Thème

Université populaire 2011

Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Comprendre le capitalisme aujourd’hui
Capitalisme et crise

Marx et d’autres ont ouvert des « chan­tiers » que nous conti­nuons à déchif­frer. Dans le mar­xisme, il y a des élé­ments de « scien­ti­fi­cité » qui repré­sentent des construc­tions théo­riques adé­quates pour com­prendre le réel. Mais ces élé­ments sont mêlés à toutes sortes de bifur­ca­tions qui s’avèrent à la longue inutiles et nui­sibles. C’est ainsi que le corpus théo­rique auquel se réfère la gauche doit être com­pris comme un « labo­ra­toire », un « work-in-pro­gress ». Pour explo­rer ces chan­tiers, les intel­lec­tuels doivent consi­dé­rer un cer­tain nombre d’autres élé­ments. Une des richesses du mar­xisme est l’importance que Marx et d’autres accordent à la rela­tion dia­lec­tique entre théo­rie et pra­tique, appe­lée « praxis ».

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Histoire du socialisme
Socialisme et mouvements sociaux au Québec

Depuis le milieu des années 1990, plu­sieurs cycles de pro­tes­ta­tion ont émergé ou conti­nué au Québec : luttes étu­diantes, luttes anti et alter mon­dia­listes, luttes envi­ron­ne­men­tales, luttes fémi­nistes. Au-delà de leur sin­gu­la­rité et de leur com­plexité, ces luttes expriment un chan­ge­ment rela­ti­ve­ment impor­tant du rap­port au poli­tique des mou­ve­ments sociaux qué­bé­cois. Deux pro­ces­sus sont en cours : d’une part un pro­ces­sus d’autonomisation vis-à-vis le Parti qué­bé­cois qui prend forme dès la phase post-réfé­ren­daire et, d’autre part, la recherche de nou­veaux véhi­cules poli­tiques, que ce soit à tra­vers la nais­sance de Québec soli­daire ou le déve­lop­pe­ment de nou­velles moda­li­tés d’actions col­lec­tives par les acteurs sociaux. En pre­nant quelques évè­ne­ments clefs qui ont jalonné l’histoire récente du Québec, nous revien­drons sur ces deux pro­ces­sus afin de voir com­ment l’actualité poli­tique est liée à cette his­toire et ce que cela signi­fie pour les dyna­miques entre forces sociales et forces poli­tiques.

Lire la suite...
Résumé d'une contribution présentée dans le cadre de l’Université d’été des NCS
Syndicalement, faire de la politique autrement

Le contexte actuel appelle peut-être à une plus grande impli­ca­tion du mou­ve­ment syn­di­cal sur le plan poli­tique.

En soi, une telle impli­ca­tion est déjà légi­time. La défense des inté­rêts des tra­vailleurs et des tra­vailleuses ne peut se jouer que sur le ter­rain poli­tique. La chose est évi­dente dans le sec­teur public, où l’État est à la fois patron et légis­la­teur. Mais c’est aussi l’État qui, d’une cer­taine manière, contrôle les règles du jeu dans le sec­teur privé, et des consi­dé­ra­tions éco­no­miques plus larges jouent néces­sai­re­ment dans les négo­cia­tions de ce sec­teur, si bien que le mou­ve­ment syn­di­cal ne peut faire l’économie de se com­mettre de manière plus large.

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Les féministes peuvent-elles faire de la politique autrement ?

Pour le mou­ve­ment fémi­niste, faire de la poli­tique autre­ment fait partie de son his­toire. En effet, le mou­ve­ment des femmes s’est consti­tué en mou­ve­ment popu­laire dans les années 70 et a pris son ampleur dans les années 80. La société qué­bé­coise a assisté, à ce moment, à une trans­for­ma­tion en pro­fon­deur des rap­ports sociaux de sexe. Ces trans­for­ma­tions, sou­vent radi­cales, sont tou­jours en cours et ont touché l’ensemble de la société qué­bé­coise. Le mou­ve­ment fémi­niste fait de la poli­tique autre­ment en se fon­dant sur trois prin­cipes gui­dant sa com­po­si­tion, sa vision et son action : l’importance de l’autonomie du mou­ve­ment, la trans­for­ma­tion des rap­ports sociaux pour atteindre l’égalité pour toutes et la remise en ques­tion du pou­voir dit tra­di­tion­nel (entendre patriar­cal).

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Mobilisation des organismes ou mobilisation du peuple ?
Mouvement populaire et action politique

Dans le contexte d’un néo-libé­ra­lisme triom­phant sur la pla­nète, de son digne repré­sen­tant cana­dien main­te­nant majo­ri­taire et déter­miné à impo­ser son joug sur les classes popu­laires et d’un gou­ver­ne­ment pro­vin­cial cor­rompu et prêt à toutes les magouilles pour vendre le Québec et l’appareil d’État au plus offrant, la mobi­li­sa­tion popu­laire est plus que jamais déter­mi­nante pour faire contre­poids à pareils rou­leaux com­pres­seurs.

