Un grand succès pour l’université populaire des NCS

Par Mis en ligne le 21 août 2012

Les 16-18 août se tenait à l’UQAM la troi­sième édi­tion de l’université popu­laire des NCS sous le titre de « S’organiser, résis­ter, vaincre ». Le pro­gramme incluait une qua­ran­taine de ses­sions et plus de 100 per­sonnes res­sources dont Dominique Plihon et Christophe Aguiton (France), Camille Chalmers (Haïti), Xavier Montoro (Espagne) et Francisco Figueroa (Chili).

Plus de 300 per­sonnes ont par­ti­cipé aux tra­vaux sur une vaste gamme de thèmes pré­sen­te­ment en débat dans la gauche : l’environnement et l’économie, la ques­tion autoch­tone, les luttes immi­grantes, le mou­ve­ment syn­di­cal, la place du fémi­nisme, l’État, la bour­geoi­sie et l’impérialisme au Canada et au Québec, et bien sûr les luttes étu­diantes dans le contexte du vaste mou­ve­ment popu­laire qui tra­verse le Québec depuis plu­sieurs mois.

Cette uni­ver­sité popu­laire, à l’image des NCS n’était pas la place pour l’arrogance, le je-sais-tout-isme et les que­relles de cha­pelle. Les pers­pec­tives étaient plu­ra­listes, de la social-démo­cra­tie en pas­sant par le socia­lisme et l’anarchisme, avec en commun une pos­ture qui sti­pule que le mou­ve­ment popu­laire est au cœur de la dyna­mique poli­tique et sociale. Ce qui n’exclut nul­le­ment le rôle de Québec Solidaire et d’autres partis de gauche dont plu­sieurs militantEs étaient présentEs.

Le tout s’est donc déroulé dans une atmo­sphère convi­viale et sym­pa­thique tout en res­tant soli­de­ment acco­tés sur des pré­sen­ta­tions métho­diques et sérieuses. Une grande quan­tité de textes d’analyses a d’ailleurs été pro­duite à l’occasion, des textes que vous retrou­ve­rez sur le site dans les pro­chains jours et semaines.

Pour les NCS, le projet d’université popu­laire s’insère dans une pers­pec­tive glo­bale. L’idée étant de favo­ri­ser l’essor d’un « intel­lec­tuel col­lec­tif », dans la tra­di­tion de Bourdieu et de Gramsci, qui tra­vaille avec et dans le mou­ve­ment popu­laire, et qui mobi­lise les éner­gies de ceux et celles qui réflé­chissent, qui pensent stra­té­gi­que­ment, quelque soit le domaine de leur acti­vité (mou­ve­ments sociaux, ensei­gne­ment, etc.).

Pierre Beaudet

Les commentaires sont fermés.