Communiqué

Semaine pour l’école publique : l’ASSÉ réitère ses positions en faveur d’une éducation publique, gratuite et de qualité

Par Mis en ligne le 03 octobre 2011

Montréal, 2 octobre 2011 – L’Association pour une soli­da­rité syn­di­cale étu­diante (ASSÉ) est fière de par­ti­ci­per pour une troi­sième année consé­cu­tive à la Semaine pour l’école publique (SPEP) et réitère une fois de plus ses reven­di­ca­tions his­to­riques en faveur de l’instauration, de la mater­nelle à l’université, d’un sys­tème d’éducation entiè­re­ment public et gra­tuit. « L’éducation est un droit fon­da­men­tal et tout le monde, peu importe l’épaisseur de son por­te­feuille ou son ori­gine régio­nale, devrait pou­voir y avoir accès. Seul un réseau d’éducation public fort et financé adé­qua­te­ment peut réa­li­ser cette mis­sion » déclare Gabriel Nadeau-Dubois, porte-paroles de l’ASSÉ. Pour ce faire, l’abolition du finan­ce­ment public des écoles pri­vées doit être une prio­rité du gou­ver­ne­ment qué­bé­cois selon l’ASSÉ. « Il est pro­pre­ment scan­da­leux que des fonds publics soient détour­nés pour finan­cer des éta­blis­se­ments privés, sur­tout lorsqu’on connait l’état du réseau public » pour­suit Monsieur Nadeau-Dubois.

Cette année, l’appui de l’ASSÉ à la SPEP prend une cou­leur par­ti­cu­lière, alors que Jean Charest a fait l’annonce, dans son der­nier budget, d’une hausse sans pré­cé­dent des frais de sco­la­rité uni­ver­si­taires. « Le gou­ver­ne­ment libé­ral de Jean Charest, que ce soit en refu­sant de mettre fin au finan­ce­ment public des écoles pri­vées ou en aug­men­tant mas­si­ve­ment les frais de sco­la­rité uni­ver­si­taires, démontre à quel point il méprise l’accessibilité aux études », ajoute Monsieur Nadeau-Dubois.

Alors que le plan de pri­va­ti­sa­tion et de tari­fi­ca­tion des ser­vices publics du gou­ver­ne­ment libé­ral réduit de plus en plus l’égalité des chances et la jus­tice sociale, il importe plus que jamais de défendre le réseau d’éducation public du Québec que ce soit au niveau pri­maire, secon­daire ou post­se­con­daire, estime l’ASSÉ. « À tous les niveaux, les attaques sont les mêmes. Que ce soit à l’université ou au pri­maire, on assiste à de plus en plus de mesures de pri­va­ti­sa­tion et de tari­fi­ca­tion, rédui­sant d’autant l’accessibilité et le carac­tère public de nos écoles » conclut le porte-parole de l’ASSÉ.

Seule asso­cia­tion étu­diante natio­nale com­pre­nant des membres de tous les cycles d’enseignement supé­rieur confon­dus, l’ASSÉ regroupe actuel­le­ment près de 45 000 membres dans les cégeps et les uni­ver­si­tés du Québec. Elle milite depuis sa créa­tion pour l’accessibilité à un sys­tème d’éducation gra­tuit, public et de qua­lité.

30-

Renseignements :

Philippe Lapointe, atta­ché de presse : 514-835-2444

Bureau de l’ASSÉ : 514-390-0110

Courriel : executif@​asse-​solidarite.​qc.​ca

Site web : www. asse​-soli​da​rite​.qc​.ca

Les commentaires sont fermés.