Suivez-nous sur Facebook
Une crise systémique qui plonge ses racines dans les rapports de production capitalistes
Haïti :
Quand justice sera-t-elle rendue aux victimes de la Minustah ?

N’est-il pas sur­pre­nant et iro­nique que l’ONU qui pré­tend main­te­nant conso­li­der la jus­tice dans notre pays par la Minujusth (Mission des Nations unies pour l’appui à la jus­tice en Haïti) refuse même de consi­dé­rer les sévices infli­gés à la popu­la­tion par son autre orga­nisme, la Minustah (Mission des Nations unies pour la sta­bi­li­sa­tion en Haïti), comme un pro­blème qui relève du droit inter­na­tio­nal et de la jus­tice ?

Que faut-il attendre d’une telle orga­ni­sa­tion en termes de jus­tice quand, par sa faute, des mil­liers d’enfants deve­nus orphe­lins, des familles entières déci­mées par le cho­léra, des femmes et d’enfants vic­times de viols, de bru­ta­lité par des sol­dats sous sa propre juri­dic­tion, n’ont jusqu’à aujourd’hui obtenu aucune jus­tice, aucun dédom­ma­ge­ment ?

Par
Suite...
Article 16
Bilan de la révolution
Centième anniversaire de la révolution soviétique en Russie

Rapport pré­senté au cin­quième congrès de l’Internationale Communiste

V.I. Lénine, 5 novembre 1922

(Extraits)

Au début de 1918, dans une courte polé­mique, j’ai touché la ques­tion de l’attitude que nous devions adop­ter à l’égard du capi­ta­lisme d’État. J’écrivais à cette date :

Le capi­ta­lisme d’État serait un pas en avant par rap­port à la situa­tion actuelle (c’est-à-dire de cette époque) de notre République des Soviets. Si, par exemple, d’ici six mois, le capi­ta­lisme d’État était ins­tauré chez nous, ce serait un immense succès et le plus sûr garant que, dans un an, le socia­lisme serait défi­ni­ti­ve­ment conso­lidé chez nous et qu’il serait invin­cible. 

Certes, cela était dit à une époque où nous étions moins intel­li­gents qu’aujourd’hui, mais non pas sots au point de ne pas savoir exa­mi­ner de pareilles ques­tions.

Par
Suite...
Article 15
Guerre et révolution : Lénine en 1914
Centième anniversaire de la révolution soviétique en Russie

En octobre 1914, peu de temps après l’éclatement de la Première Guerre mon­diale, Lénine écrit à son com­pa­gnon Alexandre Chliapnikov (1885-1937): « Désormais, je hais et méprise Kautsky plus que per­sonne, avec son hypo­cri­sie vile, sale, et satis­faite d’elle-même.» Ce résumé mor­dant de l’attitude de Lénine à l’égard de Kautsky, qui allait rester inchan­gée pour le reste de sa vie, est sou­vent cité. Mais pour com­prendre la vision des choses de Lénine, c’est un autre com­men­taire qui est en fin de compte plus utile. Quatre jours plus tard, Lénine écri­vait au même Chliapnikov : «Procure-toi sans faute et relis (ou fais-toi tra­duire) Le chemin du pou­voir de Kautsky (et vois) ce qu’il y écrit à propos de la révo­lu­tion à notre époque ! Et aujourd’hui com­ment il joue au confor­miste et désa­voue tout cela !».

Lénine suivit son propre conseil. En décembre 14, il s’est pris le temps de par­cou­rir le livre et il a réuni une page et demie de cita­tions qu’il a insé­rées dans un article inti­tulé « Chauvinisme mort et socia­lisme vivant ». Il y écri­vit : «Voilà ce que Kautsky écri­vait dans un passé très très ancien – c’était il y a cinq ans. Voilà ce qu’était la social-démo­cra­tie alle­mande ou, plus exac­te­ment, ce qu’elle pré­ten­dait être. C’était la sorte de social-démo­cra­tie qu’on pou­vait et devait res­pec­ter.»

