Climat :

De Bangkok à Copenhague

À Bangkok, la Conférence du Forum des Nations Unie pour le Changement Climatique (UNFCCC) (28 septembre au 9 octobre 2009) n’as pas réussi à faire un pas en avant vers COP15 à Copenhague.
Par Mis en ligne le 07 novembre 2009

Le débat essen­tiel concer­nait le Protocol de Kyoto avec l’accord de l’Union Européenne de fusion­ner les deux négo­cia­tions, le Protocol de Kyoto et la Convention à Longue Terme, (Issue de Rio en ‘92 avec tous les pays, y com­pris ceux qui, tel les États Unis n’ont pas signé le Protocol de Kyoto). Le groupe des 77 + la Chine qui repré­sente tous les pays en voie de déve­lop­pe­ment a pro­testé contre une pro­po­si­tion qui aurait comme consé­quence d’abolir la dif­fé­rence des res­pon­sa­bi­li­tés entre les pays déve­lop­pés (Annexe 1 du Protocol de Kyoto) et les pays en voie de déve­lop­pe­ment, ainsi que d’abolir toute forme de contrainte pour les pays déve­lop­pés. Le résul­tat le plus pro­bable de Copenhague est qu’il n’en sor­tira pas de Traité, mais une décla­ra­tion poli­tique qui donne un mandat à négo­cier à L’UNFCCC sur trois points clés :

  • un cible clair et ambi­tieux pour les pays listés dans l’Annexe I,
  • un enga­ge­ment des éco­no­mies prin­ci­pales des pays en voie de déve­lop­pe­ment d’en finir avec l’augmentation des émis­sions de leurs gaz a effet de serre,
  • un méca­nisme “accep­table” pour redis­tri­buer et trans­fé­rer des fonds vers les pays les plus pauvres pour atté­nuer les effets et s’adapter. Au sein de l’UNFCCC dif­fé­rents acteurs qui repré­sentent la “société civile” sont recon­nus comme partie pre­nant de la dis­cus­sion, malgré le fait que la signa­ture finale appar­tient aux États : CAN (l’ONG la plus impor­tante qui tra­vaille sur les ques­tions envi­ron­ne­men­tales), l’Assemblée des Peuples Indigènes( CAUCUS) ; le CIS (les syn­di­cats prin­ci­paux), le Mouvement des Femmes, le BNGO (les grandes entre­prises), les auto­ri­tés locales et CJN ! (Climate Justice Now ! avec “les Amis de la Terre, La Via Campesina, Jubilée South, Focus on the Global South, ATTAC, etc.

Ces groupes ont des pré­oc­cu­pa­tions dif­fé­rentes et tentent d’effectuer du lob­bying ou de tra­vailler avec les états ou groupes d’états afin de faire avan­cer leurs pré­oc­cu­pa­tions dans la dis­cus­sion. En tant qu’ATTAC nous devons défi­nir une stra­té­gie concer­nant les ques­tions clés que nous sou­hai­tons défendre au sein de ce pro­ces­sus, par ticu­liè­re­ment en lien avec nos allies de CJN !

ATTAC France a pro­posé de foca­li­ser sur trois ques­tions, sachant que la ques­tion très impor­tante de la réduc­tion sera défen­due par un grand groupe d’acteurs, l’Assemblée des Peuples Indigènes, RAC, etc.

  1. La recon­nais­sance de la res­pon­sa­bi­lité spé­ci­fique des pays déve­lop­pés, qui tient compte de toute la ques­tion de la dette éco­lo­gique, le trans­fert de tech­no­lo­gie (en tant que “bien commun” au lieu des droits de pro­priété intel­lec­tuelle) ainsi que les fonds pour la réduc­tion et la com­pen­sa­tion
  2. le rejet de com­pen­sa­tion CDM et tous les mar­chés de gaz à effet de serre. À cet égard, CJN est le seul groupe dont la posi­tion est claire
  3. de sortir la Banque Mondiale et le FMI des méca­nismes de répar­ti­tion des fonds

En dehors de la réunion de l’UNFCCC à Bangkok, Climate Justice Now ! a tenu une réunion sur la stra­té­gie avec des par tici­pants venant de 30 pays (Argentine, Australie, Bangladesh, Bolivie, Brésil, Canada, Chine, Danemark, Équateur, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Corée, Liban, Mexique, Népal, Pakistan, Philippines, Salvador, Thaïlande, Togo, Royaume Uni, Etats Unis).

Les délé­ga­tions les plus impor­tantes venaient de l’Inde, d’Indonésie, des Philippines, de la Thaïlande et des Etats Unis. En termes de réseaux, il y avait une forte pré­sence des Amis de la Terre, de La Via Campesina, de Focus on the Global South. ATTAC était repré­sen­tée par un groupe de France, du Japon et du Togo. Ce sémi­naire était d’une grande uti­lité, puisque la majo­rité des par­ti­ci­pants fai­sait partie des Mouvements Sociaux ou “Justice Mondiale”, et qu’ils étaient réel­le­ment enga­gés dans l’idée de créer un pont entre les ques­tions envi­ron­ne­men­tales et celles de la jus­tice. C2 la res­sem­blait un peu à la fin des années ‘90, quand les Mouvements sociaux s’engageaient dans le champ de la cri­tique de la mon­dia­li­sa­tion, champ jusqu’alors occupé par cer­taines ONGs (Jubilée 2000 etc…)

Les déci­sions : prin­ci­pales pour Copenhague étaient :

  1. de pro­po­ser aux Mouvements Sociaux, Klimaforum, (Climate Justice Action) etc de créer un seul bloc pour la mani­fes­ta­tion impor­tante du 12 décembre sous le slogan “chan­ge­ment de sys­tème et non pas de climat”
  2. d’organiser un débat impor­tant le 13 décembre au sein du Klimaforum sur “qu’est ce que Justice Climatique Maintenant (Climate Justice Now) et qu’allons nous faire main­te­nant”
  3. de par­ti­ci­per dans diverses actions non-vio­lentes orga­ni­sées lors de COP15 et de orga­ni­ser ”Reclaim the Power” (Réapproprions le Pouvoir) avec JCM le 16 décembre
  4. de sou­te­nir le tri­bu­nal des peuples sur la dette cli­ma­tique.

