Prenons la ville ! Un appel pour une intervention militante autour de la justice sociale, économique et écologique

Prenons la ville est une coalition de militants, groupes communautaires et mouvements sociaux qui vise à défendre et promouvoir les campagnes et revendications de chacun de ses groupes intersectoriels et des différents quartiers de Montréal. Nous pensons que la Ville doit agir sur ces demandes et revendications pour lutter contre les crises climatique et environnementale ainsi que construire une ville réellement basée sur l’égalité et la justice sociale. Nous reconnaissons que la Ville de Montréal est située sur les terres non-cédées de la Nation Kanien’kehá : ka. Plus que jamais, nous voyons les conséquences du processus de dépossession et de colonisation qu’elle a opéré par le nombre croissant de personnes issues des Premières Nations vivant dans les rues de la ville. La Ville de Montréal est aussi une terre d’accueil de nombreuses communautés culturelles et populations racisées. C’est pourquoi nous croyons que tout processus de création de changement urbain fondamental se doit de prendre ceci en compte et soutenir les demandes de justice issues de ces communautés.

Les élections

Lors de l’élection municipale, les partis politiques et les candidats devront parler à la population de Montréal des problèmes et enjeux auxquels nous sommes confrontés selon eux et de ce qu’ils s’engagent à faire pour les résoudre. Depuis trop longtemps, on prend pour acquis qu’une grande majorité de Montréalais sont passifs et ne sont là que pour assister au spectacle qui leur est offert sur la scène politique. Nous pensons que c’est faux. Des centaines d’organisations et encore plus d’individus activistes font des demandes de changement de ce que nous attendons de la Ville. De nombreuses campagnes ont même été formulées, des demandes envoyées à la Mairie, mais souvent faites de manière isolée les unes des autres. Il est temps de nous demander comment ces campagnes — en exemple, celles pour la neutralité carbone, le nombre et la qualité des logements sociaux, la justice pour les Premières Nations et les minorités, la gratuité des transports publics, le désengagement et la responsabilisation des forces de police, l’innovation sociale et culturelle et l’accessibilité aux espaces verts — vont-elles s’articuler ensemble pour renforcer le pouvoir et façonner notre ville ?

Un front collectif

Prenons la Ville rassemble des individus qui font partie de nombreuses organisations à travers la ville et qui demandent une ville plus verte et socialement juste. Nous croyons que la Mairie doit soutenir l’ensemble de nos demandes et y donner suite. Certaines demandes s’inscrivent dans le cadre du mandat traditionnel de la Ville, d’autres impliquent un changement plus global (provincial, fédéral,). Dans les 2 cas, la Mairie se doit de prendre l’initiative de promouvoir et de soutenir cette transition en collaboration avec les divers mouvements sociaux et organisations communautaires. Les Montréalais peuvent collectivement se faire entendre et proposer une vision et des demandes alternatives.

Construisons une voix collective pour lutter pour une ville qui réponde aux besoins et aux espoirs de la majorité : une ville dynamique, plus verte, avec des logements abordables et sociaux, et des rues sûres pour tous.

Apporter des changements dans la ville ne peut se faire que s’il existe une large alliance indépendante et forte de mouvements et d’organisations dans le but de construire un réel contre-pouvoir et un leadership à partir de la base. Avec nos luttes et nos campagnes collectives, nous pouvons informer et façonner les questions les plus importantes pour la majorité des Montréalais : Qui va définir la Ville ? La Ville continuera-t-elle d’être le lieu des promoteurs immobiliers et des spéculateurs, ou celle offrant des solutions abordables pour tous en matière de logement : logements sociaux, coopératives ainsi que des espaces verts ? Appartiendra-t-elle à ceux et celles qui font passer le profit et la croissance avant le climat, ou les transports privés — routes et voitures — avant les alternatives publiques et autres solutions écologiques ?

Nous demandons une démocratie qui va au-delà d’une simple représentativité, vers un pouvoir réel des Montréalais de façonner leurs quartiers et la direction de leur Ville. C’est ce qui est en jeu dans cette élection.

Comment porter un programme alternatif lors des prochaines élections municipales ?

Nous proposons de rassembler les groupes, organisations et individus faisant campagne pour la justice sociale, économique, environnementale et climatique et qui créent et proposent des stratégies et des projets alternatifs. Nous souhaitons mettre de l’avant une alternative qui n’est pas façonnée par les partis politiques et leurs équipes de communication, mais plutôt par les luttes sur le terrain menées par les habitants des quartiers, les mouvements environnementaux et autres mouvements sociaux. Nous proposons de démocratiser l’élection en ajoutant notre voix collective, en rassemblant nos demandes et notre vision.

