Université populaire des NCS - 2017

L’heure des brasiers

Du 17 au 19 août 2017 à Montréal

Par Mis en ligne le 08 avril 2017

Les Nouveaux Cahiers du so­cialisme (NCS) pré­sen­tent l’Université popu­laire des NCS 2017 sous le thème « L’heure des bra­siers».


Présentation

Avec l’élection de Donald Trump, le monde est entré dans une nou­velle ère. Le virage vers l’« aus­té­ri­ta­risme », sous diver­ses formes, semble être, un peu par­tout, une ten­dance de fond. Les poli­ti­ques néo­li­bé­ra­les sont ren­for­cées (pri­va­ti­sa­tion, régle­men­ta­tion, finan­cia­ri­sa­tion débri­dée, etc.), quitte à enfon­cer davan­tage la pla­nète dans le pro­ces­sus de des­truc­tion de l’environnement et dans celui de l’accumulation pour l’accumulation.

Ces objec­tifs ne sont plus tena­bles. C’est alors que pour les impo­ser, le 1 % déploie un puis­sant dis­po­si­tif mili­ta­risé, repris par les médias et l’intellectualité de droite sous la forme d’un dis­cours hai­neux, raciste et xéno­phobe. C’est l’idéologie de tout-le-monde-contre-tout-le-monde, qui débou­che sur un cycle de mili­ta­ri­sa­tion et de guer­res « sans fin », comme le disait l’ancien pré­si­dent état­su­nien George W. Bush.

Devant cette vague de droite, l’ancienne gou­ver­nance key­né­sienne est aux abois. Elle s’est conver­tie depuis plu­sieurs années au social libé­ra­lisme : « parler à gauche, gou­ver­ner à droite », quitte à com­pa­tir devant les pro­blè­mes des « pau­vres », mais sans chan­ger quoi que ce soit aux pro­ces­sus et aux inté­rêts de classe qui sont à la racine.

L’humanité devant cette des­truc­tion pro­gram­mée ne baisse pas les bras pour autant. De vastes mobi­li­sa­tions popu­lai­res sur­gis­sent sans cesse, des divers « prin­temps » arabes et afri­cains aux gran­des mobi­li­sa­tions à Barcelone, Istanbul, Buenos Aires, Athènes, Montréal, Washington, Standing Rock et ailleurs.

On résiste, on bloque la « machine ». On s’organise, on débat, on se regarde dans le miroir pour voir ce qu’on ne fait pas. On se pose des ques­tions, même si on n’a pas tou­jours les répon­ses. On expé­ri­mente, à petite échelle, ce que pour­rait être un monde éga­li­taire et éco­lo­giste. On essaie de faire notre place sur le ter­rain poli­ti­que, dans des condi­tions d’une grande adver­sité.

Finalement, on se dit, comme le poète cubain José Marti, que dans cette ère des bra­siers, « il ne faut y voir que la lumière ».

Qu’est ce qu’une Université populaire ?

L’Université popu­laire des NCS repose sur plus de qua­rante per­son­nes pro­ve­nant d’organisations syn­di­ca­les, popu­lai­res, fémi­nistes, éco­lo­gis­tes et du monde de l’enseignement. C’est un véri­ta­ble « intel­lec­tuel col­lec­tif » au ser­vice des luttes et de la construc­tion du mou­ve­ment popu­laire. L’Université des NCS n’est pas une uni­ver­sité au sens « clas­si­que » du terme. L’approche n’est ni aca­dé­mi­que, ni livres­que. Le savoir et les com­pé­ten­ces sont nour­ries par l’interaction entre des pra­ti­ques et théo­ries qui éma­nent de tous ceux et celles qui lut­tent pour chan­ger le monde.

Quand ?

Du 17 au 19 août 2017.

Où ?

À l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).

Pour qui ?

L’Université popu­laire est un lieu de réflexion et de trans­mis­sion de savoir ouvert à tous et à toutes, jeunes et moins jeunes, uni­ver­si­tai­res ou non.

Comment s’inscrire ?

Visitez la sec­tion « Inscription » au bas de cette page.

À quoi s’attendre ?

  • Des tables-rondes, des plé­niè­res
  • Des ate­liers pour appro­fon­dir
  • Des assem­blées de conver­gence
  • Une atmo­sphère convi­viale, plu­ra­liste, avec de l’humour !

Pour tout savoir sur l’Université populaire…

À lire : Cahier du par­ti­ci­pant 2017 (à venir).


PROGRAMME (provisoire)

(en date du 7 avril 2017)

Pour cette hui­tième édi­tion de leur uni­ver­sité popu­laire, les NCS vous pro­po­sent un riche pro­gramme arti­culé autour de deux axes :

PREMIER AXE

Le Canada, d’hier à aujourd’hui : capitalisme, patriarcat, colonialisme

L’État cana­dien « célè­bre » cette année son 150e anni­ver­saire. Il a la sin­gu­la­rité d’être le seul ter­ri­toire des Amériques qui n’a jamais conquis son indé­pen­dance, qui ne s’est jamais réin­venté sur le mode du répu­bli­ca­nisme et qui a été marqué, dès son avè­ne­ment jusqu’à aujourd’hui, par une his­toire de conquê­tes.

