Sus au vote stratégique

Par Mis en ligne le 28 août 2012

Certaines per­sonnes rai­son­nables appellent à voter stra­té­gi­que­ment. Pour contrer le PLQ cor­rompu et ses poli­tiques néo­li­bé­rales, et le parti qui lave plus blanc que blanc, mais encore plus enclin aux poli­tiques néo­li­bé­rales et qui nous promet de déve­lop­per le plein poten­tiel éner­gé­tique du Québec (ça, ce n’est pas très propre, mais enfin…), il fau­drait voter pour le PQ.

Cette idée du vote stra­té­gique revient régu­liè­re­ment depuis des décen­nies : on alterne alors du pire au moins pire, fer­mant la voie à toute alter­na­tive de gauche. Suivre cette consigne consti­tue­rait une grave erreur poli­tique à court et à long terme. Car c’est le seul parti qui, sans com­pro­mis et sans oppor­tu­nisme, sou­tient les forces pro­gres­sistes (pour dire les choses rapi­de­ment). C’est le seul capable de réper­cu­ter sur plan de la poli­tique ins­ti­tu­tion­nelle les luttes et les reven­di­ca­tions popu­laires. Or, la perte d’appui à Québec soli­daire en termes de votes expri­més dimi­nue­rait son poids sur la vie poli­tique qué­bé­coise.

Québec soli­daire doit comp­ter sur les votes de tous ceux et celles qui ont à coeur la jus­tice sociale, le res­pect des hommes, des femmes, des enfants, de leur culture et de la nature. C’est le seul parti qui n’imposera jamais de défi­cit zéro (cher au pre­mier ministre péquiste Lucien Bouchard) contre la pau­vreté zéro et le revenu de citoyen­neté défen­dus par Michel Chartrand.

Suzanne-G. Chartrand

Les commentaires sont fermés.