Réouverture des conventions collectives

Legault, penses-y même pas !

Par Mis en ligne le 11 février 2012

La Fédération auto­nome de l’enseignement (FAE) dénonce les propos irré­flé­chis du chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault, qui a déclaré vou­loir rou­vrir les conven­tions col­lec­tives adve­nant sa prise du pou­voir. La FAE rap­pelle au chef de la CAQ, ce non-élu, que le pre­mier devoir d’un chef d’État est de res­pec­ter scru­pu­leu­se­ment la parole du gou­ver­ne­ment et sa signa­ture.

« Ouvrir les conven­tions col­lec­tives, mon­sieur Legault, n’y pensez même pas ! Une conven­tion col­lec­tive c’est un contrat, un comp­table tel que vous devrait en connaître la valeur. En dévoi­lant vos lignes d’attaque popu­listes, vous vous en prenez par­ti­cu­liè­re­ment aux employées et employés de l’État, de façon mépri­sante, en par­lant des “ bureau­crates qui com­pliquent les affaires ” et aux ensei­gnantes et ensei­gnants en ciblant, à nou­veau, leur éva­lua­tion pour cor­ri­ger les carences du réseau de l’éducation. Les ensei­gnantes et ensei­gnants ont besoin d’être sou­te­nus dans leur tra­vail et non que l’on remette en ques­tion leur pro­fes­sion­na­lisme. Votre approche ne peut qu’entraîner sus­pi­cion et démo­bi­li­sa­tion dans le milieu.

Une école n’est pas une entre­prise qui se gère en cal­cu­lant bête­ment les intrants et les extra­nts. Le fac­teur humain est au cœur de ses acti­vi­tés et celles-ci ne se cal­culent pas avec une équa­tion comp­table », a déclaré le pré­sident de la FAE, Pierre St-Germain. La FAE s’indigne de cette approche stric­te­ment comp­table qui laisse croire à la popu­la­tion que les solu­tions aux pro­blèmes de l’école publique passent par des mesures sim­plistes se résu­mant à couper du per­son­nel, à renier la valeur de conven­tions col­lec­tives négo­ciées et à réduire les coûts sans prendre en compte la qua­lité des ser­vices à offrir.

« Cela n’est pas digne de quelqu’un qui cherche à accé­der à la fonc­tion de chef d’État et laisse pré­sa­ger de très mau­vais jours pour l’avenir du Québec en dépit du nom de la for­ma­tion que vous diri­gez. Monsieur Legault, si vous cher­chez à vous faire du capi­tal poli­tique sur le dos des tra­vailleurs et des tra­vailleuses, vous devez vous attendre à ren­con­trer une forte oppo­si­tion sur votre route. S’il y a une chose sur laquelle vous pouvez comp­ter, c’est celle-là ! », a conclu M. St-Germain.

La FAE regroupe neuf syn­di­cats de l’enseignement qui repré­sentent quelque 32 000 ensei­gnantes et ensei­gnants (le tiers du per­son­nel ensei­gnant au Québec) du pré­sco­laire, du pri­maire, du secon­daire, du milieu car­cé­ral, de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et de l’éducation des adultes ainsi que le per­son­nel sco­laire des écoles Peter Hall et du Centre aca­dé­mique Fournier.

– 30 –

Source : Fédération auto­nome de l’enseignement
Renseignements : Armand Dubois, conseiller du Service des com­mu­ni­ca­tions
Téléphone : 514 666 7763, poste 296 – bureau
514 910-1754 – cel­lu­laire

Les commentaires sont fermés.