Forum social Tunis, Mars 2015

Résister, construire et vaincre

Programmation du Québec

Mis en ligne le 02 mars 2015

Programme intercoll final 24 février-1Intercoll

Intercoll vise à créer un espace ouvert où des mou­ve­ments popu­laires, des mili­tants et des intel­lec­tuels, tous et toutes enga­gés dans des luttes concrètes et quo­ti­diennes, contri­buent à construire et à renou­ve­ler les cadres d’interprétation et de dénon­cia­tion des injus­tices, à toutes les échelles – locales comme glo­bales. L’objectif est éga­le­ment de déve­lop­per des alter­na­tives éco­no­miques, sociales, poli­tiques et éco­lo­giques qui per­mettent de repen­ser le monde selon les che­mins de l’émancipation et de la soli­da­rité. De tous ces efforts par­tout sur la pla­nète émerge peu à peu un nouvel « intel­lec­tuel col­lec­tif » (dans le sens de Gramsci et Bourdieu) qui cherche à dépas­ser les fron­tières entre les mou­ve­ments et les réseaux de recherche et d’éducation popu­laire.

Entre-temps, du côté des domi­nants, une puis­sante restruc­tu­ra­tion est en cours, où se creusent les écarts entre le 1 % et les 99 %, où l’injustice devient chaque jour plus fla­grante et où sévit une « guerre sans fin » menée par les États-Unis et ses alliés subal­ternes du G7. L’impérialisme amé­ri­cain, confronté par­tout, tente de chan­ger de forme : les confron­ta­tions armées mettent aux prises des forces internes au pays, en même temps que le réar­me­ment s’accélère. Les pays dits « émer­gents », comme la Chine, l’Inde et le Brésil deviennent plus influents. L’Europe s’enfonce dans la stag­na­tion. À une macro échelle, l’impasse dans laquelle se trouvent les élites est par­ti­cu­liè­re­ment visible dans les négo­cia­tions sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques, les reven­di­ca­tions des acteurs des révo­lu­tions arabes, ou encore face à la lutte pour l’accaparement des res­sources en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud.

Pour autant, les mou­ve­ments per­sistent et s’entêtent, créent de vastes conver­gences et réus­sissent par­fois à défier le pou­voir en, comme le disent nos cama­rades de Via Campesina en « mon­dia­li­sant la lutte ». Cependant, bien que le mou­ve­ment alter­mon­dia­liste ait démon­tré sa per­ti­nence et son rôle his­to­rique, la bataille des idées est loin d’être gagnée – et la doxa néo­li­bé­rale conti­nue à irri­guer l’action de la plu­part des États.

C’est dans ce contexte que se situe l’initiative d’Intercoll. Ce n’est ni un projet « de plus » ni une ten­ta­tive isolée. Nous nous situons dans l’héritage vaste, mais aussi com­plexe, des pra­tiques et théo­ries de l’internationalisme. À tra­vers le pro­ces­sus du Forum social mon­dial et des nom­breuses conver­gences qui se pro­duisent sur le plan local, natio­nal et inter­na­tio­nal, notre projet s’insère dans une vaste dyna­mique où les débats viennent nour­rir les luttes et les mou­ve­ments.

Pour nous joindre :

voices@​voicescollective.​net

http://​www​.inter​coll​.net/​b​d​f​/​f​r​/​p​a​g​e​s​/​p​a​g​e​-​1​.html

Le pro­gramme d’Intercoll mis en place pour le Forum social mon­dial de 2015 est le fruit d’une col­la­bo­ra­tion entre plu­sieurs groupes dont le CEDETIM (Paris), Les Nouveaux Cahiers du socia­lisme, Le Collectif FSM 20016 et Alternatives (Montréal) et la Fondation Hao Ran (Taipei).

