Tout est possible!

 

mini-afficihe-2013Le Collectif d’analyse politique (CAP) et les Nouveaux Cahiers du socialisme (NCS) présentent l’Université populaire d’été des NCS 2013.L’université populaire des NCS repose sur plus de quarante personnes provenant d’organisations syndicales, populaires, féministes, écologistes et du monde de l’enseignement. C’est un véritable « intellectuel collectif » au service des luttes et de la construction du mouvement populaire. L’Université des NCS n’est pas une université au sens « classique » du terme. L’approche n’est ni académique, ni livresque. Le savoir et les compétences sont nourries par l’interaction entre des pratiques et théories qui émanent de tous ceux et celles qui luttent pour changer le monde.

Quand?

Les 15-16-17 août 2013

Où?

Pavillon J.-A.-DeSève Université du Québec à Montréal 320, rue Sainte Catherine Est (métro Berri-UQAM).

Pour qui?

L’Université populaire est un lieu de réflexion et de transmission de savoir ouvert à tous et à toutes, jeunes et moins jeunes, universitaires ou non.

Comment s’inscrire?

Visitez la section Inscription au bas de cette page.

À quoi s’attendre?

  • Des conférences, des tables-rondes, des plénières
  • Des ateliers pour approfondir
  • Une atmosphère conviviale, pluraliste, avec le sens de l’humour!

Pour tout savoir sur l’Université populaire…

À lire-Cahier du participant 2013

Tout est possible!

Depuis quelque temps, le mouvement populaire au Québec a couru tout un marathon! Les dominants sont déstabilisés, mais ils restent déterminés à démolir ce qui a été arraché par des décennies de luttes durant lesquelles, jusqu’à un certain point, les dominéEs avaient « civilisé » le capitalisme. Pour imposer cette grande régression, la stratégie est de semer le virus du « tout-le-monde-contre-tout-le-monde » pour provoquer une sorte de chicane perpétuelle entre générations, sexes, immigrantEs et gens qui sont nés ici, Autochtones et Blancs, etc. Tout cela se fait au nom de l’« ordre », de la « bonne gestion » et d’une « moralité » réactionnaire et patriarcale. Du côté des dominéEs, le programme est connu, à la manière des Carrés rouges : résister, s’organiser, constituer de vastes convergences, mettre autant de (gros) grains de sable dans la « machine ». Parallèlement, le défi est de construire des alternatives autour d’idées faisables et « gagnables ». Les batailles et les « petites » victoires (qui ne sont jamais réellement « petites ») s’accumulent. Le mur de la domination est fissuré. Nous sommes patientEs, nous sommes déterminéEs, nous sommes systématiques. Dans ce processus, les mouvements populaires définissent leur identité et leur auto organisation. Ils réfléchissent et élaborent ce qui peut devenir de « grandes » victoires, en autant qu’on puisse, comme en Amérique latine, faire converger une masse critique de forces autour d’un projet contre-hégémonique.

 

Vidéos:

Pierre Beaudet:Introduction à l’Université populaire 2013

Anne Latendresse: Axe «Une ville pour tout le monde»

Jean-Paul Faniel: Axe «Le Québec dont nous rêvons»

Philippe Hurteau: Axe «La pensée critique aujourd’hui»

Éric Martin: Grand débat «La gauche québécoise et la question nationale»

Ghislaine Raymond: Axe «Le Québec dont nous rêvons»

Claude Denis: Atelier «Le nationalisme de droite»

Blandine Parchemal: Atelier «Perspectives et défis pour le mouvement populaire»

 


[slideshow_deploy id=’11438′]

Horaire 

Jeudi 15 août

17h00 Réception pour personnes ressources et invités
19h00 Mot de bienvenue

19h15

REPENSER L’ÉMANCIPATION avec Immanuel Wallerstein  

21h00 Fin de la soirée

Vendredi 16 août

Grands débats

Axe:La pensée critique aujourd’hui

Axe:Le Québec dont nous rêvons

Axe:Une ville pour tout le monde

9h00
10h15
  • Bilan du marxisme au Québec(DS-R 340)
  • Parcours historique de l’État et du capitalisme au Canada(DS 2518)
  • Partir du commun pour transformer la société(DS 2520)
  • Le droit à la ville (DS 2508)
14h00
  • Marx critique de la philosophie, de l’économie et de la politique(DS-R 340)
  • Le nationalisme de droite(DS 2518)
  • Égaliberté versus néolibéralisme(DS 2520)
  • Gouvernance néolibérale et évacuation du politique(DS 2508)
  • Le développement néolibéral des villes(DS 2505)
17h30
  • Fin des activités

