Une troisième voie, vraiment ?

Par Mis en ligne le 15 octobre 2010

Il devien­drait parti poli­tique et pro­po­se­rait une troi­sième voie à la popu­la­tion qué­bé­coise. François Legault et Joseph Facal en seraient les ini­tia­teurs.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’une telle éven­tua­lité est évo­quée. Cette fois-ci serait-elle la bonne ? Faisons comme si…

Un nou­veau parti, ni fédé­ra­liste ni sou­ve­rai­niste, ni tota­le­ment à droite ni (évi­dem­ment !) de gauche voit le jour. Il se dit de centre-droit et se refuse à adop­ter une posi­tion sur l’avenir consti­tu­tion­nel du Québec. Mais alors, qu’a-t-il tant à dire ? Pourquoi un nou­veau parti poli­tique ?

Supposément parce qu’il faut enfin parler des « vraies affaires » : la dette, le manque de pro­duc­ti­vité des tra­vailleurs qué­bé­cois (on ne tra­vaille pas assez, selon Lucien Bouchard !),la créa­tion de la richesse, la dimi­nu­tion du rôle de l’État, la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices de santé, etc. Mais n’ai-je pas déjà entendu cela quelque part ? Entre autres, au PLQ, à l’ADQ, à l’Institut éco­no­mique de Montréal ?

Ça fait des années qu’on nous bas­sine avec ces idées. Une grosse crise éco­no­mique plus tard, il me sem­blait que le temps était venu de parler d’autre chose : des pro­fits hon­teux des minières, de l’absence de rede­vances dignes de ce nom sur l’eau et les autres res­sources natu­relles, de la pro­tec­tion de l’environnement, de l’abandon de nos per­sonnes âgées, de la pré­ca­rité du tra­vail, de la non-recon­nais­sance du tra­vail des femmes, de l’accroissement des inéga­li­tés de reve­nus et de tant d’autres choses.

Alors, une troi­sième voie, vrai­ment ? Celle-ci existe déjà et elle s’appelle Québec soli­daire. Cela dit, si le mou­ve­ment de mes­sieurs Legault et Facal voit le jour, eh bien nous serons pré­sents dans le débat d’idées qui conti­nuera au Québec.

Françoise David

Les commentaires sont fermés.