Alter Chine

Plus de 60 ans après sa révo­lu­tion, la Chine est deve­nue aujourd’hui une grande puis­sance en même temps qu’un site d’intenses confron­ta­tions sociales. De grands débats tra­versent en effet la société tout entière, l’État et ses ins­ti­tu­tions prin­ci­pales dont le Parti com­mu­niste, ainsi que les mul­tiples réseaux locaux où s’articule une pensée ori­gi­nale, un alter­mon­dia­lisme « made in China ». Ce pro­ces­sus peu connu est dis­persé aux quatre coins du pays à tra­vers des expé­riences locales, des résis­tances épar­pillées et une puis­sante « bataille des idées » dont quelques frag­ments seule­ment sortent du pays. En même temps, la société chi­noise s’ouvre sur le monde par des échanges divers et des expé­ri­men­ta­tions com­munes autour des thèmes de la soli­da­rité et de la jus­tice.

Ateliers sur ce thème

La Chine en débat La Chine : super­puis­sance ou ate­lier du monde ? Qu’est-ce qui défi­nit le « socia­lisme de marché » ?
La Chine des luttes Les luttes ouvrières et pay­sannes. Les expé­ri­men­ta­tions démo­cra­tiques dans les villes. Les enjeux envi­ron­ne­men­taux et les reven­di­ca­tions citoyennes.
La Chine et le monde La Chine dans le Sud « global ». Les enjeux géo­po­li­tiques et les confron­ta­tions Chine-États-Unis. La Chine et les BRICS. La Chine en Afrique.

Impérialismes et anti-impé­ria­lismes aujourd’hui

Aujourd’hui, le « sys­tème-monde » est en crise. Cela dit, les impé­ria­lismes des États-Unis et de leurs alliés subal­ternes « gèrent » cette crise en aggra­vant la frac­ture sociale tant au nord qu’au sud pour désta­bi­li­ser les couches popu­laires et arra­cher ce qui avait été acquis par des décen­nies de luttes. En même temps, un peu comme un ours blessé, ces impé­ria­lismes deviennent erra­tiques, contes­tés par des puis­sances « en émer­gence ». Ici et là, sur­tout dans l’« arc des crises » qui tra­verse l’Asie et l’Afrique, des conflits contre des dic­ta­tures et des régimes d’occupation se super­posent aux confron­ta­tions entre puis­sances impé­ria­listes. Face à cela, de nou­velles vagues de résis­tances se déploient par­tout dans le monde. Des vic­toires changent le rap­port de force. Il y a aussi des défaites pro­vo­quant des dis­lo­ca­tions sociales et poli­tiques. Tout est pos­sible, entre le déclin du capi­ta­lisme mon­dia­lisé et l’irruption des peuples qui se battent pour la Pachamama et la soli­da­rité inter­na­tio­nale. Nous sommes, comme le disait José Marti, à l’heure des bra­siers.

Ateliers sur ce thème

L’impérialisme aujourd’hui Quelles sont les stra­té­gies pour sta­bi­li­ser de nou­veau l’hégémonie du capi­ta­lisme mon­dia­lisé autour de la finan­cia­ri­sa­tion, de la mar­chan­di­sa­tion du vivant, de la relance de la course aux arme­ments ? Le conflit entre les impé­ria­lismes tra­di­tion­nels et les impé­ria­lismes « émer­gents » est-il inévi­table ?
Guerres sans fin En quoi les stra­té­gies impé­ria­listes en cours se dis­tinguent-elles de ce qui a été mis en place depuis 2001 ? Comment expli­quer la dis­lo­ca­tion en cours au Maghreb-Machrek et le « rebond » des dic­ta­tures depuis le prin­temps arabe de 2012-2013 ?
Nouvelles résis­tances En quoi les mou­ve­ments anti­ca­pi­ta­listes du Nord rejoignent-ils les luttes de libé­ra­tion du sud ? Comment l’altermondialisme se conjugue-t-il à l’anti-impérialiste ?

