Suivez-nous sur Facebook
Notes de lecture
L’âge des démagogues. Entretiens avec Chris Hedges
22 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Pierre-Luc Brisson,

L’âge des déma­gogues. Entretiens avec Chris Hedges,

Montréal, Lux, 2016

Ce livre de Chris Hedges a cer­tai­ne­ment connu un regain de popu­la­rité après l’élection de Donald Trump. Celui ou celle qui veut com­prendre ce qui s’est passé aux États-Unis peut trou­ver des élé­ments de réponses dans cette longue entre­vue que Hedges a accor­dée à l’essayiste qué­bé­cois Pierre-Luc Brisson. Y est rela­tée la pas­sion­nante tra­jec­toire de Hedges qui avait été remar­qué comme cor­res­pon­dant de guerre dans les années 1980 et 1990 : Hedges avait alors cou­vert les conflits en Amérique cen­trale, en Algérie, au Soudan, au Yémen, en Palestine et aussi dans l’ex-Yougoslavie. Journaliste réputé, cor­res­pon­dant au New York Times, sa tra­jec­toire a changé brus­que­ment après avoir dénoncé l’intervention mili­taire en Irak en 2003 lors d’une col­la­tion de grades au col­lège Rockford dans le mid­west. Il avait trans­formé son dis­cours pro­to­co­laire en dia­tribe contre George Bush et la guerre en Irak. « Nous nous embar­quons dans une occu­pa­tion qui, si on en croit les leçons de l’histoire, sera aussi dom­ma­geable pour nos âmes qu’elle le sera pour notre pres­tige, notre pou­voir et notre sécu­rité. » Cette dénon­cia­tion lui a valu d’être expulsé de l’évènement et d’être rabroué par son employeur, le New York Times, qu’il a quitté par la suite. Hedges, jusque-là jour­na­liste, devient alors essayiste et mili­tant. « Ma voix n’est plus enten­due dans les médias de masse tra­di­tion­nels, mais mes ouvrages conti­nuent de se frayer un chemin jusqu’à mes lec­teurs. » (p. 36) Depuis, Chris Hedges a publié des livres impor­tants comme la Mort de l’élite pro­gres­siste (Lux, 2012) et Jours de des­truc­tion et jours de révolte, avec le des­si­na­teur Joe Sacco (Futuropolis, 2012).

Suite...
Notes de lecture
The New Confessions of an Economic Hit Man
21 février 2018
No. 18 - Automne 2017

John Perkins,

The New Confessions of an Economic Hit Man, 2e edi­tion,

Oakland (Calif.), Berrett-Koehler Publishers, 2016[1]

The New Confessions of an Economic Hit Man est la réédi­tion revue et aug­men­tée d’un livre à succès publié en 2004. Mea-culpa d’un homme tor­turé par ses men­songes, il raconte l’histoire d’une pro­fes­sion secrète, celle d’assassin éco­no­mique (eco­no­mic hit man), essen­tielle à la domi­na­tion des États-Unis sur l’« empire global ». Cet empire, John Perkins le décrit comme une « cor­po­ra­to­cra­tie » sans lieu de com­plot cen­tral, une norme inté­grée par les chefs d’entreprises mul­ti­na­tio­nales éta­su­niennes qui, avec le concours de l’appareil sécu­ri­taire, auto­ri­se­raient toutes les ruses pour sou­te­nir l’enrichissement des élites éta­su­niennes aux dépens du reste de la pla­nète.

Suite...
Notes de lecture
À bas les tueurs d’oiseaux ! Michel Chartrand.
20 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Suzanne-G. Chartrand,

À bas les tueurs d’oiseaux ! Michel Chartrand.

Témoignages et réflexions sur son par­cours mili­tant,

Montréal, Didactica, c.é.f./Trois-Pistoles, Éditions Trois-Pistoles, 2016

Suite...
Notes de lecture
Survivre à l’offensive des riches
19 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Roméo Bouchard,

Survivre à l’offensive des riches,

Montréal, Écosociété, 2016

Voici un essai aussi acces­sible que pas­sion­nant qu’il faut faire lire à tous les étu­diants et les étu­diantes avant leur départ du cégep. Dans un texte de moins de 200 pages, le mili­tant éco­lo­giste et poli­tique, ex-prêtre, jour­na­liste, pro­fes­seur, essayiste, agri­cul­teur bio­lo­gique depuis 1975 et fon­da­teur de l’Union pay­sanne, dresse un état du monde… qué­bé­cois. À 80 ans, Roméo Bouchard voit l’urgence d’agir « pour nous, nos jeunes, le monde, la pla­nète ». Il nous offre un « guide de survie [qui] essaie de faire le point sur la situa­tion et sur le tra­vail à faire pour nous en sortir ». La grande qua­lité de ce tra­vail est sa lim­pi­dité, ce qui en fait un authen­tique ouvrage d’éducation poli­tique pour les non-spé­cia­listes des sciences sociales. Certains pour­ront, certes, lui repro­cher de man­quer de nuances et de ne pas citer toutes ses sources, mais cela permet une plus grande acces­si­bi­lité et accroit le plai­sir de la lec­ture. La thèse est simple et forte : « C’est notre modèle de déve­lop­pe­ment et notre modèle de démo­cra­tie qu’il fau­drait revoir en pro­fon­deur si nous vou­lons sur­vivre sur cette pla­nète » (p. 23).

Suite...
Notes de lecture
Cinq chantiers pour le Québec
18 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Institut de recherche et d’informations socio-éco­no­miques,

Cinq chan­tiers pour le Québec,

Montréal, Écosociété, 2016

Depuis la crise de 2008, des poli­tiques d’austérité sont impo­sées aux Québécoises et aux Québécois. En cou­pant dans les ser­vices publics au nom de l’atteinte du défi­cit zéro, le gou­ver­ne­ment du Québec semble avoir mis de côté la ques­tion du bien commun et du vivre-ensemble en dépos­sé­dant les classes défa­vo­ri­sées de ser­vices essen­tiels.