Copenhague, préparer la mobilisation

Le 16 – 17 – et 18 Octobre plu­sieurs réunions inter­na­tio­nales étaient orga­ni­sées à Copenhague.

La pre­mière était une réunion CJA ; il s’agit du réseau qui a déjà orga­nisé plu­sieurs réunions inter­na­tio­nales pour COP15 (http://www.climate-justice-action. org / http://​www​.cli​mate​-jus​tice​-action​.org/) et qui pré­voit plu­sieurs actions y com­pris “reclaim Power” qui se tien­dra le 16 décembre.

Dans la pre­mière lettre ATTAC pour Copenhague, nous avons inclus un rap­port de la réunion CJA qui s’est tenue en juin, et qui four­nit d’autres infor­ma­tions sur ce réseau. Plusieurs réseaux inter­na­tio­naux étaient pré­sents lors de la réunion de mi-octobre (FOE, Via Campesina, Jubilée South, Focus) avec la pré­sence de dif­fé­rents groupes euro­péens qui pro­ve­naient d’Allemagne, des Pays Bas, du Royaume Uni, de la France et d’Italie. Il y avait éga­le­ment dif­fé­rents groupes danois, dont Klimax et Climate Collective (http://​www​.cli​ma​te​col​lec​tive​.org/en… http://www.climatecollective. org/​en/​start/​) ; ATTAC France a par­ti­cipé à la réunion. On a dis­cute de beau­coup de ques­tions d’organisation, tout comme d’une ques­tion poli­tique qui a été abordé en pro­fon­deur : Quoi faire pen­dant le “Reclaim Power” du 16 décembre.

L’idée est de créer un bloc non-violent qui va avan­cer jusqu’au péri­mètre de la Zone de Conférence et d’y tenir un ras­sem­ble­ment de per­sonnes et de mili­tants qui vont sortir de la Conférence et se joindre a nous, pour créer une “Assemblée des Peuples” pour le jour ou les Chefs d’Etats devront arri­ver.

Le 18, plu­sieurs réunions seront orga­ni­sées avec Klimaforum (http://​www​.kli​ma​fo​rum09​.org / http://www. kli​ma​fo​rum09​.org) et les orga­ni­sa­teurs de la grande mani­fes­ta­tion du 12 décembre (http://www.12dec09. dk/​/ http://​www​.12dec09​.dk).

Durant la mati­née, une délé­ga­tion de CJN a ren­con­tré le conseil d’administration de Klimaforum pour dis­cu­ter des grandes lignes (les mis­sions de Klimaforum et les orien­ta­tions poli­tiques) ainsi que du pro­ces­sus de la décla­ra­tion. Pendant l’après-midi une réunion ouverte s’est tenue afin que les groupes et réseaux par­ti­ci­pant au pro­ces­sus de pré­pa­ra­tion puissent prendre connais­sance :

  • De l’organisation de la res­tau­ra­tion : “cli­mate col­lec­tive” orga­nise des mil­liers de repas bon marché (3 euros envi­ron), qui seront acces­sibles à dif­fé­rents endroits de la ville
  • l’hébergement : il existe dif­fé­rentes solu­tions, dont cer­taines pour des per­sonnes qui res­te­ront durant plu­sieurs jours (des hôtels qui coutent chers, les familles d’accueil pour des repré­sen­tants de la société civile) et pour des per­sonnes qui comptent s’y rendre uni­que­ment pour le 12 et le 13 (des écoles et centres de sport)
  • Centre Klimaforum : est un centre spor­tif (très proche de la gare cen­trale)

Le pro­gramme Klimaforum :

  1. dif­fé­rentes réunions se tien­dront du 7 au 10, afin de fina­li­ser la décla­ra­tion
  2. un forum avec dif­fé­rentes acti­vi­tés tenues sous la res­pon­sa­bi­li­tés des diverses orga­ni­sa­tions
  3. une impor tante réunion ouver te orga­ni­sée par CJN le 13 après- midi
  4. deux brie­fings jour­na­liers, l’un à 11h du matin, qui vise la pré­pa­ra­tion des acti­vi­tés et des actions du jour, l’autre de 19h a 20h, dans le but d’assurer une éva­lua­tion conjointe des pro­ces­sus interne (du centre de confé­rence de l’ONU) et des acti­vi­tés externes
  5. Différentes acti­vi­tés cultu­relles se tien­dront le 12 au soir : concert, théâtre, cinéma etc.

La mani­fes­ta­tion du 12 décembre va démar­rer devant le Parlement Danois et finira près du centre Bella (ou se tient la Conférence de l’ONU). Trois per­sonnes pren­dront la parole au début, et 6 à la fin, de la mani­fes­ta­tion à Copenhague.

Chritpohe Aguiton

Pour en savoir plus :

* Paru dans le n° 0 du Courrier des Mouvements sociaux.

Les commentaires sont fermés.