Repenser la croissance

Par Mis en ligne le 23 septembre 2011
Dans cet ouvrage, Serge Latouche pro­pose un projet alter­na­tif à notre société de consom­ma­tion autour de la notion de décrois­sance. Il nous invite à une réflexion utile et néces­saire sur l’avenir de notre sys­tème capi­ta­liste.
Professeur émé­rite d’économie, Serge Latouche est l’un des prin­ci­paux théo­ri­ciens de la décrois­sance, un ensemble d’idées por­tées par le mou­ve­ment des « objec­teurs de crois­sance ». Ce cou­rant appelle à sortir d’une société de consom­ma­tion géné­ra­trice de gas­pillages et d’inégalités sociales. Les tenants de la décrois­sance contestent par ailleurs la logique de crois­sance de notre sys­tème en met­tant en avant deux fac­teurs : la fini­tude des res­sources natu­relles et les dégâts irré­ver­sibles causés sur l’environnement.Mais ce mou­ve­ment sus­cite de nom­breuses cri­tiques. Les par­ti­sans de la décrois­sance prônent géné­ra­le­ment un retour à une éco­no­mie locale, ils affichent une cer­taine méfiance à l’égard de l’économie et remettent en cause les espoirs fondés sur la science et les tech­no­lo­gies pour résoudre la crise envi­ron­ne­men­tale. D’autres cri­tiques à l’encontre des décrois­sants mettent en avant un dis­cours catas­tro­phiste et un manque de pro­po­si­tions concrètes ou réa­listes aux pro­blèmes qu’ils dénoncent.A tra­vers cet ouvrage syn­thé­tique orga­nisé autour de deux par­ties (contre­sens et contro­verses sur la décrois­sance), l’auteur pro­pose de cla­ri­fier la notion de décrois­sance à tra­vers divers thèmes, notam­ment l’environnement, le capi­ta­lisme, le pro­duc­ti­visme, le déve­lop­pe­ment, ou l’emploi.Qu’est-ce que la décrois­sance ?

Le débat autour de la décrois­sance a été relancé ces der­nières années en raison des crises éco­lo­gique et cli­ma­tique qui secouent la pla­nète. Mais que recouvre exac­te­ment ce concept ?

Le mou­ve­ment décrois­sant, dont le pre­mier théo­ri­cien fut l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen, prône la dimi­nu­tion du rythme de la crois­sance afin de reve­nir à des niveaux de pro­duc­tion et de consom­ma­tion com­pa­tibles avec les res­sources de la pla­nète. Toutefois, les tenants de la décrois­sance laissent de nom­breuses ques­tions sans réponse : notam­ment les niveaux de consom­ma­tion et de pro­duc­tion à abais­ser pour atteindre un tel objec­tif, l’échéance d’une telle réa­li­sa­tion, le rôle que l’économie pour­rait jouer dans ce pro­ces­sus.

« La redé­fi­ni­tion du bon­heur comme abon­dance fru­gale dans une société soli­daire » (p 14). Telle est la défi­ni­tion de la société de décrois­sance pro­po­sée par Serge Latouche en intro­duc­tion. L’auteur pré­sente cette alter­na­tive comme néces­saire face à l’impossibilité de pour­suivre une consom­ma­tion effré­née, des­truc­trice de l’environnement et sou­hai­table face à la « faillite de la réa­li­sa­tion de l’objectif du bon­heur pour tous, promis par la société de crois­sance ». Une fois ce constat posé, la décrois­sance, explique-t-il « sup­pose de sortir du cercle infer­nal de la créa­tion illi­mi­tée de besoins et de pro­duits » pour abou­tir à une société d’« abon­dance fru­gale ».


Titre du livre : Vers une société d’abondance fru­gale. Contresens et contro­verses de la décrois­sance
Auteur : Serge Latouche
Éditeur : Mille et une nuits
Collection : Les Petits Libres
Date de publi­ca­tion : 06/04/11
N° ISBN : 2755505885

Les commentaires sont fermés.