François Legault et l’éducation

Une improvisation dangereuse

Par Mis en ligne le 16 octobre 2011

La Fédération natio­nale des ensei­gnantes et des ensei­gnants du Québec (FNEEQ-CSN) a vive­ment réagi, en appre­nant que le fon­da­teur de la Coalition pour l’avenir du Québec son­geait à une autre remise en ques­tion des cégeps. 

Le pré­sident de la FNEEQ, Jean Trudelle, n’a pas été tendre envers M. Legault. « C’est du n’importe quoi, a-t-il com­menté. Les idées qu’avance François Legault en édu­ca­tion sont non seule­ment déce­vantes, elles sont car­ré­ment dan­ge­reuses. Parfois, ça sent l’improvisation pure et simple, par­fois c’est du copié-collé d’essais réa­li­sés ailleurs et qui, au mieux, se sont avérés inef­fi­caces. M. Legault ne semble même pas connaître la situa­tion en matière d’obtention des diplômes ! En ensei­gne­ment supé­rieur, grâce aux cégeps, le Québec fait 9% de mieux qu’ailleurs au Canada. Voir quelqu’un qui envi­sage de fonder un parti poli­tique et qui vou­drait répondre aux défis modernes de l’éducation en sup­pri­mant ce qui va bien, c’est pour le moins inquié­tant. En ce 5 octobre, Journée mon­diale des ensei­gnants, nous ne pou­vions pas lais­ser passer une telle inep­tie sans réagir. »Rappelons que les États géné­raux sur l’éducation, tenus au milieu des années 90, avaient lar­ge­ment confirmé la per­ti­nence et l’utilité des cégeps ; leur remise en ques­tion par la Fédération des com­mis­sions sco­laires, en 2004, avait pro­vo­qué une telle levée de bou­clier que l’idée avait rapi­de­ment été enterrée.

« C’est très frus­trant de consta­ter à quel point les poli­ti­ciens, qui s’entendent mer­veilleu­se­ment pour dire que l’éducation devrait être une prio­rité, se révèlent inca­pables de saisir la mesure des enjeux, de consul­ter les arti­sans de l’éducation et de pro­po­ser des solu­tions qui les rejoignent, a ajouté pour sa part la vice-pré­si­dente de la FNEEQ, Micheline Thibodeau. On dit que l’éducation est une prio­rité, mais on coupe allè­gre­ment dans son budget, on n’écoute pas celles et ceux qui sont aux pre­mières loges et on veut tout bou­le­ver­ser sans réflexion préa­lable, sur la base de vul­gaires pré­ju­gés. C’est déso­lant. »La FNEEQ-CSN repré­sente 85% du per­son­nel ensei­gnant des cégeps. Elle est l’organisation la plus repré­sen­ta­tive de l’enseignement supé­rieur au Québec.

Les commentaires sont fermés.