Samedi 17 août

Grands débats

Axe:La pensée critique aujourd’hui

Axe:Le Québec dont nous rêvons

Axe:Une ville pour tout le monde

9h00
10h15
  • Conscience de classe et mouvements sociaux(DS 2505)
  • Pourquoi l’assemblée constituante ? (DS 2518)
  • Perspectives et défis pour le mouvement populaire(DS 2520)
  • Pouvoir et contre-pouvoir citoyen. Quelle ville voulons -nous?(DS 2508)
14h00
16h00
  • Mot de la fin et clôture


Thèmes principaux

L’université populaire de 2013 se déploiera autour de trois « axes » organisés en plusieurs ateliers. Dans chaque session, il y aura un retour sur les concepts et l’histoire, puis on posera un « diagnostic » de la situation présente et on élaborera des éléments de stratégie. Les axes sont les suivants :

Une ville pour tout le monde!

Nos villes sont malmenées par des régimes pourris et des mégaprojets destinés à enrichir l’élite en générant l’exclusion, la pauvreté et le profilage racial. En même temps, de puissants mouvements populaires se battent pour le « droit à la ville » en intervenant sur l’aménagement, l’environnement, les services et l’administration. De ces luttes émergent des embryons de pouvoir citoyen.

Le Québec dont nous rêvons!

Un peu partout au Québec, des projets contre-hégémoniques mettent de l’avant la perspective du « bien commun » et redéfinissent des stratégies d’émancipation à la fois sur la question sociale et sur la question nationale. L’idée, rien de moins, est de relancer une deuxième « révolution tranquille », autant nécessaire que réalisable.

La pensée critique aujourd’hui

La pensée critique se développe au Québec en lien avec les travaux néomarxistes, écosocialistes et féministes. Des jeunes et des moins jeunes «intellectuels collectifs » sortent des sentiers battus pour raffiner l’analyse des rapports de force qui structurent notre société et cartographier les résistances.


Des grands débats rassembleurs

En plus des « axes », l’Université populaire des NCS mettra en jeu de grands débats transversaux : Capitalisme et corruption Le capitalisme structure les rapports humains autour d’une lutte sans merci et perpétuelle où les petits sont mangés par les gros et les gros sont mangés par les ultra-gros. Pourquoi dans ce contexte, la corruption est-elle un « produit dérivé » nécessaire au système, et non une « pathologie » accidentelle ?

Repenser l’émancipation

La gauche peut-elle surmonter les pièges du dogmatisme et du je-sais-tout-isme ? Comment réconcilier socialisme, féminisme et démocratie ? En quoi les perspectives anti et postcapitalistes peuvent-elles éclairer les luttes d’aujourd’hui ?

Capitalisme et corruption

Dans sa logique de l’accumulation pour l’accumulation, le capitalisme structure les rapports humains autour d’une lutte où tous les coups sont permis en fonction de lois et de systèmes que les dominants ont mis en place. La corruption est un « produit dérivé » nécessaire au système, et non une « pathologie » accidentelle.

Le message autochtone

Avec Idle no More, peut-on constater que le paysage politique et social n’est plus le même ? Comment le mouvement populaire est-il interpellé ? Comment affirmer la plurinationnalité de l’espace que nous occupons et la pluridimensionnalité des résistances ?

La gauche québécoise et la question nationale

De quelle manière, le projet de société conjuguant justice sociale et émancipation nationale a-t-il évolué et continue d’évoluer aujourd’hui ? Comment concrétiser ce projet transformateur ?

Textes et réflexions

 

Texte d’introduction:
Pourquoi une université populaire?, Pierre Beaudet

« Le Québec dont nous rêvons »

  1. Harper et le monde du travail : « réforme » ou « révolution » ?, Serge Denis 
  2. Le NPD est-il une alternative?, Richard Fidler
  3. Le gouvernement Harper : contenir le Québec et privatiser le Canada, Trevor W. Harrison
  4. Le capital canadien dans l’environnement néolibéral, Pierre Baulne
  5. L’émergence du nationalisme conservateur québécois, Jonathan Durand-Folco
  6. Machiavel à Ottawa, Pierre Beaudet
  7. La bataille pour l’«égaliberté»
  8. Retour sur les carrés rouges, Pierre Beaudet
  9. Ottawa, capitale canadienne de la corruption, Pierre Beaudet
  10. Sortir de la logique infernale du néolibéralisme et de l’austérité, Dominique Plihon
  11. Lettre à l’indépendantiste, Jonathan Durand Folco, (Ekopolitica)
  12. Montréal, l’incorrigible : Mise sous tutelle deux fois, la Ville a été  l’objet de cinq enquêtes publiques depuis 100 ans, Paul Cliche
  13. Reprendre nos esprits, Éric Martin

 « Une ville pour tout le monde »

