Le Forum social mondial de Dakar (Sénégal)

6-11 février 2011

Par Mis en ligne le 20 janvier 2011

En 2011, le Forum Social Mondial retourne en Afrique. Après Bamako (Mali) en 2006 et Nairobi (Kenya) en 2007, c’est au tour de la capi­tale du Sénégal, Dakar, d’accueillir le FSM du 6 au 11 février 2011. Mettant l’accent sur l’histoire des résis­tances et des luttes des peuples afri­cains, le FSM 2011 devrait par­ve­nir à créer une inter­face utile entre les luttes glo­bales et les stra­té­gies com­munes en Afrique, au Sud, et dans le reste du monde.

Le Forum de 2011 sera orga­nisé dans un contexte mon­dial marqué par la crise pro­fonde du sys­tème néo­li­bé­ral, sym­bo­lisé sur­tout par l’effondrement du fon­da­men­ta­lisme de marché illus­tré par la crise finan­cière inter­na­tio­nale. Celle-ci avait été pré­cé­dée par la crise ali­men­taire mon­diale qui a ajouté des mil­lions de per­sonnes à la liste déjà longue de celles qui souffrent chro­ni­que­ment de la faim, esti­mées à plus d’un mil­liard selon la FAO. Les chan­ge­ments cli­ma­tiques sont venus exa­cer­ber toutes ces crises et aggra­ver les menaces qui pèsent sur la pla­nète. Le Forum Social Mondial de Belém de 2009 avait sou­li­gné les pré­oc­cu­pa­tions du mou­ve­ment alter­mon­dia­liste sur cette ques­tion. Toutes ces crises sont le reflet de l’essoufflement du sys­tème capi­ta­liste dont la crise de légi­ti­mité s’approfondit chaque jour un peu plus. Tous les mythes fon­da­teurs du capi­ta­lisme, tels que le « libre-marché», le « libre-échange», les mar­chés « auto-régu­la­teurs», sont par­tout remis en cause, y com­pris dans les pays capi­ta­listes.

Le retour du FSM en Afrique peut être inter­prété comme un mes­sage à la fois idéo­lo­gique et poli­tique. Sur le plan idéo­lo­gique, les acteurs du FSM semblent lancer un défi au sys­tème néo­li­bé­ral et à ses ins­tru­ments, notam­ment la Banque mon­diale, le FMI et l’OMC, pour leur signi­fier qu’ils vont les affron­ter en Afrique, consi­dé­rée comme l’un des points faibles dans la résis­tance aux poli­tiques néo­li­bé­rales.

Le retour du FSM en Afrique est sûre­ment l’expression d’une soli­da­rité active du mou­ve­ment social inter­na­tio­nal avec les luttes des mou­ve­ments sociaux et des peuples afri­cains. Ce sou­tien est d’autant plus bien­venu que l’Afrique risque de payer un lourd tribut à la crise actuelle du capi­ta­lisme. En effet, déjà affai­blis par les pro­grammes d’ajustement struc­tu­rel des années 1980 et 1990, les pays afri­cains seront confron­tés à de nou­veaux défis de déve­lop­pe­ment encore plus com­plexes (dimi­nu­tion de l’aide inter­na­tio­nale, exode et migra­tion des jeunes).

Le FSM 2011 don­nera éga­le­ment une grande impor­tance aux rela­tions Sud-Sud. En effet, l’un des traits mar­quants du début du 21ème siècle est la montée du Sud comme acteur majeur sur la scène mon­diale. La crise du capi­ta­lisme mon­dial, l’influence gran­dis­sante de cer­tains pays du Sud, les déve­lop­pe­ments poli­tiques en Amérique latine et les résis­tances notées en Afrique contre les Accords de par­te­na­riat éco­no­mique (APE), tout cela montre que les puis­sances occi­den­tales ne peuvent plus impo­ser aussi faci­le­ment leur agenda au reste du monde. Le FSM 2011 se tien­dra sur le campus de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui a une capa­cité d’accueil de 60 000 per­sonnes.

Piur ceux et celles qui sont inté­ressé-es

Plusieurs délé­ga­tions qué­bé­coises s’organisent pour par­ti­ci­per à cet évé­ne­ment d’envergure mon­diale. Les YMCA du Québec et UNIALTER accom­pagnent une délé­ga­tion de plus de 50 per­sonnes com­po­sées d’étudiants et de membre de la société civile (pour en savoir plus et suivre leurs acti­vi­tés via Internet : http://​www​.que​becf​sm2011​.blog​spot​.com/). Seront aussi pré­sents des per­sonnes d’Alternatives, de l’Université du Québec à Rimouski, du Réseau Outaouais de soli­da­rité inter­na­tio­nale, de la CSN et plu­sieurs autres repré­sen­tant de syn­di­cats, ONG et asso­cia­tions qué­bé­coises… En tout, plus d’une cen­taine de qué­bé­cois pren­dront part au FSM de Dakar. Pour ceux qui ne pour­ront se dépla­cer à Dakar, plu­sieurs acti­vi­tés sont pré­vues à Montréal

(Extrait du Bulletin du Forum social qué­bé­cois, jan­vier 2011, http : //forumsocialquebecois.org)

Les commentaires sont fermés.