Legault, penses-y même pas!

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) dénonce les propos irréfléchis du chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault, qui a déclaré vouloir rouvrir les conventions collectives advenant sa prise du pouvoir. La FAE rappelle au chef de la CAQ, ce non-élu, que le premier devoir d’un chef d’État est de respecter scrupuleusement la parole du gouvernement et sa signature.

« Ouvrir les conventions collectives, monsieur Legault, n’y pensez même pas ! Une convention collective c’est un contrat, un comptable tel que vous devrait en connaître la valeur. En dévoilant vos lignes d’attaque populistes, vous vous en prenez particulièrement aux employées et employés de l’État, de façon méprisante, en parlant des “ bureaucrates qui compliquent les affaires ” et aux enseignantes et enseignants en ciblant, à nouveau, leur évaluation pour corriger les carences du réseau de l’éducation. Les enseignantes et enseignants ont besoin d’être soutenus dans leur travail et non que l’on remette en question leur professionnalisme. Votre approche ne peut qu’entraîner suspicion et démobilisation dans le milieu.

Une école n’est pas une entreprise qui se gère en calculant bêtement les intrants et les extrants. Le facteur humain est au cœur de ses activités et celles-ci ne se calculent pas avec une équation comptable », a déclaré le président de la FAE, Pierre St-Germain. La FAE s’indigne de cette approche strictement comptable qui laisse croire à la population que les solutions aux problèmes de l’école publique passent par des mesures simplistes se résumant à couper du personnel, à renier la valeur de conventions collectives négociées et à réduire les coûts sans prendre en compte la qualité des services à offrir.

« Cela n’est pas digne de quelqu’un qui cherche à accéder à la fonction de chef d’État et laisse présager de très mauvais jours pour l’avenir du Québec en dépit du nom de la formation que vous dirigez. Monsieur Legault, si vous cherchez à vous faire du capital politique sur le dos des travailleurs et des travailleuses, vous devez vous attendre à rencontrer une forte opposition sur votre route. S’il y a une chose sur laquelle vous pouvez compter, c’est celle-là! », a conclu M. St-Germain.

La FAE regroupe neuf syndicats de l’enseignement qui représentent quelque 32 000 enseignantes et enseignants (le tiers du personnel enseignant au Québec) du préscolaire, du primaire, du secondaire, du milieu carcéral, de la formation professionnelle et de l’éducation des adultes ainsi que le personnel scolaire des écoles Peter Hall et du Centre académique Fournier.

– 30 –

Source : Fédération autonome de l’enseignement
Renseignements : Armand Dubois, conseiller du Service des communications
Téléphone : 514 666 7763, poste 296 – bureau
514 910-1754 – cellulaire