RÉSULTATS DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES

TRISTESSE ET RÉJOUISSANCE POUR LE QUÉBEC

Par Mis en ligne le 11 mai 2011

Pour Québec soli­daire, il y a quelque chose d’extrêmement posi­tif et réjouis­sant de voir le NPD percer sur la scène fédé­rale même si la vic­toire conser­va­trice majo­ri­taire et le sort du Bloc qué­bé­cois sont sources de tris­tesse.

« Non seule­ment l’atteinte d’une majo­rité par les Conservateurs est source de beau­coup d’inquiétudes, la défaite crève-cœur subie par de nom­breux dépu­tés blo­quistes m’attriste pro­fon­dé­ment explique Amir Khadir, député de Mercier. Mais, un parti pro­gres­siste fort au Québec et dans le rôle de l’opposition offi­cielle à Ottawa, c’est rempli de pro­messes pour les com­bats que nous devons nous-mêmes mener au Québec pour la jus­tice sociale, pour l’équité fis­cale et pour la pro­tec­tion de l’environnement. »

Un sys­tème qui fonc­tionne mal

Québec soli­daire juge que le sys­tème élec­to­ral non pro­por­tion­nel désuet repré­sente mal la volonté popu­laire et met à mal la santé démo­cra­tique de notre société. Ainsi, les Conservateurs de Stephen Harper ont obtenu une majo­rité avec moins de 40 % du vote popu­laire à l’échelle cana­dienne et 17 % au Québec.

« Il y a quelque chose de pro­fon­dé­ment injuste dans ce sys­tème élec­to­ral qui porte au pou­voir avec une majo­rité de sièges un parti rejeté par une majo­rité de la popu­la­tion ou qui efface pra­ti­que­ment de la carte le Bloc qué­bé­cois qui reçoit près de 25 % des voix au Québec », déplore Amir Khadir.

« Aujourd’hui, il faut quand même se réjouir et féli­ci­ter cha­leu­reu­se­ment les élus-es qué­bé­cois-es pro­gres­sistes de cette élec­tion. Ils ont gagné en dépit de la volonté des élites poli­tiques et éco­no­miques du Québec. Il est cer­tain que dans bien des cas, ils et elles vont chaus­ser les sou­liers de dépu­tés sor­tants du Bloc qui pen­dant des années ont fait un tra­vail admi­rable dans la défense des inté­rêts de la popu­la­tion du Québec. »

M. Khadir croit que le balayage dont le Bloc qué­bé­cois a été vic­time fait perdre au Québec plu­sieurs député-es de talent et de coeur. Il juge que le NPD hérite d’une lourde res­pon­sa­bi­lité, d’autant plus qu’il doit son nou­veau statut d’opposition offi­cielle aux Québécois-es.

« J’ai cepen­dant la cer­ti­tude, qu’avec Jack Layton, son intel­li­gence et sa com­pré­hen­sion du Québec, le NPD va se mon­trer digne de la confiance que le peuple du Québec a mise en lui, et refu­sera l’opportunisme des élites fédé­ra­listes qui inter­prètent cet appui comme le rejet de l’idée de la sou­ve­rai­neté », ajoute-t-il.

Un désa­veu des Conservateurs

Québec soli­daire estime que les résul­tats à l’échelle du Québec doivent être inter­pré­tés comme un désa­veu com­plet des poli­tiques de Stephen Harper et du son parti conser­va­teur et non pas un rejet du projet sou­ve­rai­niste.

« Il y a sans doute dans ce résul­tat le rejet d’une cer­taine stra­té­gie sou­ve­rai­niste, affirme M. Khadir. Mais comme M. Duceppe l’a sou­vent répété, ce n’est pas à Ottawa que l’indépendance se fera, mais à Québec. Dans cette élec­tion, le Québec a montré encore une fois à quel point il est une société dis­tincte. Les Québécois-es- ont démon­tré une soif de chan­ge­ment et un atta­che­ment aux valeurs pro­gres­sistes. Le jour où on déci­dera d’être indé­pen­dant, per­sonne ne pourra nous en empê­cher. L’indépendance n’appartient pas à un parti poli­tique, elle appar­tient au peuple qué­bé­cois ! »

Les commentaires sont fermés.