Ce n’est pas notre État et donc nous n’avons rien à célé­brer. Pour autant, c’est une occa­sion pour mieux com­pren­dre une struc­ture qui s’est main­te­nue au pou­voir, au profit d’une petite élite, grâce à un savant dosage d’oppression et de vio­lence des peu­ples avec un dis­po­si­tif capi­ta­liste et patriar­cal assu­rant l’hégémonie.

À main­tes repri­ses cepen­dant, ce pou­voir a été bous­culé par l’irruption des peu­ples. Cette his­toire des résis­tan­ces, c’est notre his­toire. C’est à partir de là que nous pou­vons car­to­gra­phier les mou­ve­ments et leurs luttes aujourd’hui. C’est à cet exer­cice que nous vous invi­tons dans le cadre de l’université popu­laire des NCS d’août pro­chain.

Jeudi 17 août

Fin de jour­née

  • Le vin de l’amitié
  • Mot de bien­ve­nue
  • Lancement du no des NCS sur les Autochtones

Soirée

L’heure des bra­siers : le ter­ri­toire et la lutte pour la pré­ser­va­tion du ter­ri­toire

  • Conférence de lan­ce­ment

Vendredi 18 août

Avant-midi

L’économie poli­ti­que du capi­ta­lisme cana­dien

  • Comment le capi­ta­lisme cana­dien s’est construit (pillage des res­sour­ces), moder­nisé, finan­cia­risé, pour abou­tir à une struc­ture au ser­vice du 1%.

De la dépos­ses­sion à l’apartheid

  • De la Loi des indiens aux réser­ves, les pra­ti­ques colo­nia­les, la misère et la vio­lence, le racisme sys­té­mi­que.

Décoloniser la pensée cri­ti­que

  • Avec l’apport de l’écologisme et du fémi­nisme, la pensée cri­ti­que de gauche doit évo­luer, d’autant plus qu’émergent des nou­vel­les maniè­res de voir le monde dans le sud et parmi les peu­ples autoch­to­nes.

Après-midi
13h-15h30

Les luttes des femmes contre l’État cana­dien

  • Des luttes pour les droits fon­da­men­taux aux luttes actuel­les contre la vio­lence et la pau­vreté à tra­vers des résis­tan­ces inter­sec­tion­nel­les.

Racismes et dis­cri­mi­na­tions

  • Les géné­ra­tions immi­gran­tes qui ont érigé le capi­ta­lisme à l’ombre de la dis­cri­mi­na­tion et sous le masque trom­peur du mul­ti­cul­tu­ra­lisme.

1917 : l’irruption des luttes de Winnipeg à Montréal

  • C’est un sur­gis­se­ment ouvrier qui débou­che sur de gran­des luttes anti-impé­ria­lis­tes qui tra­duit le grand élan d’émancipation de cette période.

Fin de jour­née
16h-18h

PLÉNIÈRE : Les assauts de l’État contre la nature

  • La dépos­ses­sion et la des­truc­tion de la nature et l’essor d’un État pétro­lier, de même qu’à l’essor d’un grand mou­ve­ment conver­gent des résis­tan­ces.

Samedi 19 août

Avant-midi
9h30-11h30

Les stra­té­gies de l’État pour nier les droits des peu­ples

  • De 1840 (moder­ni­sa­tion du projet colo­nial) à l’assassinat de Louis Riel (1884) en pas­sant par la nuit des longs cou­teaux (1982) jusqu’aux gran­des manœu­vres de l’État cana­dien (post 1995).

Le Canada maillon de la chaîne impé­ria­liste

  • Des miniè­res cana­dien­nes à la conquête du monde jusqu’au Canada para­dis fiscal

Le socia­lisme, 100 ans plus tard

  • Que rete­nir de l’utopie de la Commune des soviets à l’essor de l’internationalisme et aux gran­deurs et déca­den­ces de la gauche qué­bé­coise et cana­dienne ?

Travailleurs et tra­vailleu­ses contre l’État

  • De celles pour obte­nir une réelle pro­tec­tion légale à celle des Postiers pour main­te­nir les ser­vi­ces publics.

Après-midi
13h30 -15h30

PLÉNIÈRE : Le nou­veau projet répu­bli­cain

  • De l’émancipation sociale et natio­nale du Québec à la néces­saire soli­da­rité avec la sou­ve­rai­neté autoch­tone et la construc­tion d’une conver­gence popu­laire nord-amé­ri­caine.