L’avenir du Forum social mon­dial

Depuis 2001, le Forum social mon­dial par­court le monde afin de sti­mu­ler l’émergence d’une pensée contre-hégé­mo­nique, de favo­ri­ser les luttes et de pro­mou­voir une culture poli­tique de par­ti­ci­pa­tion citoyenne. Partant du prin­cipe qu’un autre monde est néces­saire et urgent, le FSM se pré­sente comme un espace de conver­gence des com­po­santes mul­tiples de la mou­vance alter­mon­dia­liste. Depuis l’accélération de l’histoire à tra­vers la crise finan­cière et l’aggravation de la guerre sans fin, le mou­ve­ment social rebon­dit à tra­vers les Indignés en Europe, Occupy en Amérique du Nord et les mobi­li­sa­tions par­tout en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Quelle peut être la place du FSM dans cette nou­velle recon­fi­gu­ra­tion des rap­ports de force ? Comment opérer le lien entre les nou­veaux mou­ve­ments émer­gents et le FSM ? Comment le FSM peut-il per­mettre aux luttes locales de se ren­for­cer mutuel­le­ment ? Quel est l’avenir du FSM et com­ment peut-il contri­buer à la construc­tion d’un monde plus juste, soli­daire et durable ?

Ateliers sur ce thème

L’avenir du FSM Comment le FSM est-il en phase avec le mou­ve­ment popu­laire dans le monde ? Comment s’articulent les « anciens » mou­ve­ments popu­laires (comme les syn­di­cats et les ONG) et les « nou­veaux » mou­ve­ments popu­laires (coa­li­tions, réseaux) ? Quelles sont les métho­do­lo­gies per­met­tant de ren­for­cer ces arti­cu­la­tions et ces conver­gences ?
Global Square Nos places publiques sont les hôtes de nos aspi­ra­tions. On y lutte, on y crie les injus­tices, on y par­tage des pos­si­bi­li­tés et on y construit nos rêves. Le Global Square est un espace ouvert pour ceux et celles qui luttent pour un monde plus res­pec­tueux de l’humain et de son envi­ron­ne­ment, à tra­vers des assem­blées, des ate­liers et des acti­vi­tés per­met­tant de par­ta­ger connais­sances et métho­do­lo­gies, agré­men­tées de ren­contres spon­ta­nées, de musique et de créa­ti­vité.
Les jeunes dans la soli­da­rité sans fron­tières La mon­dia­li­sa­tion néo­li­bé­rale a pro­fon­dé­ment pola­risé nos socié­tés. Les inéga­li­tés croissent, les limites éco­lo­giques sont trans­gres­sées et par­tout sur­gissent les contes­ta­tions sociales. La jeu­nesse fait sa place et impose un chan­ge­ment radi­cal, de toute manière inexo­rable. Elle le fait dans l’ouverture et la soli­da­rité envers sa com­mu­nauté et par-delà les fron­tières. Enfants de la mon­dia­li­sa­tion, il importe désor­mais pour elles et eux de deve­nir les bâtis­seurs de l’autre monde.

Programme orga­nisé par Alternatives

Le Forum social des peuples : la soli­da­rité pan­ca­na­dienne en actionLe Forum social des peuples, qui s’est tenu du 21 au 24 août 2014 à Ottawa, fut un évé­ne­ment his­to­rique. Pour la pre­mière fois, des mou­ve­ments sociaux du Québec, du Canada anglais et des Premières Nations se concer­taient afin d’unifier leur résis­tance au gou­ver­ne­ment fédé­ral de Stephen Harper. Où en sommes-nous six mois plus tard, à la veille d’une élec­tion fédé­rale capi­tale ?
Pipelines et pétrole sale : le frein qué­bé­coisLes mou­ve­ments sociaux qué­bé­cois sont enga­gés dans une bataille vitale : blo­quer le projet de pipe­line Énergie Est qui vise à trans­por­ter, en pas­sant par le Québec, 1,1 mil­lion de barils par jour de pétrole issu des sables bitu­mi­neux. Ce projet ren­contre une résis­tance achar­née et de grandes mobi­li­sa­tions sont pré­vues au prin­temps.

Les commentaires sont fermés.