Suite...
Des élections présidentielles en France
Quelques réflexions à propos d’un premier tour
Des perspectives pour la gauche radicale

Les résul­tats du pre­mier tour achèvent pro­vi­soi­re­ment une cam­pagne élec­to­rale éton­nante mar­quée par des rebon­dis­se­ments inat­ten­dus. Il n’est pas inin­té­res­sant d’en tirer quelques leçons. En tenant compte du contexte sur la situa­tion poli­tique en France, la crise euro­péenne accen­tuée par le Brexit, la situa­tion inter­na­tio­nale mar­quée par l’élection de Trump.

La colère et le « ras-le-bol » tra­duisent en fait un pro­fond désir de renou­vel­le­ment. Le rejet des partis de gou­ver­ne­ment, par­ti­cu­liè­re­ment le PS et les Républicains, s’est tra­duit par un véri­table jeu de quilles qui a fait tomber suc­ces­si­ve­ment : Hollande, Sarkozy, Juppé, Valls, Fillon.

Pour beau­coup, il s’agissait avec un bul­le­tin de vote, abs­ten­tion com­prise, de répondre à trois ques­tions : quel serait le moins mau­vais pré­sident ou le moins mau­vais pro­gramme ? com­ment faire bar­rage au Front natio­nal ? com­ment le mieux pré­pa­rer la suite pour une recom­po­si­tion de la gauche ? Les voix de gauche se sont répar­ties en fonc­tion de la prio­rité donnée à une des ques­tions. Aucune de ces ques­tions n’est hors de propos.

Suite...
Article 14
Guerre et révolution chez Lénine
Centième anniversaire de la révolution soviétique en Russie

Publié par A l’encontre le 15 novembre 2012

Nous publions ci-des­sous la suite logique et chro­no­lo­gique de l’article de Georges Haupt (voir indi­ca­tions bio­gra­phiques à la fin du texte) inti­tulé « Guerre ou révo­lu­tion ? l’Internationale et l’Union sacrée ». Ces deux articles prennent toute leur place et leur valeur dans le cadre des ini­tia­tives de « com­mé­mo­ra­tion » du Congrès de Bâle de la IIe Internationale qui s’est tenu à Bâle en novembre 1912. (Rédaction A l’Encontre)

Suite...
Nouveaux Cahiers du socialisme - No. 8 - Automne 2012
Les menaces sur l’enseignement collégial
À l'occasion du 50e anniversaire des cégeps
13 avril 2017
Numéros des NCS

À l’occasion du 50e anni­ver­saire des cégeps, bien que cet article soit paru à l’automne 2012 dans le numéro 8 de la revue des Nouveaux Cahiers du socia­lisme, il nous est apparu qu’il demeu­rait plus que jamais per­ti­nent. Une ver­sion PDF est éga­le­ment dis­po­nible au bas de la pré­sente page. [NCS]


Les col­lèges d’enseignement géné­ral et pro­fes­sion­nel ou cégeps ont 45 ans. C’est bien jeune pour une ins­ti­tu­tion d’enseignement, en par­ti­cu­lier si on les com­pare aux uni­ver­si­tés dont les ori­gines qué­bé­coises remontent à 1663, date de la fon­da­tion de l’ancêtre de l’Université Laval. Pourtant, si les cégeps existent encore aujourd’hui, c’est envers et contre toute une série d’attaques concer­nant leur per­ti­nence et leurs carac­té­ris­tiques, et ce, dès leur créa­tion jusqu’à nos jours.

Suite...
Article 13
La théorie du parti de Lénine
Centième anniversaire de la révolution soviétique en Russie

Les écrits de Lénine sur les pro­blèmes d’organisation du Parti social-démo­crate russe dans la période 1900-1904 – en par­ti­cu­lier Que faire ? (1902) et Un pas en avant, deux pas en arrière (1904) – consti­tuent un ensemble cohé­rent, expri­mant une concep­tion typi­que­ment « cen­tra­liste » du mou­ve­ment socia­liste.

