25e Congrès de la FEESP-CSN

Les syndicats sont déterminés à protéger le bien commun

Par Mis en ligne le 22 mai 2012

Le 25e congrès de la Fédération des employées et employés de ser­vices publics (FEESP-CSN) qui a réuni près de 400 délé­gué-es a pris fin aujourd’hui, à Granby.

Réunis sur le thème Mon syn­di­cat – Une force col­lec­tive, les syn­di­cats ont réaf­firmé la néces­sité de sau­ve­gar­der des ser­vices publics de qua­lité, mis à mal par une droite obsé­dée par la pri­va­ti­sa­tion et assoif­fée de pro­fits sans fin, aux dépens de la majo­rité des citoyennes et des citoyens.

Les délé­gué-es ont adopté une pro­po­si­tion réité­rant l’importance pour la fédé­ra­tion et les syn­di­cats de mettre toutes les éner­gies néces­saires, afin de faire che­mi­ner la pro­po­si­tion adop­tée par le 63e Congrès de la CSN, pré­voyant le déve­lop­pe­ment d’un plan de mobi­li­sa­tion et d’action, incluant la pos­si­bi­lité de tenir une grève géné­rale et sociale avec tous ses alliés et visant à pro­tes­ter contre les mesures rétro­grades gou­ver­ne­men­tales.

Le pré­sident de la FEESP, Denis Marcoux, affirme : « Les pré­da­teurs de la droite enclins à réduire à sa plus simple expres­sion le rôle de l’État et à mini­mi­ser l’importance des droits des tra­vailleurs et des moins nantis doivent être rame­nés à l’ordre. Nos syn­di­cats sont déter­mi­nés à repla­cer l’humain au centre du déve­lop­pe­ment de la société qué­bé­coise. »

Selon Denis Marcoux, « Il est urgent de mettre un frein à ces poli­tiques néo­li­bé­rales à courte vue qui dété­riorent le bien commun, les ser­vices publics, la qua­lité de vie des citoyens, leur santé et qui affectent de ce fait le climat social. »

Les commentaires sont fermés.