienne de « développement international » tant louée, était de 3,4 milliards de dollars. Les statistiques du gouvernement du Canada montrent que près de la moitié des minéraux exportés par le Canada en 2020 ont été extraits à l’extérieur du pays (une valeur de 90,2 milliards de dollars), tandis que la dernière conférence des ministres de l’Énergie et des Mines a révélé que le Canada dépense plus en exploration minérale que tout autre pays , avec ses budgets représentant 14 pour cent de toute l’exploration mondiale. Ces données à elles seules révèlent l’échange inégal qui sous-tend l’économie canadienne.

L’impérialisme d’aujourd’hui est un système mondial dans lequel le Canada, en tant que puissance capitaliste occidentale (et lui-même une création de l’impérialisme britannique), joue un rôle notable. Alors que le Canada continue de soutenir les assauts diplomatiques et matériels contre des États qui s’efforcent de regagner un certain degré de souveraineté économique (Venezuela, Cuba et Nicaragua, pour n’en nommer que quelques-uns), il faut se rappeler que le Canada est une nation impérialiste dans un système mondial impérialiste, et que sa politique étrangère est conçue pour renforcer la dépendance des nations du Sud global tout en s’appropriant leur valeur pour sa propre classe capitaliste.

Owen Schalk, écrivain basé à Winnipeg. Ses domaines d’intérêt incluent le post-colonialisme et l’impact humain de l’économie néolibérale mondiale. Visitez son site Web à l’adresse www.owenschalk.com.www . Owenschalk . com .


(1) L’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), en anglais Extractive Industries Transparency Initiative (EITI) est une organisation internationale à but non lucratif et de droit norvégien1, chargée de maintenir à jour et superviser la mise en œuvre d’une norme. Lancée en 2003, l’objectif de cette norme est d’évaluer dans quelle mesure les revenus des ressources pétrolièresgazières et minérales d’un pays sont gérées de manière transparente