Forum social mondial de Dakar 2011

Un succès pour la jeunesse d’ici et d’ailleurs

Par Mis en ligne le 10 février 2011

Dakar, le jeudi 10 février 2011 – Le Forum social mon­dial (FSM) de Dakar est un moment pri­vi­lé­gié d’expression pour les jeunes d’ici et d’ailleurs. Depuis bien­tôt une semaine, des jeunes par­ti­cipent aux nom­breuses acti­vi­tés du Forum social mon­dial, évé­ne­ment qui ras­semble entre 120 000 et 145 000 par­ti­ci­pants pro­ve­nant de 143 pays. Plus d’un mil­lier d’activités sont ins­crites par 1200 orga­ni­sa­tions de la société civile au sein de la pro­gram­ma­tion de l’événement qui se pour­suit jusqu’au 11 février. Près de 200 Québécoises et Québécois ras­sem­blés en plu­sieurs délé­ga­tions sont pré­sents à Dakar.

Malgré la pré­sence mas­sive de jeunes et d’étudiants sur le campus de l’Université Cheikh Anta Diop, siège tem­po­raire du FSM, la voix des jeunes dans les vraies ins­tances déci­sion­nelles est encore peu consi­dé­rée, dénoncent les par­ti­ci­pants. Aujourd’hui, les jeunes font face à de nom­breux défis. Que ce soit les pro­blèmes de qua­li­fi­ca­tion, l’accès dif­fi­cile à l’emploi, le manque de pro­tec­tion sociale, les lacunes dans l’éducation à la sexua­lité, les crise de valeurs, l’exode rural… les jeunes sont confron­tés à de mul­tiples enjeux. Or, plus de 50% des Sénégalais ont moins de 20 ans. Donc, comme l’exprime avec fer­veur Benjamin Ranque Franque, un jeune par­ti­ci­pant de la délé­ga­tion qué­bé­coise, « le Forum social de Dakar est une oppor­tu­nité rêvée pour les sans-voix de se faire entendre ».

Dans le cadre de la pro­gram­ma­tion du FSM, la délé­ga­tion qué­bé­coise UNIAlter/​YMCA, sou­te­nue par les Offices jeu­nesse inter­na­tio­naux du Québec (LOJIQ), en par­te­na­riat avec le YMCA du Sénégal et une délé­ga­tion de jeunes Français recru­tés par l’Office franco-qué­bé­cois pour la jeu­nesse (OFQJ), a éla­boré une « Déclaration jeu­nesse pour le monde de demain ». Ce texte, conçu selon un pro­ces­sus par­ti­ci­pa­tif auquel ont contri­bué plus de 300 per­sonnes, énonce une série de prin­cipes et de valeurs qui unissent la jeu­nesse d’aujourd’hui. Les jeunes sont enga­gés, ce qui signi­fie qu’ils consi­dèrent que « la mobi­li­sa­tion volon­taire des res­sources per­son­nelles et col­lec­tives pour la défense d’une cause est essen­tielle. Cela sup­pose que la jeu­nesse exerce son lea­der­ship dyna­mique dans la mobi­li­sa­tion et la par­ti­ci­pa­tion au chan­ge­ment pour un meilleur monde ». Ils se déclarent aussi res­pon­sables, affir­mant qu’ils ont « conscience que l’avenir est entre nos mains et nous en assu­mons la res­pon­sa­bi­lité dès aujourd’hui. Cela sup­pose que nous devons res­pec­ter l’être humain et l’environnement, ainsi que par­ta­ger nos connais­sances pour vivre en har­mo­nie ». Ils se sentent aussi soli­daires, puisque « la jeu­nesse recon­nait l’égalité comme étant un pilier fon­da­men­tal de la soli­da­rité sociale. Elle pro­meut l’échange et l’implication com­mu­nau­taire dans le res­pect des tra­di­tions et des iden­ti­tés ». La jeu­nesse est aussi ouverte car elle « est animé par une diver­sité de valeurs et par des façons dif­fé­rentes d’être et de conce­voir le monde. La recon­nais­sance et le res­pect de ces dif­fé­rences forment notre richesse et notre force ». Finalement, ils sont créa­tifs, du fait que « la jeu­nesse est un état d’esprit par lequel la créa­ti­vité se mani­feste. Cela sup­pose la liberté d’expression et l’absence de toutes formes d’oppression ».

Cette ini­tia­tive fut clô­tu­rée par la rédac­tion de pistes d’action concrètes pour cha­cune des cinq valeurs pro­po­sées. « Les jeunes ont la res­pon­sa­bi­lité de par­ti­ci­per aux prises de déci­sions et de s’impliquer dans la vie poli­tique » exprime Louis Charron, jeune de 21 ans ori­gi­naire de Gatineau, devant une cen­taine de jeunes enthou­siastes lors de la plé­nière du forum ouvert. Cette piste d’action fut suivi par celle d’un autre groupe de tra­vail qui demande de « favo­ri­ser la com­mu­ni­ca­tion inter­gé­né­ra­tion­nelle afin de recon­naître et inté­grer les expé­riences de chacun ».

Cette Déclaration jeu­nesse a été pré­sen­tée le 10 février aux assem­blées de conver­gences du FSM. L’objectif est de per­mettre de ras­sem­bler sous l’égide d’une décla­ra­tion com­mune la jeu­nesse enga­gée d’aujourd’hui par-delà les frontières.

De retour à Montréal, les par­ti­ci­pants qué­bé­cois met­tront en œuvre les pistes d’actions pro­po­sées à Dakar pour s’assurer que les valeurs de la jeu­nesse soient prises en consi­dé­ra­tion dans la construc­tion d’un meilleur monde. Selon Isabelle Marcotte-Latulippe, 25 ans, de la région de Montréal, qui a animé une confé­rence sur la gou­ver­nance mon­diale de l’eau dans un quar­tier popu­laire de la ban­lieue de la capi­tale séné­ga­laise, « les jeunes ont soif de chan­ger les choses, ils sont déter­mi­nés et impli­qués ». Le Forum social mon­dial de Dakar et sa très large por­tion de jeunes par­ti­ci­pants en est la preuve vivante.

Pour contac­ter les délé­ga­tions qué­bé­coises pré­sentes à Dakar : canet.​raphael@​gmail.​com

Pour plus d’information sur :

-La délé­ga­tion UNIALTER/YMCA : www​.que​becf​sm2011​.blog​spot​.com ; Blogue des membres de la délé­ga­tion : www​.par​ta​ge​ta​vi​sion​.blog​spot​.com

-La délé­ga­tion d’Alternatives : http://​paro​le​ci​toyenne​.org/​b​l​o​g​s​/​F​S​M​2011/

-La délé­ga­tion du CETECQ : http://​rap​da​kar​.blog​spot​.com/

-La délé­ga­tion de l’université du Québec à Rimouski : www​.mou​ton​noir​.com

Les commentaires sont fermés.