Québec solidaire présente une motion de censure sur la question de la hausse des frais de scolarité

Le milieu étudiant, dont celui de l'UQAR, reçoit un appui sans équivoque de Québec solidaire - photo Stéphane Fournier
Photo : Stéphane Fournier

Alors que le mouvement de grève des étudiants contre la hausse des frais de scolarité prend de l’ampleur, Québec solidaire présente une motion de censure contre le gouvernement dans ce dossier. 

La motion qui a été présentée à l’Assemblée nationale le 28 février 2012 se lit comme suit :

« Que l’Assemblée nationale retire sa confiance et blâme le gouvernement libéral pour la grave atteinte à l’accessibilité aux études et au droit à l’éducation que représente l’augmentation cumulative de 1 625 $ en frais de scolarité pour des études universitaires à temps plein. » 

Québec solidaire indique qu’un sondage publié cette semaine par la firme Forum Research, révèle que 53 % des Québécois s’opposent à la hausse prévue des frais de scolarité universitaires.

Une mesure contre les gens ordinaires

« Cette mesure du gouvernement libéral s’ajoute à la série de hausses de tarifs qui s’attaquent déjà directement aux gens ordinaires et aux familles », déplore Amir Khadir, député de Québec solidaire.

Le docteur Khadir rappelle que les trois quarts des étudiants n’ont pas droit à l’aide financière aux études. La hausse aura donc un impact sur le portefeuille des parents qui devront débourser plus pour aider leurs enfants. Les étudiants devront s’endetter davantage ou travailler plus au lieu de se consacrer à l’excellence de leurs études.

« Au total, cette décision inconsidérée du gouvernement réduira l’accessibilité à l’éducation supérieure et nuira en premier lieu aux enfants de la classe moyenne et aux plus pauvres, résume le député de Mercier. Le gouvernement de M. Charest mérite donc d’être défait sur cette question. »

S’inspirer des meilleurs

« Avec la hausse des frais de scolarité le gouvernement veut entraîner le Québec dans le sillage de cancres de la classe en matière d’accessibilité de l’éducation que sont les États-Unis et la Grande-Bretagne, déplore M. Khadir. Nous proposons plutôt que le Québec s’inspire des meilleurs de la classe dans ce domaine que sont les pays scandinaves, où la gratuité scolaire est la norme. Ces pays ont les plus hautes normes de qualité et taux de diplomation universitaires tout en maintenant les meilleurs niveaux de vie de la planète.  »

Les frais de scolarité universitaire au Québec se situent à l’heure actuelle à environ 2 200 $ par année, ce qui est déjà au dessus de la moyenne des pays de l’OCDE, soutient Québec solidaire. Ces frais excluent les autres frais liés à la fréquentation universitaire (frais accessoires, matériel) Au terme des hausses programmées par le gouvernement, les frais d’inscription s’élèveront à près de 3 800 $ par année.