Le 6e Congrès de l'Internationale de l'éducation (IE)

Une éducation de qualité pour bâtir l’avenir

Par Mis en ligne le 20 juillet 2011

Le 6e Congrès de l’IE offrira une oppor­tu­nité aux repré­sen­tants de tous les affi­liés de l’IE de se ren­con­trer et de ren­for­cer les liens de soli­da­rité entre les ensei­gnants et les tra­vailleurs de l’éducation du monde entier. Les délé­gués abordent les ques­tions contem­po­raines majeures concer­nant leurs orga­ni­sa­tions, le mou­ve­ment syn­di­cal inter­na­tio­nal ensei­gnant, ainsi que la lutte constante pour réa­li­ser une édu­ca­tion publique pour tous.

L’Internationale de l’Education (IE), l’organisation repré­sen­tant 30 mil­lions d’enseignant(e)s et autres per­son­nels de l’éducation dans le monde, ras­semble les représentants(e)s de plus de 400 orga­ni­sa­tions syn­di­cales de l’éducation, implan­tées dans 173 pays et territoires.

Organisé tous les quatre ans, le Congrès mon­dial est l’organe de gou­ver­nance suprême de l’Internationale de l’Education. Le pro­chain Congrès se tien­dra au Cap, en Afrique du Sud, du 22 au 26 juillet 2011.

Au cours de ce congrès, il sera notam­ment ques­tion de l’impact de la crise éco­no­mique sur les sys­tèmes d’éducation publics dans le monde, du ren­for­ce­ment de la par­ti­ci­pa­tion de syn­di­cats de l’éducation au pro­ces­sus déci­sion­nel, de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et conti­nue, de la pro­fes­sion ensei­gnante, du rôle des per­son­nels de sou­tien en édu­ca­tion et des droits de l’homme et syndicaux.

Outre le congrès pro­pre­ment dit, des ses­sions préa­lables auront lieu autour de thé­ma­tiques par­ti­cu­lières : un forum LGBT, un caucus de l’enseignement supé­rieur, un caucus des peuples autoch­tones, un caucus des femmes ainsi que l’assemblée géné­rale du Réseau édu­ca­tion et solidarité.

Les syndicats de l’éducation s’organisent pour contrer l’impact de la crise financière mondiale sur l’éducation pour tous

Lors de réunions pré­pa­ra­toires préa­la­ble­ment au Congrès, et lors de l’évènement prin­ci­pal lui-même, plus de 1 600 par­ti­ci­pantEs met­tront leur exper­tise à profit pour ana­ly­ser les déve­lop­pe­ments récents de la poli­tique mon­diale en matière d’éducation et débat­tront des meilleures pra­tiques en vue de recru­ter, de pré­pa­rer et de sou­te­nir le per­son­nel de l’éducation, et pour par­ve­nir à une édu­ca­tion de qua­lité. Ils/​Elles exa­mi­ne­ront les défis posés à l’éducation par les coupes bud­gé­taires, la baisse des res­sources, la dépro­fes­sio­na­li­sa­tion des enseignant(e)s, et le coût crois­sant de l’éducation de qua­lité pour toutes et tous.

Pendant une série de séances en sous-groupes tenues le 24 juin, les délégué(e)s ont cher­ché les moyens de pro­té­ger les écoles de la crise finan­cière mon­diale et débattu de l’utilisation d’un sys­tème édu­ca­tif amé­lioré en tant qu’une des mesures clés afin de recons­truire des éco­no­mies défaillantes. Les participant(e)s venu(e)s de 400 orga­ni­sa­tions membres de l’IE ont éga­le­ment dis­cuté de l’adoption et de la mise en appli­ca­tion du projet de Document de poli­tique sur l’éducation de l’IE, lequel éta­blit les élé­ments fon­da­men­taux d’une édu­ca­tion de qua­lité. Ce docu­ment recom­mande éga­le­ment de ren­for­cer tous les niveaux d’enseignement à tra­vers le monde, tout en défen­dant les droits humains et syn­di­caux des enseignant(e)s et des condi­tions d’emploi adéquates.

Thèmes

Le thème du 6e Congrès mon­dial est : « une édu­ca­tion de qua­lité pour bâtir l’avenir ». Il a été choisi par le Bureau exé­cu­tif de l’Internationale de l’Education en mars 2010. Les sous-thèmes sont les suivants :

  • Atteindre une édu­ca­tion de qualité.
  • Une édu­ca­tion inclu­sive de qua­lité pour une société inclusive.
  • Les syn­di­cats tra­vaillant ensemble aux niveaux natio­nal et international.
  • Le futur de l’éducation par delà la crise financière.

Programme

Le pro­gramme du Congrès pro­po­sera des ses­sions plé­nières, des caucus et des réunions de réseaux, des évé­ne­ments sociaux ainsi qu’une céré­mo­nie de remise de prix. Vous pouvez télé­char­ger le projet d’ordre du jour au format PDF. Vous pouvez éga­le­ment consul­ter d’autres docu­ments du congrès à l’adresse suivante :

Une importante délégation québécoise

Deux impor­tantes orga­ni­sa­tions syn­di­cales qué­bé­coises de l’éducation seront pré­sentes à ce sixième congrès de l’Internationale de l’Education (IE) : la Centrale des syn­di­cats du Québec (CSQ) et la Fédération natio­nale des ensei­gnantes et des ensei­gnants du Québec (FNEEQ-CSN).

« À l’instar du Québec, plu­sieurs pays sont aux prises avec des coupes dans les bud­gets de l’éducation qui ne sont pas sans consé­quence sur les ser­vices aux élèves. Nous sommes ici pour plai­der l’importance d’un sys­tème d’éducation public, éga­li­taire et per­for­mant. Nous met­trons en commun nos expé­riences res­pec­tives dans le but de favo­ri­ser la réus­site du plus grand nombre », a déclaré le pré­sident de la CSQ, Réjean Parent, à l’ouverture des tra­vaux du Congrès de l’IE.

La CSQ entend d’ailleurs pré­sen­ter diverses recom­man­da­tions, dont une pro­po­si­tion décou­lant du der­nier congrès de l’organisation, qui invitent à une réforme des régimes fis­caux pour mieux finan­cer les ser­vices publics d’éducation. La CSQ sou­haite agir avec d’autres orga­ni­sa­tions syn­di­cales afin de lutter contre les para­dis fis­caux et les juri­dic­tions extra­ter­ri­to­riales qui favo­risent le détour­ne­ment d’énormes sommes d’argent et dimi­nuent d’autant les recettes fis­cales des États.

La FNEEQ entend, notam­ment, sou­te­nir l’adoption par le congrès d’une décla­ra­tion de prin­cipe à laquelle l’ensemble des syn­di­cats de l’éducation devrait adhé­rer ainsi que les grandes lignes des actions à mener pour faire face aux prin­ci­paux enjeux aux­quels est confronté le monde de l’éducation.

« Le projet actuel de texte est excellent, a com­menté le pré­sident de la FNEEQ, Jean Trudelle. Il rejoint l’ensemble des posi­tions que nous avons déve­lop­pées au fil des ans sur les sujets majeurs qui concernent l’éducation, en par­ti­cu­lier contre la mar­chan­di­sa­tion du savoir. De plus, nous nous atten­dons à ce que l’IE prenne clai­re­ment parti, au cours du congrès, en faveur d’une édu­ca­tion uni­ver­si­taire gra­tuite. Ce sera un appui de taille pour nous, au Québec, alors que cette ques­tion va être remise en avant par les luttes étu­diantes qui se préparent ».

Sources et compléments :

Les commentaires sont fermés.