DEUXIÈME AXE

La révolution « numérique » : les enjeux pour le 99%

Le dis­cours domi­nant nous promet à la fois la catas­tro­phe (des mil­lions d’emplois perdus) et le para­dis avec la fin des emplois dan­ge­reux, sales et rou­ti­niers. Un peu par­tout, les mou­ve­ments popu­lai­res se trou­vent bous­cu­lés par la robo­ti­sa­tion, l’ubérisation et les nou­veaux dis­po­si­tifs de contrôle mena­çant nos droits. Que faire ? Quelles sont les alter­na­ti­ves ? Comment défi­nir un agenda inclu­sif et pro­gres­siste pour ima­gi­ner l’utilisation de la tech­no­lo­gie au ser­vice du 99% ?

Vendredi 18 août

09h15

Mise au jeu

  • Mot de bien­ve­nue
  • Introduction à la jour­née et à l’université popu­laire

09h30

Plénière

  • Comment le numé­ri­que trans­forme l’espace public ?
  • La gou­ver­nance à l’ombre du numé­ri­que
  • Big data, mythes et ima­gi­nai­res

10h50

Pause

11h00

Plénière (suite)

  • Quels sont les enjeux pour les mou­ve­ments popu­lai­res et syn­di­caux ?
  • Comment les algo­rith­mes orga­ni­sent nos vies ?

12h00

Pause

13h30

Ateliers

  • Comment la numé­ri­sa­tion affecte-t-elle les emplois et les condi­tions de tra­vail ?
  • Quelles sont les stra­té­gies sus­cep­ti­bles de défen­dre les inté­rêts des tra­vailleurs et des tra­vailleu­ses ?
  • Comment uti­li­ser la tran­si­tion numé­ri­que pour ren­for­cer les asso­cia­tions com­mu­nau­tai­res et citoyen­nes et les pro­jets d’économie sociale et soli­daire ?

15h15

Conclusion

  • Peut-on « huma­ni­ser » le numé­ri­que ?

16h00

Clôture


TEXTES D’ACCOMPAGNEMENT (à venir)


INSCRIPTION

Inscription en ligne

Formulaire et paie­ment sécu­risé via Paypal ou carte de crédit. Vous rece­vrez par cour­riel une confir­ma­tion de la tran­sac­tion, ainsi qu’une fac­ture impri­ma­ble. Le débit appa­raî­tra sur votre relevé de carte de crédit sous l’intitulé PAYPAL *CAP-NCS. Pour tout pro­blème ou litige, adres­sez un cour­riel à : tresorerie@​cahiersdusocialisme.​org

Afin de rendre l’Université popu­laire acces­si­ble au plus grand nombre d’individu et de per­met­tre à tous les grou­pes éco­no­mi­ques de par­ti­ci­per, nous met­tons à votre dis­po­si­tion un modèle de  demande de finan­ce­ment pour vos élus. Il s’agira de per­son­na­li­ser la lettre et ensuite l’acheminer à votre élu. En espé­rant pou­voir allé­ger le far­deau finan­cier que pour­rait repré­sen­ter votre pré­sence à l’Université popu­laire !

Inscription postale

Vous pouvez aussi vous ins­crire par la poste en rem­plis­sant le for­mu­laire d’inscription à télé­char­ger ci-joint et en le retour­nant accom­pa­gné de votre règle­ment à l’adresse indi­quée. Télécharger le for­mu­laire d’inscription.

Appel à bénévolat

Les NCS sont à la recher­che de béné­vo­les lors de l’événement ! Vous êtes bilin­gues ? Vous êtes habi­les avec les médias sociaux ? Vous êtes ama­teurs de pho­to­gra­phie ? Votre par­ti­ci­pa­tion sera gra­tuite pour quel­ques heures d’implication béné­vole. Contactez-nous pour tous les détails !


LOGISTIQUE

Hébergement soli­daire

Vous habi­tez à Montréal et dési­rez offrir un héber­ge­ment pour l’événement ?

Téléchargez le for­mu­laire d’offre d’hébergement.

Vous habi­tez à l’extérieur de Montréal et dési­rez faire une demande d’hébergement pour l’événement ?

Téléchargez le for­mu­laire de demande d’hébergement.

Transport

Au niveau du trans­port, nous vous pro­po­sons d’utiliser amigo express. Visitez aussi les grou­pes Facebook de covoi­tu­rage pour réduire vos frais de trans­port !


VIDÉOS (à venir)


PARTENAIRES (à venir)


CONTACTEZ-NOUS

Si vous avez des ques­tions, com­men­tai­res ou besoin d’information sup­plé­men­taire, n’hésitez-pas à nous rejoin­dre en uti­li­sant ce for­mu­laire où en écri­vant à universite@​cahiersdusocialisme.​org

Votre nom (obli­ga­toire)

Votre email (obli­ga­toire)

Sujet

Votre mes­sage


Les commentaires sont fermés.