Respect du droit des femmes à l’égalité : des élections fédérales décisives

Par Mis en ligne le 13 avril 2011

Montréal, le 12 avril 2011 – S’appuyant sur le bilan du gou­ver­ne­ment sor­tant ainsi que sur cer­taines pro­messes élec­to­rales, un regrou­pe­ment de groupes natio­naux de femmes du Québec tient à témoi­gner de sa pro­fonde inquié­tude quant à l’issue de l’élection qui ver­rait s’amplifier les reculs vécus ces der­nières années sur le plan de l’égalité pour les femmes au Canada.

Recul de l’égalité au Canada

En effet, le Canada n’a cessé de recu­ler dans les index inter­na­tio­naux d’égalité, pas­sant du 7e rang en 2004 au 25e rang en 2009 selon l’indice d’inégalité entre les sexes établi par le Forum éco­no­mique mon­dial. Ceci n’est pas le fruit du hasard, c’est le fait d’orientations claires contre l’avancement de l’égalité des femmes.

Voici quelques exemples du bilan du gou­ver­ne­ment sor­tant sur ce plan :

  • Il a annulé le pro­gramme natio­nal de finan­ce­ment des ser­vices de garde.
  • Il a mul­ti­plié les pro­jets de loi remet­tant en ques­tion le libre choix en matière d’avortement et cessé de finan­cer ces ser­vices au niveau de l’aide inter­na­tio­nale.
  • Il a aboli le finan­ce­ment des acti­vi­tés de défense de droits des femmes pour faire taire des voix cri­tiques.
  • Il a fermé 12 des 16 bureaux régio­naux de Condition fémi­nine Canada.
  • Il a cessé de recon­naître le tra­vail invi­sible des femmes en sup­pri­mant des ques­tions sur le tra­vail gra­tuit dans le recen­se­ment.
  • Il a remis en ques­tion le droit à l’équité sala­riale des tra­vailleuses de la fonc­tion publique.
  • Il a financé des groupes reli­gieux conser­va­teurs.
  • Il a pro­posé des res­tric­tions au sys­tème de réfu­giés péna­li­sant ainsi les femmes vic­times de vio­lence sexuelle et homo­phobe.
  • Il a tra­vaillé d’arrache-pied pour abolir le registre des armes à feu – pro­messe qu’il tien­dra s’il devient majo­ri­taire.
  • Il a promis en début de cam­pagne élec­to­rale d’autoriser le frac­tion­ne­ment fiscal des reve­nus dans le couple, une forte inci­ta­tion dans les familles aisées à ce que les femmes res­tent au foyer.

Les partis poli­tiques inter­pel­lés

Par ailleurs, les groupes de femmes inter­pellent tous les partis afin qu’ils fassent connaître leurs pro­po­si­tions pour faire cesser les reculs que vivent actuel­le­ment les femmes au Québec et au Canada. Ils veulent savoir ce que les partis ont à dire sur les enjeux fon­da­men­taux qui pré­oc­cupent les femmes.

Sur le plan éco­no­mique et social, qu’ont-ils à pro­po­ser sur la lutte contre la pau­vreté des femmes, l’itinérance et l’accès aux loge­ments sociaux accessibles/​adaptés et abor­dables pour les femmes, la dis­cri­mi­na­tion à l’endroit des femmes au niveau de l’assurance emploi, l’instauration d’un pro­gramme natio­nal de ser­vices de garde qui soit uni­ver­sel, acces­sible, abor­dable, de qua­lité, sécu­ri­taire, public et sans but lucra­tif ainsi que sur le droit à l’équité sala­riale pour les femmes tra­vaillant dans les entre­prises sous juri­dic­tion fédé­rale ?

Sur le plan de la lutte contre l’exclusion, quels sont leurs enga­ge­ments envers la recon­nais­sance des droits des femmes autoch­tones, l’application, le déve­lop­pe­ment et l’imputabilité des pro­grammes d’accès à l’égalité, le Programme des aides fami­liaux rési­dants auquel des chan­ge­ments majeurs doivent être appor­tés, entre autres par la levée de l’obligation de rési­dence et le rat­ta­che­ment sys­té­ma­tique des aides fami­liales à leurs employeurs ? Qu’ont-ils à dire sur l’amélioration de l’accès uni­ver­sel aux trans­ports de juri­dic­tion fédé­rale et sur le déve­lop­pe­ment de poli­tiques d’immigration non dis­cri­mi­na­toires, par exemple dans le cas de par­rai­nage ou de regrou­pe­ment fami­lial ?

Sur le plan de la lutte contre la vio­lence, qu’ont-ils à appor­ter comme solu­tions à la vio­lence envers les femmes, à la situa­tion des femmes deman­deuses d’asile vic­times d’agression sexuelle ?

Sur le plan de l’armement, qu’ont-ils à dire face à l’augmentation des bud­gets mili­taires ?

Sur le plan de la santé, quelles sont leurs pro­po­si­tions concer­nant les droits repro­duc­tifs, l’indépendance de Santé Canada, l’investissement dans les pro­grammes pour les soins à domi­cile ?

Finalement, sur les droits humains, que pensent-ils de l’influence gran­dis­sante des groupes reli­gieux dans la poli­tique fédé­rale et com­ment comptent-ils assu­rer le finan­ce­ment des groupes de défense des droits des femmes au Canada ?

Les femmes com­posent plus de 50% de la popu­la­tion cana­dienne. « Nous invi­tons les femmes du Québec à aller voter le 2 mai pro­chain et à envoyer un mes­sage clair à l’effet qu’elles n’ont aucu­ne­ment l’intention de voir recu­ler encore davan­tage le droit des femmes à l’égalité », déclare Alexa Conradi, pré­si­dente de la Fédération des femmes du Québec.

Les commentaires sont fermés.