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Faire de la politique autrement ?

Faire de la poli­tique autre­ment, c’est d’abord et avant tout s’intéresser aux ques­tions poli­tiques fon­da­men­tales de notre époque et cher­cher à en com­prendre la dyna­mique. Notre époque, c’est celle de la mon­dia­li­sa­tion, de la domi­na­tion du capi­ta­lisme finan­cier à l’échelle du globe. La crise finan­cière actuelle en témoigne élo­quem­ment. Les États s’endettent pour ren­flouer les banques et les banques prennent pré­texte de l’endettement des États pour exiger qu’ils leur cèdent à rabais les biens publics ! Avec, à l’horizon, des pri­va­ti­sa­tions, des déré­gle­men­ta­tions, des sup­pres­sions de pro­grammes sociaux d’une ampleur encore jamais vue, l’avenir est sombre pour les peuples du monde. Mais, déjà, la résis­tance se mani­feste, des pays arabes à l’Espagne, à la Grèce et, bien­tôt, à bien d’autres pays. Mais il serait illu­soire et naïf de s’attendre à un affron­te­ment simul­tané à l’échelle mon­diale avec, d’un côté, les repré­sen­tants du capi­tal finan­cier et, de l’autre, les peuples de la pla­nète. La lutte des classes et des peuples est un phé­no­mène beau­coup plus com­plexe, qui s’inscrit dans un cadre natio­nal selon les par­ti­cu­la­ri­tés de chaque pays.

Lire la suite...
Vidéo
L’altermondialisme par Susan George
Entretien avec Susan George, Présidente d'honneur d'Attac, présidente du Conseil du Transnational Institute (TNI).

Entretien avec Susan George, Présidente d'honneur d'Attac, pré­si­dente du Conseil du Transnational Institute (TNI).

Dans quelques jours, Susan George ouvrira les jour­nées de l’Université d’été des Nouveaux Cahiers du socia­lisme, lors d’une soirée publique*
– le 25 août 2011
– à 19 heures
– à l’Université du Québec à Montréal
– salle A-M050
– Pa­villon Hubert-Aquin
– 320 Sainte-Catherine Est
– Voir les détails

Pour donner un avant goût de cette soirée publique nous dif­fu­sons cet entre­tien que Susan George, figure de l’alter mon­dia­lisme a accordé à l’émission Les matins sur France Culture, le 27 mai 2010 à l’occasion de la publi­ca­tion de son der­nier livre : Leurs crises, nos solu­tions chez Albin Michel.

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Internationalisme et socialisme

Les Philippines consti­tuent aujourd’hui une excep­tion dans l’ensemble de l’Asie du Sud-Est car encore aujourd’hui, un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire maoïste et armé tente de ren­ver­ser le pou­voir et mettre en place un régime socia­liste. Bien que cette pos­si­bi­lité est plutôt impro­bable à court terme et dans la conjonc­ture mon­diale actuelle, il importe de s’interroger sur son impor­tance his­to­rique et poli­tique depuis la for­ma­tion du Parti com­mu­niste phi­lip­pin en 1968. 

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Du socialisme à l’écosocialisme

Mon inter­ven­tion porte sur la néces­sité de :

  1. cri­ti­quer le mode de valo­ri­sa­tion propre au capi­ta­lisme et l’idéologie libé­rale qui en est le corol­laire et
  2. d’élaborer de « nou­velles » valeurs (qui peuvent être éga­le­ment redé­cou­vertes), de nou­velles façons d’attribuer de la valeur aux choses.

Il ne s’agit donc pas seule­ment d’adapter la pro­duc­tion indus­trielle au capi­ta­lisme, ni de parler d’écologie ; il s’agit d’interroger en pro­fon­deur le rap­port nor­ma­tif que nous entre­te­nons avec la nature, ce qui sup­pose avant tout d’interroger notre façon de penser le rap­port ou le lien social.

Lire la suite...
Résumé d'une présentation à venir dans le cadre de l’Université populaire d’été des NCS
Du socialisme à l’écosocialisme

Depuis les qua­rante der­nières années, un consen­sus social quant à l’urgence d’agir pour frei­ner la dété­rio­ra­tion de l’environnement s’est pro­gres­si­ve­ment imposé. La pierre angu­laire de cette action est sans contre­dit la remise en ques­tion pro­fonde des sys­tèmes éco­no­miques fondés sur une logique consu­mé­riste et de crois­sance sans fin, qui assu­jet­tissent les éco­sys­tèmes à leurs exi­gences sans tenir compte de leurs limites. Cette remise en ques­tion ne date pas d’hier et se pour­suit tou­jours.

Lire la suite...