Relance de l’offensive contre le « budget des lucides »

Cinq ans après la publi­ca­tion du Manifeste pour un Québec lucide, la Coalition oppo­sée à la tari­fi­ca­tion et à la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices publics consi­dère que les idées qui y étaient mises de l’avant par les Lucien Bouchard, Joseph Facal, Claude Montmarquette et autres ont déjà fait trop de tort et qu’il faut plus que jamais leur oppo­ser une autre vision du Québec basée sur la soli­da­rité et la jus­tice sociale. En ce sens, la Coalition a annoncé un ambi­tieux plan d’action pour l’automne et l’hiver 2010, incluant une action de per­tur­ba­tion à Montréal, le 23 novembre pro­chain.

François Saillant, coor­don­na­teur du Front d’action popu­laire en réamé­na­ge­ment urbain (FRAPRU) et un des porte-parole de la Coalition, fait un lien direct entre le mani­feste publié le 19 octobre 2005 et le der­nier budget du gou­ver­ne­ment qué­bé­cois : « Bon nombre des pro­po­si­tions défen­dues par les soi-disant Lucides se retrouvent parmi les mesures les plus injustes du der­nier budget, dont l’accélération de l’augmentation des frais de sco­la­rité, la hausse sub­stan­tielle des tarifs d’électricité et une réforme majeure de la taxa­tion pri­vi­lé­giant les taxes à la consom­ma­tion plutôt que celles sur le revenu. Quand on sait que les Lucides se fai­saient aussi les pro­mo­teurs d’autres idées comme une plus grand ouver­ture à la pri­va­ti­sa­tion, il est plus que temps de mettre fin à leur influence néfaste pour le Québec ».

Il ajoute que deux des signa­taires du Manifeste pour un Québec lucide, Claude Montmarquette et Pierre Fortin, fai­saient partie du Comité consul­ta­tif que le ministre Raymond Bachand avait formé pour l’éclairer dans la rédac­tion de ce budget.

La Coalition pré­vient aussi le Réseau liberté Québec qui pro­fite du cin­quième anni­ver­saire du Manifeste pour un Québec lucide pour tenir un grand ras­sem­ble­ment de la droite, demain, à Québec, qu’il la trou­vera éga­le­ment sur son chemin.

« Pas ques­tion de lais­ser la droite s’attaquer encore plus aux ser­vices publics et aux poli­tiques sociales, au nom de la res­pon­sa­bi­li­sa­tion indi­vi­duelle et d’une liberté qui n’est celle que des mieux nantis. Ce sont en majo­rité les femmes qui sont appe­lées à assu­mer gra­tui­te­ment ces res­pon­sa­bi­li­tés, sou­vent au détri­ment de leur auto­no­mie finan­cière, de leur par­ti­ci­pa­tion à la vie publique et par­fois même de leur santé », s’exclame Alexa Conradi, pré­si­dente de la Fédération des femmes du Québec et aussi porte-parole de la Coalition. Un plan ambi­tieux

La Coalition oppo­sée à la tari­fi­ca­tion et à la pri­va­ti­sa­tion des ser­vices publics qui, au prin­temps 2010, a mené la lutte contre le der­nier budget libé­ral, en orga­ni­sant une mani­fes­ta­tion de 15 000 per­sonnes à Montréal, le 1er avril, et en mul­ti­pliant les pique­tages lors de pas­sages du pre­mier ministre Charest, reprend l’offensive au len­de­main de la Marche mon­diale des femmes qui s’est faite la por­teuse des mêmes pré­oc­cu­pa­tions.

Au contraire du Manifeste pour un Québec lucide et du Réseau liberté Québec, la Coalition qui regroupe main­te­nant plus de 120 orga­nismes com­mu­nau­taires, syn­di­caux, étu­diants et fémi­nistes, pro­pose un finan­ce­ment adé­quat des ser­vices publics et des pro­grammes sociaux dans une pers­pec­tive de lutte contre la pri­va­ti­sa­tion et la mar­chan­di­sa­tion du bien commun. Ce finan­ce­ment passe notam­ment par une fis­ca­lité plus pro­gres­sive axée sur l’augmentation de la contri­bu­tion fis­cale des contri­buables à haut revenu et des grandes entre­prises.

Pour défendre cette vision, la Coalition mettra en place toute une série de moyens. Une tour­née de ren­contres publiques de for­ma­tion et d’échanges sur le der­nier budget et sur les alter­na­tives pos­sibles est lancée aujourd’hui même. Celle-ci devrait par­cou­rir toutes les régions du Québec. Des actions seront éga­le­ment orga­ni­sées dans ces régions à l’automne et à l’hiver afin d’interpeller les dépu­tés dans leurs propres cir­cons­crip­tions.

Le 23 novembre, le ton mon­tera d’un cran alors que la Coalition orga­ni­sera une Journée de per­tur­ba­tion visant à para­ly­ser un édi­fice gou­ver­ne­men­tal ou privé de Montréal.

Enfin, la Coalition pré­voit l’organisation d’une grande mani­fes­ta­tion natio­nale à l’hiver 2011, avant la pré­sen­ta­tion du pro­chain budget qué­bé­cois.

« Non seule­ment vou­lons-nous empê­cher la pré­sen­ta­tion d’un autre budget des « lucides », mais l’objectif avoué de la Coalition est de forcer le gou­ver­ne­ment Charest à faire marche arrière sur les com­pres­sions bud­gé­taires et l’ensemble des mesures régres­sives conte­nues dans son der­nier budget », pré­cise la porte-parole Marie-Ève Rancourt, du Mouvement d’éducation popu­laire et d’action com­mu­nau­taire du Québec, en ajou­tant : « L’abandon du ticket modé­ra­teur en santé est la preuve même qu’il est pos­sible de faire recu­ler le gou­ver­ne­ment Charest. C’est une invi­ta­tion à redou­bler d’efforts et de mobi­li­sa­tion pour obte­nir des gains encore plus sub­stan­tiels ».


Une réponse à “Relance de l’offensive contre le « budget des lucides »”

  1. Julien Rousseau dit :

    Pour la mani­fes­ta­tion natio­nale de l’hiver pro­chain, tenez là pen­dant une fin de semaine, je crois que ça per­met­trait à plus de monde d’y par­ti­ci­per !