Suite...
Notes de lecture
Ce cauchemar qui n’en finit pas.
17 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Pierre Dardot et Christian Laval,

Ce cau­che­mar qui n’en finit pas. Comment le néo­li­bé­ra­lisme défait la démo­cra­tie,

Paris, La Découverte, 2016

Les auteurs, Dardot et Laval, sou­lignent le sen­ti­ment d’urgence qui a pré­sidé à l’écriture de ce livre dont l’essentiel porte sur l’analyse des méca­nismes par les­quels l’oligarchie néo­li­bé­rale est en train de détruire, à un rythme accé­léré, ce qui reste de la démo­cra­tie libé­rale. Malgré le carac­tère très sombre de leur ana­lyse du cau­che­mar néo­li­bé­ral, les auteurs estiment qu’il n’y a aucune fata­lité à ce que la régres­sion fas­ci­sante à laquelle on assiste un peu par­tout nous conduise iné­luc­ta­ble­ment à la catas­trophe. Ils abordent la ques­tion de l’élaboration d’une stra­té­gie de sortie du capi­ta­lisme dans la conclu­sion. Cette stra­té­gie devrait, selon eux, oppo­ser la logique du commun à la logique du capi­tal.

Suite...
Perspectives
L’État n’est pas un bloc monolithique, mais un champ stratégique
16 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Introduction

Dans le numéro pré­cé­dent des NCS, l’histoire com­plexe de la « ren­contre » entre démo­cra­tie et socia­lisme a été abor­dée. Évidemment, cette ques­tion ne date pas d’hier ! La démo­cra­tie arra­chée par les révo­lu­tions bour­geoises euro­péennes a été un avan­ce­ment pour les classes popu­laires. Peu à peu, l’espace des droits s’est élargi, y com­pris le droit d’association et de parole. Après maintes luttes, le droit de vote a été concédé à tous les hommes citoyens et, beau­coup plus tard, aux femmes. Dans le mou­ve­ment de déco­lo­ni­sa­tion, des peuples se sont libé­rés. Des acquis sociaux, notam­ment l’accès aux ser­vices publics, à la santé, à l’éducation, ont été gagnés, tou­jours après de longues luttes. Tout cela n’est pas rien.

Suite...
Perspectives
La révolution soviétique : 100 ans plus tard
15 février 2018
No. 18 - Automne 2017
Pierre Beaudet

Pierre Beaudet

En février 1917, une révo­lu­tion éclate à Petrograd et à Moscou. Un régime d’une dureté abso­lue, qui dure depuis 300 ans, tombe comme un châ­teau de cartes. Les révo­lu­tion­naires russes, qui luttent dans des condi­tions extrê­me­ment dif­fi­ciles, sont sur­pris comme tout le monde. La Russie et une grande partie du monde bas­culent alors dans une ère nou­velle.

Suite...
Le mouvement étudiant de 2015 : retour sur un échec
14 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Après l’incroyable effer­ves­cence du Printemps 2012, le gou­ver­ne­ment du Parti libé­ral du Québec (PLQ) était expulsé du pou­voir. Durant un bref inter­règne, le Parti qué­bé­cois (PQ) a réussi à dila­pi­der en grande partie le capi­tal d’appui qui l’avait mené au gou­ver­ne­ment. Lors du Sommet sur l’enseignement supé­rieur tenu dans la foulée de la grève étu­diante, la conclu­sion qui s’imposa fut d’indexer les frais de sco­la­rité. Les étu­diantes et les étu­diants furent plutôt désar­çon­nés par ce recul, d’autant plus qu’il y avait durant la même période une accen­tua­tion de la répres­sion dans les ins­ti­tu­tions post­se­con­daires. Par la suite, le PQ passa à l’offensive avec son projet de charte des valeurs, d’où décou­lèrent le cafouillage et la défaite élec­to­rale qui condui­sirent à remettre en selle le PLQ dès 2014, ce qui était d’autant plus trou­blant qu’il gagnait les élec­tions en se fai­sant l’apôtre du « chan­ge­ment » en tant que noyau uto­pique de l’idéologie du capi­ta­lisme néo­li­bé­ral. Plus tard, en 2015, le mou­ve­ment étu­diant a tenté de réani­mer la flamme du Printemps 2012, mais ce fut une défaite catas­tro­phique.

Suite...
Notes de lecture
Frantz Fanon, Écrits sur l’aliénation et la liberté
12 février 2018
No. 18 - Automne 2017

Frantz Fanon Écrits sur l’aliénation et la liberté. Textes réunis, intro­duits et pré­sen­tés

par Jean Khalfa et Robert Young, Paris, La Découverte, 2015

Ce volume de près de 700 pages met en lumière toute une partie de l’œuvre de Frantz Fanon que peu de gens connaissent. En par­ti­cu­lier, on y découvre deux pièces de théâtre écrites par Fanon, L’œil se noie et Les Mains paral­lèles, les­quelles vrai­sem­bla­ble­ment consti­tuent les « pre­miers textes que l’on pos­sède » de l’auteur. S’y trouvent éga­le­ment ses écrits psy­chia­triques, y com­pris sa thèse de doc­to­rat en psy­chia­trie, qui abordent la pro­blé­ma­tique de l’aliénation, ses écrits poli­tiques, dont cer­tains textes sont connus, rela­tant les com­bats idéo­lo­giques du pen­seur mar­ti­ni­quais au cours de la guerre de l’indépendance de l’Algérie.

Suite...