Sus au vote stratégique

Certaines personnes raisonnables appellent à voter stratégiquement. Pour contrer le PLQ corrompu et ses politiques néolibérales, et le parti qui lave plus blanc que blanc, mais encore plus enclin aux politiques néolibérales et qui nous promet de développer le plein potentiel énergétique du Québec (ça, ce n’est pas très propre, mais enfin…), il faudrait voter pour le PQ.

Cette idée du vote stratégique revient régulièrement depuis des décennies : on alterne alors du pire au moins pire, fermant la voie à toute alternative de gauche. Suivre cette consigne constituerait une grave erreur politique à court et à long terme. Car c’est le seul parti qui, sans compromis et sans opportunisme, soutient les forces progressistes (pour dire les choses rapidement). C’est le seul capable de répercuter sur plan de la politique institutionnelle les luttes et les revendications populaires. Or, la perte d’appui à Québec solidaire en termes de votes exprimés diminuerait son poids sur la vie politique québécoise.

Québec solidaire doit compter sur les votes de tous ceux et celles qui ont à coeur la justice sociale, le respect des hommes, des femmes, des enfants, de leur culture et de la nature. C’est le seul parti qui n’imposera jamais de déficit zéro (cher au premier ministre péquiste Lucien Bouchard) contre la pauvreté zéro et le revenu de citoyenneté défendus par Michel Chartrand.

Suzanne-G. Chartrand