Dans la perspective d’un plan d’action pour “prendre la ville et ses quartiers”, nous proposons 4 domaines de lutte qui feront synthèse des luttes importantes que nous menons. Nous ajouterons à cette synthèse une liste exhaustive des revendications et des campagnes que nous menons à travers la ville. C’est pourquoi nous vous invitons à nous communiquer ici vos luttes et campagnes actives afin de les ajouter en annexe de ce document. Il se veut un document vivant.

Les 4 domaines que nous avons choisis se veulent ceux qui regroupent les nombreuses campagnes et revendications sur l’ensemble de la Ville et représentent des questions urgentes.

LOGEMENT ET MILIEU DE VIE

Nous avons tous besoin d’un toit au-dessus de nos têtes dans des milieux de vie accueillants et sécuritaires. De nombreuses forces s’opposent à ces droits, notamment la gentrification, la spéculation, etc. Ceci est un droit fondamental, c’est pourquoi nous croyons que la question du logement décent, abordable, libre de toute spéculation financière et sociale, est au cœur des priorités citoyennes à Montréal et particulièrement en cette période d’élections municipales. Les choix d’aménagement du territoire influencent directement nos milieux de vie et le logement qui en constitue un des cœurs vibrants. Actuellement, il y a plusieurs campagnes dans la ville pour la redéfinition de terrains publics et abandonnés pour un usage collectif incluant le logement social et les espaces verts publics. Les exemples incluent le site de l’ancienne Malterie à St-Henri, l’ancien Blue Bonnets à Côtes-des-Neiges, le Bridge/Bonaventure dans le Sud-Ouest, Écoquartier Louvain Est, et les anciens sites hospitaliers à Milton Parc et au centre de Montréal. Ces sites doivent être protégés et redéfinis pour rencontrer les besoins de logements abordables et d’espaces publics. Le logement est un droit.

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENVIRONNEMENT

500.000 citoyens étaient dans les rues de Montréal en 2019. La question de l’environnement, et de la justice écologique sont au cœur des préoccupations quotidiennes des Montréalais, entre autres le verdissement et la multiplication des espaces verts pour les résidents. Notre économie, basée sur la croissance et la rentabilité, est intrinsèquement antiécologique et les formes alternatives de développement doivent être soutenues et développées. Bien sûr, les gouvernements fédéral et fédéral et provincial ont un rôle vital à jouer, mais il est de la responsabilité de la Ville de se battre pour l’environnement afin de forcer l’Assemblée nationale et le gouvernement fédéral à agir. L’écologie est un droit.

DÉMOCRATIE

Quelle démocratie voulons-nous ? Certainement pas d’une démocratie verticale (du haut vers le bas) pratiquée par les partis traditionnels et les partis dits progressistes. Nous devons maintenant rejeter ce modèle dépassé. Nous devons réfléchir et développer un nouveau modèle qui sera basé sur une démocratie horizontale, inclusive et directe par les citoyens. Une démocratie qui sera basée sur des assemblées citoyennes autonomes dans chaque quartier, et qui instituera des consultations directes par les élus dans une constitution municipale, sous le contrôle des assemblées citoyennes autonomes de chaque quartier. La démocratie directe est le moyen de construire une voix et un pouvoir collectifs pour tous les Montréalais. La démocratie directe des citoyens est un droit.

JUSTICE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

La polarisation économique, sociale et l’augmentation des inégalités est un défi de taille. La richesse devient de plus en plus concentrée entre les mêmes mains. Les peuples autochtones, les femmes, les communautés racialisées, les minorités opprimées, et les personnes migrants.es et immigrant-es sont en tête de liste des personnes vivant dans la précarité et la pauvreté en raison du processus de création et de redistribution de la richesse. La pandémie a révélé la polarisation de la main-d’œuvre. Les immigrants arrivés avec les différentes vagues de la fin du 19ème siècle ont tous contribué à la construction de cette ville. Dans une large majorité, ils occupent les emplois les plus précaires, les plus difficiles et les plus essentiels, dont une majorité de femmes dans les emplois dits du Care Toutes et tous ont droit à un logement décent, à des conditions de travail et des salaires décents et à une syndicalisation. Ils sont des citoyens et citoyennes à part entière de cette ville, quel que soit leur statut d’immigration officiel, quelle que soit leur langue, leur appartenance ethnique, leur religion, leurs convictions politiques et leur identité sexuelle. Beaucoup de ces questions ne relèvent pas du mandat traditionnel de la Ville et nous voulons que notre administration municipale prenne maintenant part aux campagnes de justice pour les Montréalais. Une vie décente est un droit.