On explique habi­tuel­le­ment cette ten­dance par les « sources russes du bol­ché­visme » : le machia­vé­lisme et l’omniscience des chefs dans Netchaïev, le « sub­jec­ti­visme » de Lavrov et Mikhailovsky, le jaco­bino-blan­quisme de Tkatchev, etc [1]. En effet, il est indis­cu­table que les tra­di­tions du XIXe siècle russe – sur­tout la struc­ture conspi­ra­tive du groupe ter­ro­riste Narodnaïa Volia ( « La volonté du peuple ») – sont un des cadres socio­cul­tu­rels des théo­ries déve­lop­pées dans Que faire ? Lénine lui-même le recon­naît, dans la mesure où il ne cache pas son admi­ra­tion pour le groupe Terre et Liberté (pré­cur­seur de la Narodnaïa Volia formé en 1876 par les popu­listes et Plekhanov), qu’il consi­dère comme une « excel­lente orga­ni­sa­tion », « qui devrait nous servir de modèle à tous » [2]. Enfin, les héri­tiers directs des « narod­niki », les social-révo­lu­tion­naires, futurs enne­mis mor­tels du bol­ché­visme, approu­vaient cha­leu­reu­se­ment le cen­tra­lisme de Lénine avant 1905 [3].

Suite...
Université populaire des NCS - 2017
L’heure des brasiers
Du 17 au 19 août 2017 à Montréal

Les Nouveaux Cahiers du so­cialisme (NCS) pré­sentent l’Université popu­laire des NCS 2017 sous le thème « L’heure des bra­siers».


Présentation

Avec l’élection de Donald Trump, le monde est entré dans une nou­velle ère. Le virage vers l’« aus­té­ri­ta­risme », sous diverses formes, semble être, un peu par­tout, une ten­dance de fond. Les poli­tiques néo­li­bé­rales sont ren­for­cées (pri­va­ti­sa­tion, régle­men­ta­tion, finan­cia­ri­sa­tion débri­dée, etc.), quitte à enfon­cer davan­tage la pla­nète dans le pro­ces­sus de des­truc­tion de l’environnement et dans celui de l’accumulation pour l’accumulation.

Par
Suite...
Article 12
Un bilan de la Révolution d’octobre
Centième anniversaire de la révolution soviétique en Russie

La Révolution russe d’octobre 1917 fut l’événement le plus mar­quant du XXe siècle. Mais puisque ce sont les gagnants qui écrivent l’histoire, il est peu connu que cette révo­lu­tion n’était que l’ouverture d’une immense vague de contes­ta­tion du capi­ta­lisme qui a balayé tout le monde indus­triel, sus­ci­tant de puis­sants échos éga­le­ment dans le monde colo­nial. Partout entre 1918 et 1921 les effec­tifs syn­di­caux et les jour­nées per­dues en grèves ont atteint des records his­to­riques, tandis que se gon­flaient les rangs de l’aile révo­lu­tion­naire des partis socia­listes.

L’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie et la Finlande ont connu des révo­lu­tions, dont la force motrice était la classe ouvrière. Des situa­tions por­tant un poten­tiel révo­lu­tion­naire réel et immé­diat ont surgi en Italie et dans des régions de Pologne et de France. Dans un mémo­ran­dum à la Conférence de paix à Versailles en 1919, le Premier Ministre bri­tan­nique, Lloyd George, a écrit : « L’Europe entière est d’une humeur révo­lu­tion­naire. Les tra­vailleurs res­sentent une insa­tis­fac­tion pro­fonde des condi­tions de vie, telles qu’elles étaient avant la guerre. Ils sont rem­plis de colère et d’indignation. Tout l’ordre social, poli­tique et éco­no­mique exis­tant est remis en ques­tion par les masses popu­laires d’un bout de l’Europe à l’autre. » (1)

Suite...