  1. Droit à la ville, IPAM (Initiative pour un Autre Monde)
  2. Le Droit à la ville, David Harvey, (La revue des livres)
  3. Penser dans la « jungle de la ville », (Les lettres françaises)
  4. Une géographie critique de l’espace du quotidien. L’actualité mondialisée de la pensée spatiale d’Henri Lefebvre, Jean-Yves Martin, (Articulo)
  5. Entretien avec Henri Lefebvre, (INA.fr)
  6. La méthode d’Henri Lefebvre, Rémi Hess, (Multitudes)
  7. Pauvreté, inégalité et exclusion sociale: que savons-nous faire et que pouvons nous faire,  (RCCDR)
  8. Le point sur: l’évaluation des interventions pour réduire les inégalités sociales de santé,
    (Centre de recherche sur les inégalités sociales de santé de Montréal)
  9. Conquérir le pouvoir citoyen, Jocelyne Bernier, (À babord!)
  10. Demain Montréal: Ce qu’on veut aujourd’hui!, (P.O.P.I.R.)
  11. Les luttes urbaines, Anne Querrien, (Multitudes)
  12. Lettre urbaines: Le centre-ville de Québec dans la mire des promoteurs, (anarkismo.net)
  13. Les luttes urbaines construisent le mouvement social, (Alternatives international)
  14. La lutte contre la pauvreté et l’exclusion et l’économie sociale: conditions gagnantes des initiatives locales (Éditions vie économique)
  15. Les PPP et le principe de précaution, Pierre J. Hamel, Le Devoir (opinions) Jeudi 27 Janvier 2011
  16. Luttes urbaines et contre-pouvoir!, Anne Latendresse

« La pensée critique »

  1. Communisme  : un nom dans lequel les dominés se reconnaissent, Christian Laval
  2. Avec Marx, contre le travail, Anselm Jappe
  3. Le néolibéralisme comme « projet de classe ». Entretient avec David Harvey
  4. Construire une bousole de l’émancipation, Erik Olin Wright
  5. Mille marxismes en France, André Toser
  6. Origine et nature du patriarcat: Une vision féministe, Nadia De Mond
  7. La gauche et l’État: explorations, bifurcations, dépassements, Pierre Beaudet
  8.  Il faut savoir nager à contre courant: Qu’est devenu l’intellectuel critique?, Enzo Traverso, Antoine Perraud (MEDIAPART.fr)
  9. Puissances du communisme, Daniel Bensaïd (contretemps)
  10. Relire la révolution russe, Pierre Beaudet

 « Le message autochtone »

  1.  Quelques observations sur Idle No More
  2. Les grands enjeux des résistances autochtones, Geneviève Beaudet

« Corruption et capitalisme »

  1.  À venir

« La question nationale »

  1.  À venir

 « Repenser l’émancipation »

  1. Syrie: Le monde occidental n’en sort pas gagnant, Immanuel Wallerstein (« Mé­moire des luttes »)
  2. Transformer l’État?, Hilary Wainwright
  3. Désordres planétaires, Immanuel Wallerstein

Inscription en ligne

Formulaire et paiement sécurisé via Paypal ou carte de crédit. Vous recevrez par courriel une confirmation de la transaction, ainsi qu’une facture imprimable. Le débit apparaîtra sur votre relevé de carte de crédit sous l’intitulé PAYPAL *CAP-NCS. Pour tout problème ou litige, adressez un courriel à : tresorerie@cahiersdusocialisme.org

Inscription postale

Vous pouvez aussi vous inscrire par la poste en remplissant le formulaire d’inscription à télécharger ci-joint et en le retournant  accompagné de votre règlement à l’adresse indiquée. Télécharger le formulaire d’inscription

FINANCEMENT POUR LES ÉTUDIANTES ET LES ÉTUDIANTS À L’EXTÉRIEUR DE MONTRÉAL

Les étudiantes et les étudiants d’université, de cégeps et de collèges privés qui sont à l’extérieur de Montréal, qui souhaitent participer à l’événement, veuillez communiquer avec le syndicat des profs (affilié à la FNEEQ-CSN) de votre établissement pour obtenir du financement !

De plus, le syndicat des professeurs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) offre du financement aux étudiants qui veulent venir participer!

Pour plus de renseignement: Jonathanduguay@hotmail.fr

Les personnes derrière l’Université Populaire

Comité d’organisation

Coordination

Pierre Beaudet: pierre.beaudet@uottawa.ca
Jonathan Duguay: Jonathanduguay@hotmail.fr

 

Une ville pour tout le monde

Flavie Achard: fachard@sympatico.ca
Marie Blais: blais.marie@uqam.ca

La pensée critique aujourd’hui
Philippe Hurteau: hurteau@iris-recherche.qc.ca

Le Québec dont nous rêvons
Jean-Paul Faniel: tablefaim@bellnet.ca

Merci à nos Partenaires

[slideshow_deploy id=’11845′]