Conférence de Solidarity Halifax

Vers une convergence des forces militantes du Québec et hors Québec

Par Mis en ligne le 17 juin 2015

Les 5 et 6 juin der­niers, une qua­ran­taine de mili­tants et mili­tantes pro­ve­nant d’une dizaine de groupes sociaux et orga­ni­sa­tions poli­tiques du Canada et du Québec se sont réunis à Halifax dans le cadre d’une confé­rence-débat orga­ni­sée par le groupe Solidarity Halifax. J’ai eu le pri­vi­lège de repré­sen­ter Québec soli­daire qui y avait été invité.

Cette confé­rence était le résul­tat d’un tra­vail amorcé il y a quelques années et qui a trouvé son point culmi­nant au Forum social des peuples l’été der­nier. Une série d’appels-conférences avaient été orga­ni­sés pour donner suite aux tra­vaux du Forum social. Parallèlement des mili­tants et mili­tantes du Québec, membres de QS avaient amorcé une ini­tia­tive simi­laire qui avait donné lieu à une pre­mière ren­contre à Toronto en février, orga­ni­sée conjoin­te­ment avec Socialist Project, à laquelle avaient par­ti­cipé soit sur place ou par Internet une tren­taine de mili­tants et mili­tantes. Plus récem­ment, le 2 juin der­nier, les Nouveaux Cahiers du Socialisme et Canadian Dimension orga­ni­saient un panel qui pré­sen­tait la pers­pec­tive d’alliance poli­tique de la gauche au niveau pan cana­dien dans le cadre des Socialist Studies à l’Université d’Ottawa.

La confé­rence de Solidarity Halifax a permis de faire le point sur la situa­tion poli­tique au moyen de six dis­cus­sions thé­ma­tiques :

Construire des orga­ni­sa­tions locales effi­caces

À partir de l’expérience de Solidarity Halifax, Solidarity Against Austerity Ottawa et We are Oshawa, com­ment peut-on construire des orga­ni­sa­tions locales capables de jouer un rôle signi­fi­ca­tif dans la vie poli­tique de leur muni­ci­pa­lité ? Quels sont les bons coups à rete­nir et les écueils à éviter ?

Notre his­toire et l’identité politique/​Pluralisme et non sec­ta­risme

La gauche fait sou­vent une dis­tinc­tion entre la lutte de classe et les dif­fé­rentes luttes contre l’oppression. Comment peut-on les faire conver­ger et com­ment prendre une approche plu­ra­liste ?

À quoi pour­rait res­sem­bler un réseau pan-cana­dien ? /​Quelles rela­tions avec la gauche du Québec ?

Comment les orga­ni­sa­tions pro­gres­sistes au Canada peuvent-elles coopé­rer à l’échelle natio­nale ? Quels sont les pré­re­quis idéo­lo­giques et maté­riels à une future coopé­ra­tion ? Comment relier les orga­ni­sa­tions locales à de plus larges cam­pagnes et à un dia­logue à tra­vers le pays ? Que pou­vons-nous rete­nir des succès de nos cama­rades au Québec ?

Le Parti – Possibilités et pro­blèmes (Syriza, Podemos, Die Linke, le NPD, etc.)

Au niveau inter­na­tio­nal de nou­velles for­ma­tions de gauche ont émergé à tra­vers l’Europe. Qu’est-ce que cela veut dire pour la gauche au Canada ? Comment nous situons-nous face à la ques­tion des partis sociaux-démo­crates comme le NPD ? À quoi pour­rait res­sem­bler un parti anti-capi­ta­liste ou socia­liste de gauche au Canada ?

Construire et ren­for­cer les mou­ve­ments sociaux

Le déve­lop­pe­ment des orga­ni­sa­tions anti­ca­pi­ta­listes est direc­te­ment lié au déve­lop­pe­ment et à la force des dif­fé­rents mou­ve­ments sociaux. Que pou­vons-nous faire afin d’aider à construire et ren­for­cer ces mou­ve­ments ? Quel doit être la rela­tion entre les mou­ve­ments sociaux et les orga­ni­sa­tions anti­ca­pi­ta­listes ?

Comment com­mu­ni­quer et tra­vailler ensemble

Au-delà des télé­con­fé­rences et des assem­blées, quelles sont les pro­chaines étapes pour construire l’unité de la gauche à tra­vers le pays ? Comment devrions-nous com­mu­ni­quer entre nous, avec les mou­ve­ments sociaux, avec le public ? Sur quelles cam­pagnes et actions pou­vons-nous coor­don­ner nos efforts ?

La ques­tion de la poli­tique fédé­rale y a été abor­dée de même que le cadre d’intervention par rap­port au NPD. Les rap­ports entre la gauche du Québec et le reste du Canada ont aussi fait l’objet de dis­cus­sions inté­res­santes. Les inter­ve­nantEs du Québec du Réseau éco­so­cia­liste et de Québec soli­daire ont expli­qué la nature dyna­mique du pro­ces­sus de sou­ve­rai­neté inévi­ta­ble­ment lié au chan­ge­ment social. Ce chan­ge­ment ne pour­rait être que dans l’intérêt du mou­ve­ment ouvrier et popu­laire du reste du Canada. Cette idée, déjà pré­sen­tée lors d’autres forums dont les Socialists Studies et dans la revue Canadian Dimension, fait main­te­nant son chemin et permet pour les pro­gres­sistes du reste du Canada de voir la sou­ve­rai­neté d’une autre façon et qu’il faut aller plus loin que le simple droit à l’autodétermination.

Cela repré­sen­tait un pas en avant pour Québec soli­daire qui avait adopté une réso­lu­tion à son der­nier conseil natio­nal de décembre à l’effet de mettre les éner­gies néces­saires afin de déve­lop­per des rela­tions avec les pro­gres­sistes du reste du Canada. En ce moment, nous sommes le seul parti poli­tique se récla­mant de la sou­ve­rai­neté à com­prendre l’importance de gagner le sou­tien du mou­ve­ment ouvrier du ROC et à tra­vailler dans ce sens. Il y va de notre inté­rêt, mais éga­le­ment du leur. La mobi­li­sa­tion citoyenne qui lut­tera pour la sou­ve­rai­neté au Québec le fera pour reprendre le contrôle de ses res­sources, de sa vie démo­cra­tique, de son envi­ron­ne­ment et de son éco­no­mie. Cela ne sera pas sans impact dans l’avancement de la lutte dans le reste du Canada qui nous sera en retour béné­fique.

Même si tous s’entendent pour dire qu’il y a une situa­tion asy­mé­trique entre la situa­tion poli­tique au Canada et au Québec, cette confé­rence a repré­senté le plus impor­tant pas en avant à ce jour dans la construc­tion d’une alter­na­tive poli­tique pan­ca­na­dienne ou à tout le moins pour l’instant d’un réseau pan­ca­na­dien en ce qu’elle a permis d’ouvrir la pers­pec­tive réelle de conver­gence de la gauche poli­tique du Reste du Canada, et d’une com­bi­nai­son des dyna­miques avec la gauche du Québec.

Le pro­chain rendez-vous aura lieu lors de l’université popu­laire des Nouveaux Cahiers du Socialisme et de Canadian Dimension du 20 au 23 août à l’UQAM. La grande plé­nière du 21 août à 16 h 30 pour­sui­vra cette dis­cus­sion avec la pré­sence des pané­listes : Lesley Thompson et Kyle Buott de Solidarity Halifax, Dave Bush de Toronto, Jessica Squires du réseau éco­so­cia­liste Gatineau, et Jérémie Bédard-Wien de Montréal.

Les commentaires sont fermés.